La rencontre de Di Maio avec des “gilets jaunes” est une “nouvelle provocation inacceptable”, juge Paris

La rencontre de Di Maio avec des “gilets jaunes” est une “nouvelle provocation inacceptable”, juge Paris

Alors que le vice-Premier ministre italien a rencontré des “gilets jaunes” en France mardi, le Quai d’Orsay a appelé Rome à “veiller à ne pas porter atteinte à leurs relations bilatérales”. 

La rencontre de Luigi Di Maio, vice-Premier ministre italien et chef de file du Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème), avec des “gilets jaunes” en France est “une nouvelle provocation” qui n’est “pas acceptable”, a réagi mercredi le ministère français des Affaires étrangères. Luigi Di Maio a annoncé sur les réseaux sociaux avoirrencontré mardi en région parisienne des responsables des “gilets jaunes”, en concluant : “Le vent du changement a franchi les Alpes. Je répète : le vent du changement a franchi les Alpes”.

-Européens et Latino-américains au chevet d’un Venezuela plus divisé que jamais

Jeudi, une réunion internationale réunissant pays européens et latino-américains va se dérouler en Uruguay dans le but de trouver une solution à la crise qui frappe le Venezuela.

Une réunion internationale s’ouvre jeudi à Montevideo en Uruguay pour tenter de trouver une issue négociée à la crise au Venezuela où le bras de fer entre le président Nicolas Maduro et le chef du Parlement, Juan Guaido, se concentre désormais sur l’arrivée de l’aide humanitaire.

-Disparu de Belgique à l’âge de 14 ans, il est retrouvé 20 ans après

L’adolescent, qui a été retrouvé dans un autre pays, a expliqué avoir disparu volontairement. Il est aujourd’hui âgé de 33 ans. 

Un adolescent disparu en Belgique en 1999 à l’âge de 14 ans, peu après son arrivée d’Angola, “l’un des plus anciens dossier de disparition de mineurs” du pays, a été retrouvé 20 ans plus tard dans “un pays étranger”. “Il a expliqué avoir disparu volontairement à la fin de l’année 1999, de sa propre initiative, dans la mesure où le climat familial ne lui convenait pas”, a raconté Denis Goeman, porte-parole du parquet de Bruxelles, lors d’une conférence de presse.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *