Lionel Messi et Antoine Griezmann s’entendent à nouveau: tous deux buteurs, la superstar argentine et le champion du monde français ont permis au Barça de balayer le Betis Séville 5-2 samedi et de se reprendre lors de la 9e journée de Liga.

Le Barça, qui restait sur quatre matches sans victoire en championnat, remonte provisoirement à la 8e place du classement, à 6 points du leader, la Real Sociedad, et 5 de son grand rival, le Real Madrid (2e).

Après l’ouverture du score d’Ousmane Dembélé (25e) sur une frappe surpuissante du gauche,Messi, remplaçant au coup d’envoi, n’a eu besoin que de trois minutes après son entrée en jeu à la pause pour offrir un ballon de but parfait à Griezmann (49e), qui avait auparavant loupé un penalty (33e).

Malgré l’égalisation à 1-1 d’Antonio Sanabria juste avant la mi-temps (45e+3) et la réduction du score de Loren (73e), le carton rouge infligé à Aissa Mandi pour un ballon de but de Dembélé bloqué du bras sur sa ligne a enterré les espoirs du Betis.

Messi n’a eu qu’à enfoncer le clou en transformant le penalty (61e) puis en doublant la mise (82e) vingt minutes plus tard, et le jeune Pedri (17 ans) a scellé le score en fin de match (90e) pour son premier but cette saison.

Cette rencontre aurait dû permettre à Griezmann d’enfin se montrer sous son meilleur jour, sans souffrir de l’ombre de Messi… Mais c’est bien l’entrée de l’astre argentin qui a mis le Français en lumière.

LeBron James célèbre la victoire de Joe Biden

« MERCI MERCI MERCI!! Célébrons! Toujours de manière responsable ». Dès l’annonce de l’élection de Joe Biden, ce samedi 7 novembre, la star de la NBA LeBron James a très vite laissé éclater sa joie sur Twitter. Le basketteur américain, fervent opposant à Donald Trump, a également remercié les électeurs de Philadelphie, ville la plus peuplée de Pennsylvanie, Etat-clé qui a fait pencher la balance définitivement en faveur de Joe Biden.

LeBron James en a aussi profité pour se moquer du président sortant:

Sacré champion NBA avec les Los Angeles Lakers le 11 octobre, LeBron James s’est, ces derniers mois, publiquement engagé en faveur de Joe Biden, et surtout contre Donald Trump. Il l’avait qualifié de  » Voyou » sur twitter en 2017 lorsque le président avait critiqué stephen Curry, le joueur des Golden State State Warriors, qui ne voulait pas se rendre à la Maison Blanche comme il était de coutume après un titre. Le  »King » avait ajouté: « Venir à la Maison Blanche était un grand honneur avant que vous ne débarquiez! »

Marcus sur les traces de Lilian

Marcus Thuram a été convoqué pour les trois prochains matches de l’équipe de France de football, prévus face à la Finlande (11 novembre), au Portugal (14 novembre) et à la Suède (17 novembre). L’attaquant âgé de 23 ans fait partie d’une liste de 26 joueurs censés disputer ce match amical puis ces deux rencontres de Ligue des nations.

La présence du pensionnaire du Borussia Mönchengladbach (Allemagne) est une surprise. L’intéressé ne joue pas dans un grand club. Et il évolue à un poste où la concurrence est démentielle en sélection, avec Kylian Mbappé, Olivier Giroud, Anthony Martial, Wissam Ben Yedder… Mais il a marqué récemment deux buts en Ligue des champions face au Real Madrid.

Maradona ne sortira pas de l’hôpital

Diego Maradona va rester plusieurs jours à l’hôpital à la suite de l’opération d’un hématome à la tête qu’il a subie mardi à Buenos Aires, a déclaré jeudi son médecin, Leopoldo Luque.

L’idole du football argentin, âgée de 60 ans, a eu « des épisodes de confusion dans un contexte d’abstinence qui nécessite un traitement », a expliqué le praticien, l’un des chirurgiens qui a participé à l’opération considérée comme un succès.

La millième victoire de Nadal

Rafael Nadal a été sérieusement bousculé pour son entrée en scène au Masters 1000 de Paris mais l’Espagnol a obtenu la millième victoire de sa prestigieuse carrière face à son compatriote Feliciano Lopez (64e) en trois sets 4-6, 7-6 (7/5), 6-4 mercredi soir.

Ce millième match gagné en deux heures et demie par Nadal (34 ans) intervient dix-huit ans après son tout premier, en 2002 à Majorque. Seuls trois autres joueurs ont atteint ce cap symbolique dans l’ère Open (depuis 1968), Jimmy Connors (1274), Roger Federer (1242) et Ivan Lendl (1068).

En huitièmes de finale, le N.2 mondial, tête de série N.1 du tournoi parisien en l’absence de Novak Djokovic, sera opposé à l’Australien Jordan Thompson jeudi.