La chatte originaire de l’Arizona, de son vrai nom Tardar Sauce, est morte mardi à l’âge de 7 ans, après une vie d’icône sur Internet.

Grumpy Cat (« chatte grincheuse » en français), la chatte la plus célèbre d’Internet, n’est plus. La famille de Tardar Sauce, son vrai prénom, a annoncé vendredi que la bête âgée de 7 ans avait succombé à des complications liées à une infection urinaire. Elle est morte mardi, chez elle, en Arizona.

Célèbre depuis son plus jeune âge. Depuis octobre 2012 et un message posté sur la plateforme de discussion Reddit, une famille américaine propriétaires a mis en scène sa chatte, devenue, avec sa moue boudeuse, « la chatte la plus grincheuse du monde ». 

Grumpy Cat n’était pas qu’une chatte ordinaire : elle a fait l’objet d’un film, en 2014, de deux livres, et sa valeur a été estimée à plus d’un million de dollars avec une image utilisée pour de nombreux produits dérivés.

« Son esprit vivra toujours à travers ses fans ». « Celle qui a été notre bébé et un membre adoré de la famille a également aidé des millions de personnes à retrouver le sourire à travers le monde, même dans des temps difficiles. Son esprit vivra toujours à travers ses fans », a indiqué sa famille. 

Économie

Wall Street de nouveau rattrapée par les tensions commerciales

Les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine ont empêché Wall Street de terminer dans le vert, vendredi.

Wall Street a terminé en baisse vendredi à l’issue d’une séance en dents de scie, la persistance des tensions commerciales sino-américaines l’emportant sur des éléments plus positifs comme la confiance des consommateurs ou la levée de tarifs douaniers sur le Canada et le Mexique.

« Cela devient une habitude »

L’indice vedette de la Bourse de New York, le Dow Jones Industrial Average, a lâché 0,38%, à 25.764,00 points. L’indice Nasdaq, à forte coloration technologique, a reculé de 1,04%, à 7.816,28 points. L’indice élargi S&P 500 a lâché 0,58%, à 2.859,53 points.

« Cela devient une habitude, mais malheureusement, l’élément moteur de cette baisse est encore lié aux discussions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis », a observé Art Hogan de la société d’investissement National. Après une brusque chute du marché lundi déclenchée par l’annonce de représailles chinoises aux nouveaux droits de douane imposés par le président Donald Trump, « les investisseurs semblaient un peu plus optimistes », a-t-il rappelé. « Le ton était monté mais la porte était apparemment encore ouverte. »

Des signaux négatifs de Pékin ?

Vendredi toutefois, plusieurs informations de presse évoquant un positionnement désormais plus combatif de Pékin, voire le calage complet des négociations, ont assombri cette perspective. « On a l’impression que la porte est en train de vraiment se refermer », a estimé Art Hogan. Sur la semaine, le Dow Jones a cédé 0,7%, le Nasdaq 1,3% et le S&P 500 0,8%.

Vendredi, les indices s’étaient pourtant redressés en cours de séance après la publication d’une enquête de l’Université du Michigan montrant une montée de la confiance des consommateurs américains à son plus haut niveau depuis 2004.