L’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo en liberté conditionnelle en Belgique

Laurent Gbagbo se trouve en liberté conditionnelle en Belgique, dans l’attente d’un éventuel procès en appel à la Cour pénale internationale, qui l’a acquitté de crimes contre l’humanité. 

L’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, acquitté par la Cour pénale internationale(CPI) de crimes contre l’humanité, est en liberté conditionnelle en Belgique, a annoncé la CPI mardi. “Laurent Gbagbo est désormais en liberté conditionnelle en Belgique”, a indiqué une porte-parole de la CPI, en attendant un éventuel appel contre son acquittement prononcé le 15 janvier. Bruxelles avait annoncé samedi avoir accepté d’accueillir Laurent Gbagbo, 73 ans, acquitté de crimes contre l’humanité commis en 2010 et 2011 au cours des violences post-électorales en Côte d’Ivoire et libéré vendredi sous conditions.

Un pays membre de la CPI et proche des Pays-Bas. Depuis lors, Laurent Gbagbo et son co-inculpé Charles Blé Goudé, l’ex-chef du mouvement des Jeunes Patriotes dont la CPI a également décidé la libération, résidaient dans un lieu tenu secret. Parmi les conditions édictées par les juges figurait l’obligation de résider dans un Etat membre de la CPI en attendant un éventuel procès en appel. Depuis leur retentissant acquittement, le maintien en détention des deux hommes était au cœur des débats devant la CPI, la défense ayant demandé une mise en liberté immédiate.

L’accusation craignait que Gbagbo et Blé Goudé ne se présentent pas devant la Cour en cas d’appel, et souhaitaient que les deux hommes remettent leurs passeports et soient remis à la garde d’un pays proche des Pays-Bas. La Belgique avait donné son accord en expliquant que la deuxième femme et un enfant de Laurent Gbagbo résidaient à Bruxelles. 

-Le vice-Premier ministre italien Di Maio est venu à Paris rencontrer des “gilets jaunes”

Le chef de file du mouvement 5 étoiles a rencontré mardi Christophe Chalençon et des candidats aux élections européennes de la liste RIC d’Ingrid Levavasseur.

Luigi Di Maio, vice-Premier ministre italien et chef de file du Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème), a annoncé avoir rencontré mardi en France des responsables des“gilets jaunes”.

“Le vent du changement a franchi les Alpes”. “Aujourd’hui (…) nous avons fait un saut en France et nous avons rencontré le leader des gilets jaunes Christophe Chalençon et les candidats aux élections européennes de la liste RIC d’Ingrid Levavasseur”, a annoncé Luigi Di Maio sur les réseaux sociaux.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.