Avec 14,7 millions de places vendues et un chiffre d’affaires de 1,82 milliard de dollars, Broadway réalise une année record. En vingt ans, les recettes ont bondi de 211%.

Les spectacles de Broadway à New York ont connu une saison 2018-19 record, tant en nombre de spectateurs qu’en recettes, qui ont quasiment doublé en dix ans.

Quelque 14,7 millions de places ont été vendues, en hausse de 7,1% sur un an, pour un chiffre d’affaires de 1,82 milliard de dollars en progression de 7,8%. Les recettes ont quasiment doublé lors de la décennie écoulée (+94%) et plus que triplé (+211%) en vingt ans. En supprimant l’effet de comparaison défavorable avec la saison 2017-18, qui comptait 53 semaines contre 52 cette année, la fréquentation est même en hausse de 9,5% et les ventes de billets de 10,3%.

« To Kill a Mockingbird », l’attraction de la saison

Si le programme n’a pas bénéficié cette année d’une comédie musicale événement comme l’avaient été « Hamilton » en 2015-2016, « Dear Evan Hansen » en 2016-2017 ou « The Band’s Visit » en 2017-2018, plusieurs spectacles ont été des succès, à l’instar de « Tootsie » ou « The Prom ». Côté pièces, « To Kill a Mockingbird » (« Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur »), nouvelle adaptation très attendue du chef-d’oeuvre d’Harper Lee, a été l’attraction de la saison. A ses débuts, au tournant de l’année 2018-2019, la version modernisée de ce roman sur le sud ségrégationniste a même battu le record de recettes pour une pièce à Broadway sur une semaine.

Après avoir connu un bond l’an dernier, le prix moyen des billets a peu évolué cette saison (+0,6%), à 123,87 dollars. Cette stagnation masque une forte disparité entre les comédies musicales, dont le prix moyen a baissé (-2,3%), et les pièces, qui ont connu une forte hausse de 30%. Cette dernière accélération est pour partie due à l’effet « To Kill a Mockingbird », dont certaines places sont vendues 499 dollars au guichet.