Un véhicule a explosé mercredi sur le Rainbow Bridge, qui relie les États-Unis et le Canada au-dessus des Chutes du Niagara, poussant les autorités des deux pays à fermer les quatre points de passage frontaliers entre l’ouest de l’État américain de New York et la province canadienne de l’Ontario.

Selon la chaîne de télévision américaine Fox News, citant des sources non-identifiées, deux personnes qui se trouvaient à bord du véhicule ont été tuées dans l’explosion et un contrôleur douanier a été blessé. CNN a aussi rapporté la mort de deux personnes, que Reuters n’a pu confirmer dans l’immédiat.

Des sources au fait de l’incident ont déclaré à Reuters que les premiers éléments laissaient penser aux autorités américaines qu’il ne s’agissait pas d’un acte malveillant, mais d’une attitude irresponsable du conducteur, qui a provoqué un accident et l’incendie de sa voiture.

« Il n’y aucune preuve à ce stade qu’il s’agisse d’une activité terroriste », a dit à la presse la gouverneure de l’État de New York, Kathy Hochul en parlant d’un « incident horrible, d’un accident (de voiture), d’une explosion (…) mais à ce stade pas de lien terroriste avéré ». Le journal Niagara Gazette, citant des sources sécuritaires, a déclaré que le véhicule avait accéléré près des postes de contrôle et traversé une clôture séparant les voies d’arrivée et les voies de sortie, où il a explosé.

Les ponts reliant l’État de New York et le sud de la province de l’Ontario, qui font partie des plus fréquentés au monde, ont été fermés pour une durée indéterminée par mesure de sécurité, ont fait savoir les services de Kathy Hochul. Les mesures de sécurité ont été renforcées dans les aéroports et les gares de la région, ont-ils ajouté.

Haiti-Cuba-Nicaragua: les opérateurs des vols charters dans le collimateur de Washington.

Les opérateurs des vols en provenance du Nicaragua vont être sanctionnés par les États-Unis. Washington veut mettre un terme à la noria d’avions remplis de candidats à l’entrée illégale aux États-Unis dont la route, la plus dangereuse route terrestre au monde, passe précisément par le Nicaragua.

La nouvelle cible des autorités américaines concerne les vols charters vers le Nicaragua, remplis de citoyens cubains et, haïtiens. Ils sont généralement le tremplin, l’étape préliminaire avant que ces migrants ne s’élancent ensuite sur la route qui mène à la frontière entre le Mexique et les États-Unis. C’est la route terrestre la plus dangereuse au monde

Les opérateurs aériens qui sous-louent les avions desservant cette destinatPourtant, les avions ne désemplissent pas, faisant monter la pression sur l’administration américaine qui discute depuis des mois avec les États de la région pour juguler le phénomène. De janvier à octobre, 108 000 Cubains et 165 000 Haïtiens ont pris l’avion illégalement. Mais beaucoup sont ensuite expulsés vers leur pays d’origine.

Le mois dernier, Haïti a suspendu les vols vers le Nicaragua. Le département d’État insiste sur la mise en place depuis janvier de son programme de permis humanitaires, mais plus d’un million de personnes attendent d’y avoir accès, une aubaine pour les trafiquants.ion se verront imposer des restrictions de visa, car ils ciblent les migrants et les mettent en danger, a précisé le secrétariat d’État américain dans un communiqué datant du mardi 21 novembre. Les vols, souvent réservés par des agences qui ont pignon sur rue en Floride, sont facturés des milliers de dollars aux migrants.

La trêve dans la bande de Gaza et la libération des otages n’interviendront pas avant vendredi.

■ La libération d’otages israéliens détenus dans la bande de Gaza prévue par l’accord de trêve temporaire scellé entre Israël et le Hamas n’interviendra pas avant vendredi, a déclaré mercredi le conseiller à la Sécurité nationale du Premier ministre israélien. L’accord prévoit la libération de 50 otages – des femmes et des enfants – aux mains du Hamas en échange de la libération de prisonniers palestiniens et d’une trêve de quatre jours dans la bande de Gaza.

■ Un responsable palestinien a indiqué ce jeudi à l’AFP que la trêve dans la bande de Gaza avait été repoussée en raison de discussions « de dernière minute » sur les « noms des otages israéliens et les modalités de leur remise » à une tierce partie.

■ Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu a réaffirmé la détermination d’Israël à poursuivre la guerre.

■ Le bilan des bombardements israéliens dans la bande de Gaza a atteint les 14 128 morts depuis le début de la guerre le 7 octobre, dont 5 840 enfants, selon le ministère de la Santé du Hamas, au pouvoir dans l’enclave palestinienne. Depuis cette date, plus de 1 200 Israéliens ont été tués. L’armée israélienne fait état de 239 personnes retenues en otage par le mouvement islamiste palestinien. 

Crédits-Photos: MSN, Haïti-Liberté et le Parisien.