Le chef de l’Agence américaine des médicaments (FDA) a annoncé dans un entretien publié dimanche par le Financial Times qu’il était possible qu’un futur vaccin contre le coronavirus soit d’abord autorisé selon une procédure d’urgence, avant la fin des essais cliniques censés confirmer sûreté et efficacité.

Mais il s’est défendu d’être soumis à la pression du président Donald Trump pour autoriser un vaccin avant l’élection présidentielle du 3 novembre, déclarant: « Ce sera une décision fondée sur la science, la médecine, les données. Ce ne sera pas une décision politique ».