Lors d’une vente chez Rouillac au château d’Artigny à Montbazon en Indre-et-Loire, le premier dessin de Paul Gauguin a été adjugé aux enchères pour 80.000 euros.

Le premier dessin de Paul Gauguin, une aquarelle réalisée à l’âge de 17 ans, a été adjugé dimanche aux enchères pour 80.000 euros, lors d’une vente chez Rouillac au château d’Artigny à Montbazon en Indre-et-Loire. Signé « Gauguin. P, le 2 juillet 1865 », cette aquarelle représente un chalet suisse au bord d’une étendue d’eau et a été adjugée à 80.000 euros à un industriel français résidant en Suisse, qui a pris part à la vente par téléphone. 

Réalisé avec une encre de Chine et aquarelle sur papier Canson, c’est le « premier dessin connu » de Gauguin et son existence « bouscule la thèse selon laquelle Gauguin serait un peintre autodidacte », avait expliqué le commissaire-priseur Aymeric Rouillac.

Culture

Londres : adjugée 620.000 euros, cette pièce romaine a été trouvée dans un champ

Un Britannique de 30 ans a empoché 62.000 euros après avoir mis aux enchères une pièce de monnaie très rare datant approximativement de 293 ap J.-C.

C’est une pièce chargée d’histoire qui a rapporté gros. Un Britannique de 30 ans a revendu 620.000 euros un aureus Allectus, un denier d’or datant d’approximativement 293 ap J.-C, découvert grâce à un simple détecteur de métaux dans le champ de son voisin, dans la province anglaise du Kent, relaie Le Figaro

24 exemplaires connus dans le monde

Estimée entre 78.000 et 110.000 euros par la maison de vente Dix Noonan Webb, la pièce a finalement trouvé preneur, après une bataille acharnée, pour 620.000 euros. Un record pour la maison d’enchères londonienne. « En plus d’être l’une des pièces romaines les plus chères du monde, c’est aussi le montant le plus important déboursé pour une pièce d’Allectus, et la pièce romaine la plus onéreuse ayant été forgée en Angleterre vendue aux enchères », a partagé Christopher Webb à CNews.

Le denier tient son nom d’Allectus, un homme politique romain qui a tenté d’annexer l’équivalent actuel de l’Angleterre de l’empire romain. Une sorte de « Brexiter », 1.700 ans avant l’heure. Il avait notamment tenté d’asseoir son pouvoir en frappant ces pièces de 24 carats. Aujourd’hui, on ne connait l’existence que de 24 aureus Allectus au monde. Souhaitant rester anonyme, le Britannique a tout de même fait savoir qu’il comptait partager cette somme avec son voisin, propriétaire du champ