Coronavirus-Chine: le confinement source de souffrances, disputes et divorces

Alors que la Chine connaît une décrue des statistiques, avec notamment 99 nouveaux cas de contamination et 28 morts pour le vendredi 6 mars, des dizaines de millions de Chinois restent cependant confinés chez eux. Cette période d’isolement entraîne des disputes, des souffrances psychologiques et même une hausse des divorces.

Un bout de fenêtre pour seul horizon, un espace réduit à partager pendant plusieurs semaines… le confinement est loin d’être une période de repos au temps du coronavirus. Si certains ont annoncé un boom des naissances l’année prochaine lié aux quarantaines qui s’éternisent, en réalité on assiste à une augmentation des violences conjugales en Chine. Selon les médias d’État, le nombre des demandes de divorces aurait explosé dans certaines villes, sans parler des dépressions.

Mesure de santé publique importante pour contenir l’épidémie, la quarantaine a aussi des conséquences psychologiques sur ceux qui subissent ces longues périodes d’isolement, affirme Chee Ng, professeur de psychiatrie à l’université de Melbourne.

« On perd notre routine lorsqu’on est confiné et plus généralement on réduit notre activité physique : les sorties extérieures, le sport, explique-t-il, également directeur du Centre de collaboration et de santé mentale Asie-Australie de l’hôpital St Vincent de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS)Les personnes en quarantaine peuvent être affectées de stress post-traumatique, d’irritabilité, d’angoisse et d’insomnies. »

Excès d’informations anxiogènes

À la différence des crises de santé publique précédentes, les personnes en quarantaine peuvent rester connectées au monde extérieur via les téléphones portables. Mais attention, elles sont également confrontées à ce que l’OMS a qualifié d’« infodémie », un flux interrompu d’informations parfois anxiogènes.

« Le sens commun dirait que l’accès aux réseaux sociaux permet d’aider à se sentir moins isolé en période de crise. En même temps, les personnes confinées ont accès à des informations en ligne qui ne sont pas toujours vérifiées,poursuit le docteur Chee Ng. On ne sait pas si le flot d’informations, qui n’existait pas pendant le Sras, peut aggraver ou non l’impact psychologique du confinement. »

Près d’un million de personnes toujours en quarantaine à Pékin

Pour répondre à ces difficultés d’ordre psychologiques, la commission nationale de la santé en Chine avoir mis en place 300 centres téléphoniques d’urgences dans le pays… mais pas toujours avec suffisamment de personnel qualifié au bout du fil. Le dispositif devrait être renforcé d’ici la fin du mois.

Au-delà des dizaines de millions d’habitants de la province du Hubei, totalement isolée du reste du pays depuis le 23 janvier dernier, d’autres mégalopoles sont concernées par les restrictions de déplacements en Chine : près de 870 000 personnes sont toujours en quarantaine aujourd’hui à Pékin.


Coronavirus: l’Italie ferme ses écoles, Israël renforce ses mesures

Près de 95 000 cas de nouveau coronavirus, dont 3 245 décès, ont été recensés mercredi  à travers le monde. Les principaux pays touchés restent la Chine, la Corée du Sud et l’Italie.

■ L’Italie passe la barre symbolique des 100 morts

En 24 heures, l’Italie a enregistré 28 morts et 587 cas supplémentaires de coronavirus. Le bilan s’établit désormais à 107 morts et 3 089 cas depuis le début de l’épidémie, selon des chiffres officiels communiqués par le chef de la Protection civile Angelo Borrelli. « 3,47% des personnes contaminées sont décédées et 8,94% sont guéries », a-t-il précisé.

À lire aussi : L’ex-secrétaire général de l’ONU Javier Perez de Cuellar est décédé à l’âge de 100 ans

Biden-Sanders: duel de septuagénaires pour l’investiture démocrate américaine

Primaire démocrate: Biden en tête dans le «Super Tuesday», la Californie à Sanders

Aux États-Unis, les premiers résultats du Super Tuesday, tombent les uns après les autres. Les démocrates ont voté dans quatorze États pour choisir le candidat qui affrontera Donald Trump en novembre prochain. Il s’agit pour l’essentiel d’un duel entre Bernie Sanders, le sénateur du Vermont, et Joe Biden, l’ancien vice-président de Barack Obama.

Joe Biden remporte l’Alabama, l’Arkansas, la Caroline du Nord, le Massachusetts, le Minnesota, l’Oklahoma, le Tennessee et la Virginie.

Bernie Sanders est en tête dans le Colorado, l’Utah et le Vermont. Il est donné gagnant en Californie et reste le favori au Texas.

Défaite cuisante d’Elizabeth Warren dans son fief du Massachussets

Joe Biden a remporté ce mardi la primaire démocrate dans le Massachusetts, fief de sa rivale progressiste Elizabeth Warren dans la course à l’investiture, selon les estimations des médias américains. L’ancien vice-président, jusqu’ici à la peine depuis le début des scrutins pour ces primaires, s’est relancé en s’imposant dans huit Etats en lice lors de ce « Super Tuesday », où 14 Etats votaient au total.

