« Le simple fait (…) que cet individu ait acheté un permis et acquis des armes de ce type, cela me fait dire que les gens vont vouloir que cela change, et je m’y engage », a expliqué la Première ministre néo-zélandaise. 

La première ministre néo-zélandaise s’est engagée samedi à durcir les lois sur le port d’armes, au lendemain de l’attaque de deux mosquées par un Australien équipé d’armes semi-automatiques acquises légalement, qui a fait 49 morts.

La Nouvelle-Zélande a durci le conditions d’accès aux armes semi-automatiques en 1992, deux ans après qu’un malade psychiatrique a tué 13 personnes à Aramoana, sur l’île du sud. Néanmoins, il suffit d’avoir plus de 16 ans pour demander un permis de port d’arme standard après des séances d’instruction en matière de sécurité. Ils peuvent alors acheter un fusil et l’utiliser sans contrôle. La police urbaine en Nouvelle-Zélande n’est pas armée. Les unités des forces spéciales, armées, interviennent le cas échéant.

Trump signe le premier veto de sa présidence pour financer le mur frontalier

Alors que le Congrès a rejeté par une résolution le financement d’urgence du mur frontalier voulu par Donald Trump, le président américain a fait usage vendredi de son veto pour bloquer cette résolution. 

Le président américain Donald Trump a fait usage vendredi de son veto pour bloquerune résolution adoptée par le Congrès et libérer en urgence des fonds pour la construction d’un mur à la frontière avec le Mexique. C’est la première fois depuis son arrivée au pouvoir, il y a plus deux ans, que le président a recours à cette procédure.

Trump a le « devoir » d’opposer son veto. « Le Congrès a la liberté de voter cette résolution et j’ai le devoir d’y opposer mon veto », a-t-il déclaré depuis le Bureau ovale. « Les gens n’aiment pas le mot invasion mais c’est bien de cela dont il s’agit », a-t-il ajouté en évoquant l’immigration clandestine.

737 MAX : Boeing va changer le système anti-décrochage dans une dizaine de jours

Mis en cause dans l’accident du 737 MAX 8 de Lion Air en octobre dernier, le système anti-décrochage de Boeing va être modifié dans une dizaine de jours, a promis le constructeur aéronautique.

Boeing devrait modifier dans une dizaine de jours le système anti-décrochage MCAS mis en cause dans l’accident du 737 MAX 8 de Lion Air en octobre dernier, ont indiqué vendredi à l’AFP deux sources proches du dossier. Elles ont spécifié que cela ne présageait pas des causes de l’accident d’Ethiopian Airlines, dont les boîtes noires sont actuellement analysées par les autorités françaises pour tenter d’en élucider les causes, même si cette tragédie a des similarités avec Lion Air.

La modification prendrait environ deux heures par appareil. Les premiers éléments de l’enquête ont mis en cause un dysfonctionnement sur le système de stabilisation en vol destiné à éviter un décrochage de l’avion, le « MCAS » (Maneuvering Characteristics Augmentation System). Et plusieurs pilotes américains ont également rapporté avoir été confrontés à un dysfonctionnement de ce dispositif. La FAA, le régulateur aérien américain, a demandé à Boeing de modifier ce logiciel au plus tard en avril. L’avionneur américain avait commencé à développer une solution durant les semaines suivant l’accident de Lion Air, a dit à l’AFP vendredi une des sources. Celle-ci serait prête et la modification prendrait environ deux heures par appareil, a-t-elle encore ajouté. Contacté par l’AFP, Boeing n’a pas souhaité commenter.

Le constructeur aéronautique a tenu une conférence téléphonique jeudi avec au moins trois compagnies clientes du 737 MAX et leur a présenté le correctif, a fait savoir l’autre source. Il devrait informer les autres compagnies aériennes clientes au plus tôt la semaine prochaine, a-t-elle poursuivi. Boeing voudrait commencer à installer le correctif dans une dizaine de jours, ont assuré les deux sources.