Vainqueurs sur la pelouse des Anglais grâce à un but de Van de Beek, les Néerlandais sont en ballottage favorable avant la demi-finale retour, la semaine prochaine aux Pays-Bas. 

Dans la demi-finale des outsiders, avantage Ajax. Les Néerlandais ont pris une option sur la qualification mardi sur la pelouse de Tottenham, en s’imposant grâce à un but marqué en début de rencontre par Donny Van de Beek. Dominés en première mi-temps, les coéquipiers d’Hugo Lloris et de Moussa Sissoko se sont réveillés après la mi-temps, sans parvenir à renverser le cours des événements. Les voilà dos au mur pour le match retour aux Pays-Bas. 

Le point final : L’Ajax s’impose à Londres ! La deuxième mi-temps aura été riche en occasions, sans qu’aucun but ne soit marqué. L’Ajax conserve l’avantage acquis en début de match par Van de Beek et préservé par un bloc solide, renforcé par des cadres comme Hunterlaar en fin de match. Les Néerlandais sont en ballottage très favorable à l’issue de cette demi-finale aller. Tottenham – Ajax Amsterdam : 0-1

Le point à la 80e : Lloris sauvé par le poteau. La tension monte pour le dernier quart d’heure de jeu, tandis que l’Ajax conserve un petit but d’avance dans cette demi-finale aller. Parfaitement lancé par Mazraoui, Tadic tarde à centrer pour Neres, seul face à Lloris (78e). La frappe trouve le poteau alors que le portier français semblait battu ! 

Le point à la 70e : Sissoko est bien là, les Anglais poussent. Tottenham continue d’asseoir sa domination dans cette seconde mi-temps, sans convertir au tableau d’affichage. De retour de blessure, le Français Moussa Sissoko semble en forme et donne du rythme, à l’image de sa longue ouverture pour Rose (70e), finalement captée par Onana. A noter aussi l’entrée en jeu de Noussair Mazraoui du côté de l’Ajax. 

Le point à la 60e : les Spurs se sont réveillés. Ça va beaucoup mieux pour Tottenham, qui mène les débats à l’heure de jeu, sans pour l’instant trouver la faille. Sur un centre bien placé de Trippier, la tête de Dele Alli finit au-dessus de la cage d’Onana (56e). 

Le point à la 50e : Les deux équipes sur les chapeaux de roues. Le rythme s’est accéléré des deux côtés et les occasions se multiplient dès le retour du vestiaire. La première est signée Llorente pour Tottenham, immédiatement imité par Tagliafico pour l’Ajax, qui place une longue frappe à gauche du but de Lloris. Les Anglais veulent égaliser et la rencontre est nettement plus équilibrée. 

Le point à la 46e : C’est reparti à Londres ! 

Le point à la mi-temps : L’Ajax conserve son avantage. Les Néerlandais ne mènent que d’un but mais ont pour l’instant l’ascendant sur cette demi-finale des outsiders. Les Anglais ont poussé dans les cinq dernières minutes et se sont procurés de premières franches occasions, à l’image de la tête d’Alderweireld dans le temps additionnel. En vain. Tottenham- Ajax Amsterdam : 0-1 

Le point à la 40e : Sissoko entre en jeu.  Le sort s’acharne sur les Anglais ! Vertonghen tente de reprendre le jeu puis se résoud à quitter la pelouse, sonné par le choc. Au sein d’un effectif décimé, Pochettino fait déjà appel à Moussa Sissoko (39e). Dans la foulée, Lucas manque de ramener Tottenham à hauteur, mais c’est capté par Onana. 

Le point à la 35e minute : Les Néerlandais continuent de pousser. L’Ajax continue de jouer plus vite, tandis que les Anglais s’en remettent aux coups de pied arrêtés. Sur un long coup franc, Vertonghen et Alderweireld se percutent violemment dans la surface. Souffrant d’une impressionnante blessure au nez, le premier est soigné et le jeu reprend à dix contre onze.

Le point à la 25e minute : Les Spurs accusent le coup. Tottenham subit les assauts des Néerlandais, qui multiplient les corners. Les Anglais limitent pour l’instant la casse et Hugo Lloris semble en forme. Le Français s’est montré décisif pour la première fois de la rencontre face à Van De Beek, tout proche du doublé après une superbe action collective des visiteurs (24e). 

Le point à la 15e minute : L’Ajax passe déjà devant ! Les Néerlandais n’ont pas traîné. Lancé par Ziyech, Van de Beek prend le temps d’ajuster face à Lloris et ouvre le score pour l’Ajax, qui prend le dessus en ce début de match. Tottenham-Ajax Amsterdam : 0-1

Le point à la 10e minute : Les équipes se mettent en place. Les jeunes de l’Ajax poussent déjà, à l’image de Donny Van de Beek qui obtient le premier corner dès la 5ème minute. En face, les Spurs se montrent pour l’instant solides, portés par leurs supporters. Pas de franche occasion, ni d’un côté ni de l’autre. 

Le point au coup d’envoi : C’est parti à Londres ! Les deux équipes sont entrées sur le terrain devant un impressionnant tifo déployé par les supporters de Tottenham. 

Le point « compo » : Sissoko out, l’Ajax au complet. Les compositions sont tombées. Côté Spurs, outre l’absence attendue du duo d’attaque Harry Kane-Heung-Min Son, auteur de près de la moitié des buts cette saison (47 sur 101), on note celle de Moussa Sissoko, blessé aux adducteurs. L’Ajax aligne de son côté son équipe-type. Noussair Mazraoui, de retour de blessure, commence le match sur le banc. 

Le point « Frenchie » : Hugo Lloris, leader des Spurs. 57 ans après leur seule demi-finale de Ligue des Champions, les Spurs de Tottenham ont retrouvé le dernier carré de la compétition, à l’issue d’une folle confrontation face à Manchester City en quarts de finale (4-3 au match retour). À l’aller, le héros s’appelait Hugo Lloris, capitaine et auteur d’un arrêt capital sur un penalty, dès la 12e minute. 

Le point « différence d’âge » : l’Ajax mise sur ses jeunes. Après avoir éliminé le triple tenant du titre, le Real Madrid, en huitièmes de finale, les Néerlandais ont réalisé un nouvel exploit en sortant la Juventus Turin de Cristiano Ronaldo, au tour précédent. D’une moyenne d’âge de moins de 25 ans (24,6 en quart de finale retour, contre 28 pour Tottenham), l’Ajax, quatre C1 au compteur, mise sur ses jeunes talents Matthijs de Ligt, Frenkie de Jong, Kasper Dolberg et Donny van de Beek notamment. La génération n’est pas sans évoquer celle de 1995, quand Louis van Gaal avait mené son équipe jusqu’au sacre européen. Les « gamins » s’appelaient alors Edwin van der Sar, Frank et Ronald de Boer, Edgard Davids ou encore Marc Overmars.