Pour la sénatrice du Massachusetts Elizabeth Warren, en revanche, c’est une énorme défaite au milieu d’une soirée ratée, où elle est souvent arrivée en troisième ou quatrième position. Avec Mike Bloomberg, « elle est la grande perdante ce soir. Elle ne s’est même pas approchée de la victoire chez elle », a ironisé sur Twitter le président républicain Donald Trump.

Dynamique confirmée pour Biden

Pour l’instant, la soirée se déroule bien pour Joe Biden qui reprend du poil de la bête après de mauvais résultats lors des premiers caucus. L’ancien vice-président gagne largement en Virginie, et l’emporte en Caroline du Nord et dans l’Alabama, selon les estimations des médias américains, trois États du Sud qui comptent une importante minorité noire.

Joe Biden capitalise donc sur la dynamique qu’il a créée en Caroline du Sud où il a gagné samedi dernier et il confirme son ancrage au sein de la communauté afro-américaine.

La victoire de Joe Biden en Virginie n’est pas vraiment une surprise. Traditionnellement, les démocrates de cet État du Sud préfèrent des candidats modérés. Mais lorsque la chaîne CNN a annoncé les premières estimations, des sympathisants de l’ancien vice-président rassemblés dans un restaurant à Richmond ont poussée des cris de joie et de soulagement. Car une défaite de Joe Biden en Virginie aurait été une catastrophe.

James Minor, un militant afro-américain, affiche un large sourire. Il embrasse ses amis et se veut optimiste. « La plupart des électeurs en Virginie pensent que Joe Biden et le mieux placé pour battre Donald Trump,lance-t-il.Les démocrates doivent se rassembler pour le battre. Et Biden peut le faire car il a de l’expérience en tant qu’ancien vice-président. Moi je vais continuer à faire campagne, à mobiliser les électeurs car cette élection est vraiment importante. Il est temps que Donald Trump s’en aille ! »

Un peu comme un troisième mandat d’Obama

Assise à côté de lui, Sandra Antoine ne cache pas non plus son enthousiasme. Pour elle, Joe Biden c’est un peu comme un troisième mandat de Barack Obama. « Je reconnais que l’équipe Biden-Obama a fait avancer notre pays dans une bonne direction, en rassemblant le pays. Cette unité, elle est partie, au grand regret de beaucoup de gens. Moi je veux que le pays soit à nouveau uni, comme de véritables “États-Unis”. »

Un peu plus loin, à l’université du Commonwealth de Virginie, une association d’étudiants organise une soirée électorale. Sophia Anisami ne cache pas qu’elle aurait préféré que Bernie Sanders remporte l’Etat. « Pour moi, la lutte contre le réchauffement climatique est une priorité. J’y pense tout le temps et les autres jeunes aussi. On veut également un système économique plus social, plus équitable. Ces sujets-là sont importants pour les jeunes et c’est pour cela qu’ils préfèrent Bernie Sanders. »

Son cœur bat pour Bernie mais si Joe Biden sort gagnant des primaires, Sophia Anisami le soutiendrait aussi. Car le plus important, pour elle comme pour ses amis, c’est de faire en sorte que Donald Trump ne fasse qu’un seul mandat à la Maison Blanche.

La Virginie n’a pas fait que des heureux. Pour la première fois confronté aux urnes ce mardi, Michael Bloomberg ne parviendrait pas au seuil des 15 % des voix nécessaires pour obtenir des délégués dans cet État du Sud où il a dépensé des sommes faramineuses.. Le milliardaire new-yorkais obtient un maigre lot de consolation. Il aurait selon les projections emporté les Samoa, un petit territoire qui ne compte que six délégués.

Sanders reste confiant

Si la soirée a donc bien commencé bien donc pour Joe Biden, les résultats devraient être progressivement plus favorables à Bernie Sanders. Il est certes en ballottage dans le Maine, qu’il comptait emporter facilement car c’est un État frontalier du sien. Mais « Bernie », vainqueur dans le Colorado, l’Utah et chez lui, dans le Vermont, pourrait l’emporter au Texas, un État qui compte 228 délégués. Par ailleurs, les sondages le donnaient gagnant en Californie, le gros lot de la soirée où les résultats devraient tomber dans les prochaines heures.

Sanders a affiché sa « confiance absolue » dans sa victoire finale à l’investiture démocrate malgré ces premiers résultats donnant une avance à Joe Biden. « Je vous l’affirme avec une confiance absolue, nous allons remporter l’investiture démocrate et nous allons battre le président le plus dangereux de l’histoire de notre pays », a déclaré le candidat à la Maison Blanche devant ses partisans dans son bastion du Vermont.

« C’est une bonne soirée ! Et il semble qu’elle va devenir encore meilleure ! Elle ne s’appelle pas Super Tuesday pour rien », s’est réjoui de son côté Joe Biden devant ses partisans réunis à Los Angeles, en Californie. 

À lire aussi : Coronavirus: un deuxième cas confirmé au Sénégal

Coronavirus: la Chine annonce 38 décès supplémentaires, le nombre de cas en repli

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.