Google a annoncé mardi le lancement d’une plateforme de streaming de jeux vidéo, permettant de jouer sur tout type d’appareils sans avoir à télécharger les jeux.

Google a dévoilé mardi une plateforme technique de jeux vidéo en streaming appelée Stadia, permettant de jouer et aux développeurs de créer des jeux directement en ligne, une avancée permise grâce à la puissance de son « cloud ».

Sans télécharger ou installer les jeux. Avec cette plateforme de « nouvelle génération », qui sera disponible dès cette année, il sera possible de jouer depuis différents appareils (tablette, smartphone, télévision, etc) à des jeux sophistiqués sans accroc et sans avoir à les télécharger ou à les installer, ont expliqué les responsables du groupe, qui a aussi présenté une manette directement reliée à Stadia, lors d’une conférence annuelle des développeurs de jeux vidéo à San Francisco.

« Stadia permet un accès instantané à un jeu », a expliqué Phil Harrison, un des responsables du sujet chez Google. Côté créateurs de jeux, ce service, qui utilise la puissance des « data centers » de Google, permet de créer plus vite et plus facilement, y compris des jeux très sophistiqués graphiquement, ont aussi expliqué les responsables du groupe américain.

Des tests avec Assassin’s Creed. Google, qui est aussi un géant du « cloud », et Ubisoft avaient annoncé il y a quelques mois utiliser la franchise à succès Assassin’s Creedpour tester cette technologie de jeu en streaming, censée proposer la même qualité de jeu que les consoles, mais avec un service en ligne. Quelques heureux élus aux États-Unis ont ainsi pu jouer à Assassin’s Creed Odyssey en streaming avec le navigateur Chrome (Google) sur un ordinateur de bureau ou portable.

Sciences

Une troisième « Super Lune » sera visible dans la nuit de mercredi à jeudi

Après la Lune rouge bien visible depuis la France le 21 janvier dernier, la « Super Lune » qui surviendra dans la nuit de mercredi à jeudi sera la troisième de l’année. Mais cette fois-ci, il faudra s’armer d’un bon télescope pour l’apercevoir.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, à 2h43 très exactement, la Lune sera au plus près de la Terre. Elle paraîtra alors légèrement plus grosse qu’à l’accoutumée et plus lumineuse. Ce sera donc la troisième « Super Lune » de l’année 2019.

Quand la Lune s’approche de la Terre. Ce phénomène appelé plus scientifiquement « phénomène de périgée syzygie » se produit lorsque la distance qui sépare la Terre de la Lune est réduite et qu’il s’agit d’une pleine Lune. Ce phénomène se produit en moyenne tous les un an et 48 jours, selon l’Observatoire de Paris. Dans la nuit de mercredi à jeudi, la distance entre la Terre et son astre ne sera plus que de 366.652 kilomètres.

Une année riche en « Super Lunes ». La première « Super Lune » de l’année s’est déroulée en même temps qu’une éclipse totale de Lune (le 21 janvier dernier), c’est pourquoi elle s’est teintée de rouge cendré. La deuxième est survenue le 19 février dernier mais n’était pas perceptible à l’œil nu depuis la France car il était 16h53. En revanche, les habitants d’Amérique du Nord ont pu en profiter car il faisait nuit à ce moment-là.

Cette fois-ci, la « Super Lune » coïncidera avec l’équinoxe de printemps qui tombe cette année le 20 mars. Ce phénomène astronomique se produit lorsque la durée du jour et de la nuit sont égales. À partir de cette date, le temps d’ensoleillement commence à rallonger.

Un télescope pour ne rien rater. Pour avoir une chance d’apercevoir cette Lune qui paraîtra plus grosse de 7%, selon le CNES, mieux vaut s’armer d’un télescope. La prochaine « Super Lune » (dite bleue parce qu’elle correspondra à la deuxième pleine Lune du mois calendaire) n’aura lieu que le
31 janvier 2037. 

Insolite

Un pigeon voyageur vendu 1,25 million d’euros en Belgique, record mondial

Un pigeon voyageur dressé en Belgique, vedette des concours de colombophilie, a été vendu dimanche plus de 1,25 million d’euros lors d’une vente aux enchères en ligne, devenant l’oiseau de son espèce le plus cher au monde.

C’est le site spécialisé Pigeon Paradise (Pipa) qui a annoncé ce record mondial à l’actif du dénommé Armando, pigeon flamand mâle de l’élevage de Joël Verschoot, un des plus réputés du pays.

« Personne ne s’attendait à ce que le cap magique d’1 million d’euros soit pulvérisé. Le montant final (de la vente) est de 1.252.000 euros », a souligné Pipa sans préciser l’identité de l’acheteur.

Selon l’agence de presse Belga, il s’agit d’un Chinois, qui « utilisera certainement le volatile à des fins reproductives, pour faire naître de nouveaux champions ».

L’intérêt des collectionneurs chinois pour les pigeons voyageurs remonte à quelques années et a fait bondir les prix pour ces « champions », dont la performance consiste à rentrer le premier au bercail, à l’instinct, après avoir parcouru parfois des centaines de kilomètres.

Enracinée en Belgique mais aussi aux Pays-Bas ou dans le nord de la France, la tradition des concours de pigeons voyageurs était sur le déclin. Mais cet intérêt des Asiatiques lui a redonné une seconde vie dans certaines régions.

Selon Pipa, le pigeon le plus cher de l’histoire des ventes sur internet était jusqu’ici « New Bliksem » cédé 376.000 euros en novembre dernier par son propriétaire belge Gaby Vandenabeele.

Fin janvier 2012, rapportait l’AFP à l’époque, Hu Zhen Yu, un richissime industriel chinois, s’était offert « Special Blue » pour 250.000 euros, battant à l’époque le record mondial en la matière.

Armando appartenait à l’élevage Verschoot, établi à Ingelmunster, à l’ouest de la Belgique. Au total, la famille Verschoot a vendu dimanche, à l’issue d’une vente en ligne ouverte depuis quelques semaines, 178 pigeons pour quelque 2 millions d’euros.

Il y a de fortes chances pour qu’Armando reste en Belgique car c’est là que les prix offerts pour sa future progéniture devraient être les plus intéressants, indique encore l’agence Belga.