Un premier groupe de 13 civils devrait quitter le territoire palestinien dès ce vendredi. L’accord prévoit la libération de 50 otages – des femmes et des enfants – aux mains du Hamas en échange de la libération de prisonniers palestiniens et d’une trêve de quatre jours dans la bande de Gaza.

Via l’Egypte

Ce sont les modalités qui ont retardé le début de l’opération. Finalement, les otages devraient être “remis via la Croix-Rouge pour les emmener en Égypte”, frontalière de la bande de Gaza, avant d’être confiés “à la partie israélienne”. Si les familles n’apprendront l’identité des personnes libérées seulement lorsqu’elles auront posé le pied sur le sol hébreu, le bureau du Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, a déclaré disposer d’une “première liste de noms”.

Tout au long de la trêve, l’accord prévoit qu’Israël doit assurer la liberté de circulation des personnes et arrêter le survol du sud de la bande de Gaza pendant les quatre jours, et du nord pendant six heures chaque jour. Des convois humanitaires et de livraisons de carburant sont par ailleurs censés entrer dans le territoire assiégé.

Le bilan des bombardements israéliens dans la bande de Gaza a atteint les 14 854 morts depuis le début de la guerre le 7 octobre, dont 6 150 enfants et 4 000 femmes, selon le ministère de la Santé du Hamas, au pouvoir dans l’enclave palestinienne. Depuis cette date, plus de 1 200 Israéliens ont été tués. L’armée israélienne fait état de 239 personnes retenues en otage par le mouvement islamiste palestinien.

La Havane: Le président cubain à la tête d’une manifestation monstre en soutien à la Palestine.

Le président cubain Miguel Diaz-Canel a pris jeudi la tête d’une vaste manifestation à La Havane en soutien aux Palestiniens, au cours de laquelle les Etats-Unis ont été aussi critiqués pour leur soutien à Israël.

“Ce que demandent les jeunes cubains avec cette marche c’est que cesse le feu sur la Palestine”, a déclaré à l’AFP Cristina Diaz, une étudiante de 22 ans de l’Université de La Havane. Tout en soulignant que “toutes les victimes de ce conflit sont à déplorer”, elle a estimé qu’il “serait naïf de penser que (ce qui se passe à Gaza) est une guerre”. “C’est un génocide”, a-t-elle insisté.

Une ex-fonctionnaire de l’ONA arrêtée à l’aéroport de Port-au-Prince.

Stephanie Mondestin, ancienne directrice adjointe de l’Office national d’assurance-vieillesse (ONA), a été arrêtée dans la matinée du jeudi 23 novembre 2023, à l’aéroport international Toussaint Louverture. Elle s’apprêtait à se rendre en République dominicaine alors qu’elle est convoquée à se présenter au parquet de Port-au-Prince, le 27 novembre prochain, suite à son indexation dans le rapport de l’Unité de lutte contre la corruption (ULCC). La suspecte a été placée en garde à vue dans le commissariat dudit aéroport.

Libération des employés de la Cour supérieure des comptes enlevés le 6 novembre dernier.

Les cinq employés de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (CSCCA) ont été remis en liberté, informe l’institution dans un avis rendu public le jeudi 23 novembre 2023. Les otages ont été libérés en trois temps, précise l’avis, sans donner de date. Ils ont été enlevés le lundi 6 novembre dernier, à Macaco, localité située dans les hauteurs de Tara’s entre le quartier Laboule et la commune de Carrefour.

L’ancien député Frantz Robert Mondé est mort.

Le Département des Nippes, plus précisément les circonscriptions d’Arnauld et d’Anse-à-Veau, vient de perdre l’un de ses illustres représentants, Frantz Robert Mondé, membre du parti PONT, ancien Président de la Chambre des députés, qui s’est éteint en Floride le 22 novembre 2023, à l’âge de 75 ans.

Né le 26 janvier 1948, Frantz Robert Mondé, l’ancien président de la Chambre des Députés, avait voulu construire le barrage hydroélectrique de Sault du Baril, capable de produire 900 à 1000 kilowatts pouvant électrifier les villes de Petite rivière de Nippes, Anse-à-Veau, Arnauld, Azile, Petit trou de Nippes, mais ce projet est jusqu’ici mort-né.

Le footballeur Dani Alves pourrait passer 9 ans derrière les barreaux.

Le parquet espagnol a requis neuf ans de prison contre le footballeur brésilien Dani Alves, accusé de viol par une jeune femme dans une discothèque de Barcelone, a-t-on appris jeudi auprès du ministère public. Selon l’acte d’accusation consulté jeudi par l’AFP, le parquet réclame également que le joueur soit soumis à dix ans de liberté sous contrôle judiciaire, une fois sa peine purgée.

Il demande aussi une indemnisation de la plaignante à hauteur de 150.000 euros et “l’interdiction (pour Alves) de s’approcher” d’elle durant dix ans. Alves, ancien joueur du Barça et du PSG notamment, est en détention provisoire depuis le mois de janvier, dans une prison proche de Barcelone.

Crédits-Photos: L’Obs, Loop Haïti-News et Programme TV.