La santé du principal opposant russe Alexeï Navalny, emprisonné en colonie pénitentiaire, malade et en grève de la faim, continuait de se détériorer mercredi avec une perte de sensation dans ses mains et des kilos en moins.
Alexei Navalny, 44 ans, a annoncé le 31 mars avoir décidé d’arrêter de s’alimenter pour protester contre ses conditions de détention dans le camp numéro 2 de Pokrov, 100 km à l’est de Moscou, réputé comme l’un des plus durs du pays.
Le militant anticorruption accuse l’administration pénitentiaire de lui refuser l’accès à un médecin et à des médicaments et de le « torturer » par privation de sommeil. Il avait déjà dit souffrir de fortes douleurs au dos et avoir perdu de la sensibilité à ses deux jambes.
Son avocate, Olga Mikhaïlova, qui a pu lui rendre visite mercredi, a indiqué à l’AFP qu’il poursuivait sa grève de la faim, malgré une forte toux et de la température.