La Chine met fin au système de réclusion arbitraire pour la prostitution

À compter de ce dimanche 29 décembre, les prostitué(e)s et leurs clients n’iront plus en prison en Chine. Ils ne seront plus envoyés sans inculpation dans des centres de détention et de redressement, où certains restaient enfermés pendant deux ans.

Cette décision fait suite à un vote parlementaire. Elle met fin à un système de réclusion arbitraire. Comme la détention des migrants en situation illégale, supprimée en 2003, ou les camps de rééducation par le travail fermés dix ans plus tard, le système « prison et éducation » a longtemps fait partie des mesures d’enfermement extrajudiciaire parmi les plus critiquées du régime chinois.

Depuis trente ans, les prostitué(e)s étaient envoyé(e)s sans aucune forme de procès dans des centres censés corriger des comportements jugés déviants, voire criminels. Sauf que cela n’a pas fonctionné.

L’objectif éducatif « a été déformé »

Selon une étude réalisée en 2013 par l’ONG Asia Catalyst, et citée par le South China Morning Post, tous les détenus interrogés sont non seulement revenus au commerce du sexe dès leur libération, mais ils n’ont rien acquis en matière de compétences professionnelles, puisque qu’ils ont été contraints en détention de travailler à la fabrication de jouets et autres articles ménagers.

L’objectif éducatif « a été déformé en mécanisme de profit », constatait lundi dernier Wang Xiaohong, le vice-ministre chinois de la Sécurité publique, dans sa proposition de suppression du système aux parlementaires du comité permanent du Congrès national du peuple.

La répression extrajudiciaire reste un outil

La prostitution reste illégale en Chine. Les travailleurs du sexe et leurs clients peuvent être punis de 15 jours de détention administrative et d’une amende pouvant dépasser 600 euros (5 000 yuans).

Cette abolition ne supprime pas pour autant l’ensemble des mesures de répression extrajudiciaire tels que le système de la « double punition » pour les cadres du parti soupçonnés de corruption, ni les centres de « formation professionnelle » du Xijiang, où des centaines de milliers de musulmans de l’ouest de la Chine sont aujourd’hui détenus.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.