Pologne : une enquête ouverte sur la commercialisation de viande provenant d’animaux malades

Le parquet polonais a ouvert une enquête après la diffusion d’un reportage télévisé sur un abattoir du nord du pays, commercialisant de la viande d’animaux malades. 

Le parquet polonais d’Ostroleka, au nord de Varsovie, a annoncé mercredi avoir ouvert une enquête sur l’abattage et la commercialisation de bovins malades par un abattoir local, suite à un reportage télévisé d’un journaliste qui s’était fait embaucher sur ce site. Alerté sur l’affaire, le commissaire européen à la Santé et à la Sécurité alimentaire, Vytenis Andriukaitis, a annoncé mercredi une inspection sur place et appelé les autorités polonaises a assurer le respect des normes européennes en la matière, alors que la Pologne est un grand exportateur de viande en Europe.

-Dieu “voulait que Trump devienne président”, selon la porte-parole de la Maison-Blanche

Dans un entretien accordé à un média américain, la porte-parole de la Maison-Blanche a expliqué que si Donald Trump est président, c’est par la volonté de Dieu.

Pour Sarah Sanders, porte-parole de la Maison-Blanche, c’est clair : Dieu voulait queDonald Trump devienne président des Etats-Unis.

“C’est la raison pour laquelle il est là”. “Je pense que Dieu nous appelle tous à occuper différents rôles à différents moments”, a-t-elle déclaré à la chaîne chrétienne CBN News. “Et je pense qu’il voulait que Donald Trump devienne président et c’est la raison pour laquelle il est là”, a-t-elle ajouté dans cet entretien dont CBN News a diffusé un court extrait.

“Un seul modèle, Dieu”. Porte-parole de la présidence américaine depuis juillet 2017, Sarah Sanders, 36 ans, est la fille d’une figure de la politique américaine : Mike Huckabee, pasteur baptiste et ancien gouverneur de l’Arkansas. Elle a, à plusieurs reprises, évoqué sa foi lors d’échanges avec des journalistes. Interrogée au début de mandat de Donald Trump sur le comportement et le langage de ce dernier, elle avait ainsi répondu : “en tant que croyante, je pense que nous n’avons qu’un seul modèle, et quand on me pose cette question, je dis que c’est Dieu”.

-Juan Guaido va présenter jeudi son plan pour redresser le Venezuela, pays possédant l’une des plus larges réserves de pétrole au monde mais actuellement enfoncé dans une grave crise économique.

L’opposant Juan Guaido, qui s’est autoproclamé président du Venezuela, présente jeudi son plan pour sortir le pays pétrolier de son naufrage économique et social, et s’affirmer face à Nicolas Maduro soumis à la pression des Etats-Unis et de l’Union européenne.

“Rétablir les services publics”. “Nous allons travailler pour stabiliser l’économie, répondre immédiatement à l’urgence humanitaire, rétablir les services publics et surmonter la pauvreté”, a lancé sur Twitter le député social-démocrate de 35 ans, chef du Parlement. “Nous savons comment y arriver”, a-t-il ajouté, après des manifestations qui ont réuni mercredi des milliers de ses partisans pour convaincre l’armée de se joindre à eux. Déterminé à occuper lui aussi le terrain, le président Maduro a convoqué la presse dans la matinée, sans plus de précisions.

“Une marionnette des ‘gringos'”. Parallèlement, la pression des Etats-Unis se fait chaque jour plus insistante, via des sanctions financières pour asphyxier le gouvernement et des mises en garde répétées. “Le combat pour la liberté a commencé !”, a tweeté Donald Trump à l’issue de la journée de manifestations de mercredi, après avoir dans la matinée appelé Juan Guaido pour l’encourager.

De quoi prêter le flanc aux accusations de Nicolas Maduro, qui a lancé lors d’un meeting face à des jeunes Vénézuéliens : “vous voulez que gouverne une marionnette des ‘gringos’ au Venezuela ?” Il a aussi appelé l’armée à l’unité, le pilier qui le maintient au pouvoir depuis 2013, en leur répétant ce mot d’ordre : “loyaux toujours, traîtres jamais !”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.