Facebook a fermé 783 pages, groupes et comptes qui œuvraient en faveur de la position officielle de l’Iran sur des sujets sensibles comme le conflit israélo-palestinien ou la Syrie, dans 26 pays. 

Facebook a annoncé jeudi avoir mis fin à une vaste campagne de manipulation orchestrée à partir d’Iran et dirigée contre de très nombreux pays, dont la France. Le réseau social a indiqué avoir supprimé 783 pages, groupes et comptes qui reproduisaient la position officielle de l’Iran sur des sujets sensibles comme le conflit israélo-palestinien, la Syrie ou encore le Yémen dans les pays visés, sous couvert de comptes ou de pages locales.

26 pays à forte population musulmane visés. « Bien que les gens qui sont derrière ces activités aient essayé de cacher leur identité, une vérification manuelle nous a permis de lier ces comptes à l’Iran », rapporte Facebook. Ces activités ont été détectées au total dans 26 pays, très souvent avec une importante population musulmane, en Europe, en Afrique du Nord, au Moyen-Orient mais aussi en Afghanistan et au Pakistan, en Inde et jusqu’en Indonésie, Malaisie et Afrique du Sud.

Deux millions de comptes abonnés. Quelque deux millions de comptes suivaient au moins une des pages concernées, 1.600 comptes participaient à l’un des groupes et plus de 254.000 comptes suivaient au moins un des comptes Instagram. Facebook anettement étoffé ses équipes destinées à supprimer de sa plateforme ce type de comportement après les virulentes critiques que lui ont valu son manque de réactivité face aux manipulations électorales auxquelles s’est livrée la Russie en faveur de Donald Trump en 2016.

Médias

Les deux journalistes de « Quotidien » arrêtés au Venezuela ont été relâchés

Pierre Caillé et Baptiste des Monstiers ont été relâchés par les autorités vénézuéliennes, deux jours après leur arrestation, et devraient quitter le pays dans quelques heures. 

Deux journalistes français de l’émission Quotidien sur TMC ont été relâchés jeudi par les autorités vénézuéliennes, après avoir été retenus pendant deux jours, ont annoncé sur Twitter l’émission et l’ambassadeur de France au Venezuela.

« Un peu fatigués ». Pierre Caillé et Baptiste des Monstiers, « soulagés et un peu fatigués », « vont bien et vont quitter le Venezuela dans quelques heures », a précisé l’ambassadeur Romain Nadal, publiant deux photos des journalistes. La France a « exigé » leur libération un peu plus tôt dans la journée de jeudi.