Kylian Mbappé a rencontré Pelé ce mardi soir dans un grand hôtel à Paris. Une première depuis que la légende brésilienne du football a désigné l’attaquant français comme son héritier.

Pelé et Mbappé face-à-face. Après avoir dû reporter la rencontre en novembre dernier (la légende brésilienne, 78 ans, étant souffrante), une marque d’horlogerie de luxe – dont les deux stars sont les ambassadeurs – ont pu enfin organiser ce rendez-vous ce mardi soir dans un hôtel parisien.

Après un tête-à-tête confidentiel, le n°10 qui a remporté trois fois la Coupe du monde (1958, 1962, 1970) et l’attaquant prodige du PSG (20 ans) qui a été sacré champion du monde avec les Bleus cet été, ont pu répondre aux questions.

« Je n’ai pas arrêté de le toucher pour voir si c’est vrai »

Dans un entretien sous forme de show promotionnel devant les journalistes, Pelé et Mbappé ont répondu aux questions (posées et transmises avant aux intéressés). « Je n’ai pas arrêté de le toucher pour voir si c’est vrai, c’est une fierté », a confié l’attaquant français, « c’est un moment historique pour moi ».

Un moment d’autant plus historique que le roi Pelé a profité de l’occasion pour redire tout le bien qu’il pensait du jeune prodige parisien. « C’est un joueur intelligent rapide et imprévisible », a déclaré le Brésilien, confiant qu’il aurait aimé « jouer avec lui ». « Mbappé m’envie c’est pour ça qu’il essaye de m’imiter », a-t-il plaisanté ensuite, estimant cependant que son héritier désigné « n’avait pas besoin de conseils »

La barre des 1.000 buts en ligne de mire ?

« Mille buts, c’est possible pour lui », a lancé Pelé – qui a un record de 1.281 réalisations dans toute sa carrière – aux côtés d’un Kylian Mbappé – 92 buts – qui réplique dans un grand sourire : « je pense que j’en serai encore loin à la fin de ma carrière ». Les deux stars de la planète foot se sont confiées à l’AFP mardi avant leur conférence commune.

Et le joueur du PSG de rebondir : « Je pense que même si l’on compte les buts au ‘city stade’ (petit terrain, ndlr), les buts à la ‘PlayStation’, je ne pourrai pas égaler la barre des 1000 buts ! C’est vraiment loin… On va essayer de se rapprocher du mieux qu’on peut mais je pense que j’en serai encore loin à la fin de ma carrière ».

« Etre derrière lui pour les records ça ne me gêne pas ! »

Les deux joueurs se sont ensuite pliés au jeu de la pose pour les nombreux photographes présents.

Les parents de Kylian Mbappé heureux et émus

Le père, la mère et le petit frère de Kylian Mbappé étaient présents lors de cette rencontre. « On va se concentrer simplement sur le pur plaisir que ça lui a procuré. C’est un grand moment pour nous mais je suis surtout heureuse de voir le sourire de mon enfant et de le voir aussi épanoui et avoir les yeux grands ouverts, c’est surtout ça qui comptait aujourd’hui », a confié, Fayza Mbappé, la mère de Kylian Mbappé, à Jacques Vendroux après la rencontre de son fils avec le roi Pelé. 

De son côté, le père de Kylian Mbappé, Wilfried Mbappé, était très heureux également de rencontrer le joueur brésilien : « Je ne sais pas si je suis plus heureux que lui [Kylian Mbappé] mais je suis très heureux et très ému. Il faudrait qu’on compare notre émotion à tous les deux mais je pense que la sienne est déjà très grande. Pelé pour les gens de mon âge c’est un rêve et même pour les plus jeunes. Pelé ça parle à tout le monde donc le rencontrer pour nous c’est extraordinaire. On ne l’avait même pas imaginé et aujourd’hui c’est vraiment grandiose. »

Mbappé, l’héritier désigné

Depuis le Mondial 2018, les deux champions se parlaient par médias interposés et via les réseaux sociaux. Dans une interview accordée à France Football en début d’année le n°10 brésilien estimait que « Mbappé peut devenir le nouveau Pelé« .

Après la victoire de la France en finale de la Coupe du monde 2018, Pelé avait tweeté : « Si Kylian continue d’égaler mes records comme celui-ci, il se peut que je doive dépoussiérer mes bottes… « et Mbappé avait répondu : « Le Roi restera toujours le Roi« .

L’attaquant  parisien est devenu, à 19 ans et 183 jours très précisément, le plus jeune buteur français dans un tournoi majeur en marquant contre le Pérou, le jeudi 21 juin lors du mondial en Russie. Mais le plus jeune buteur de l’histoire de la Coupe du monde de football reste Pelé. Il avait marqué à l’âge de 17 ans et 239 jours lors du quart de finale de la Coupe du monde 1958.

Sport

Tennis: la pépite Félix Auger-Aliassime à Madrid

La nouvelle pépite du tennis canadien, Félix Auger-Aliassime, 18 ans et demi-finaliste à Miami, a été invité ce lundi 1er avril à participer au Masters 1000 de Madrid, qui aura lieu du 3 au 12 mai. Pas assez bien classé au moment de la publication de la liste d’entrée du tournoi, il vient de faire un bond de 24 places au classement ATP.

Il est l’avenir du tennis mondial. A 18 ans, le Canadien Félix Auger-Aliassime vient d’être invité à participer au Masters 1000 de Madrid (3 au 12 mai). Plus jeune demi-finaliste de l’histoire du tournoi de Miami, Félix Auger-Aliassime vient de faire le bond le plus impressionnant du top 100 du classement ATP avec 24 places gagnées, pour s’installer désormais au 33e rang mondial. Il n’était pas assez bien classé au moment de la publication de la liste d’entrée du tournoi, diffusée la semaine dernière. Le jeune prodige canadien, élève du Français Frédéric Fontang, n’aura pas besoin de passer par les qualifications, comme à Miami.

Sans complexes

Lors du tournoi américain, Isner, 32 ans, avait été bousculé lors de sa demi-finale par Auger-Aliassime, mais le tenant du titre s’était appuyé comme souvent sur ses 21 aces pour s’imposer 7-6 (7/3), 7-6 (7/4).

Décomplexé, Auger-Aliassime avait réussi à prendre le service du 10e mondial à deux reprises, une fois dans chaque set. Mais il n’a pas concrétisé cet avantage, trahi à chaque fois par son service et sa nervosité. Dans le premier set, il avait ainsi servi pour gagner la manche, mais avait craqué avec trois doubles-fautes.

« J’ai fait tout ce qu’il fallait pour gagner contre John, mais j’ai manqué la dernière marche et c’est très frustrant. Après le premier set, c’était difficile. Pour une des rares fois de ma carrière, je n’arrivais pas à arrêter de penser aux trois double-fautes », avait-il avoué. En dominant en quarts de finale le Croate Borna Coric 7-6 (7/3), 6-2, Auger-Aliassime avait rejoint André Agassi, Lleyton Hewitt, Rafael Nadal, Novak Djokovic et Andy Murray, seuls à avoir disputé avant lui une demi-finale à Miami à moins de vingt ans.

Le respect de Roger Federer

Avec son physique impressionnant (1,93 m) et son jeu spectaculaire, Auger-Aliassime a donc tout d’un futur grand. Lors du tournoi de Miami, Roger Federer dit admirer « ses accélérations de coup droit et de revers » et « son jeu de jambes ». « Il arrive même à glisser sur du dur. C’est la nouvelle génération et ils ont encore moins peur que nous », raconte alors le Suisse. « J’aime son attitude. Pour quelqu’un de jeune comme lui, c’est très impressionnant, on a vu ça déjà dans le passé avec un Hewitt ou un Nadal, des gens qui sont déjà méga-forts mentalement, et je pense qu’on peut déjà le mettre dans cette catégorie-là », ajoute-t-il.

En février dernier, « FAA » était arrivé en finale à Rio, un tournoi ATP 500, mais s’était incliné face au Serbe Laslo Djere 6-3, 7-5.

« Déjà l’année dernière, il avait fait des matchs à un très haut niveau, mais il était un peu pressé. Là, il se sent plus à l’aise dans les tournois, le fait d’avoir déclenché quelques victoires à Rio ça lui a donné de la confiance », indique son entraîneur.

Félox Auger-Aliassime, dont le père, né au Togo, dirige un club de tennis près de Québec, était 108e mondial le 1er janvier 2019.

Dans le cadre de la relation future avec les groupes de médias, le patron du réseau social s’est par ailleurs défendu comme il le fait souvent de vouloir faire de Facebook un « éditeur », plaidant au contraire pour un statut de partenaire avec la presse. « Nous n’aurons pas de journalistes qui traiteront de l’actualité », a précisé Mark Zuckerberg.