Mondiaux 2025 de cyclisme: La candidature du Rwanda «en bonne voie»

Directrice générale de l’UCI (Union Cycliste Internationale) depuis 2018 – et première femme à occuper ce poste au sein de l’instance – la Française Amina Lanaya était à Kigali, en fin de semaine dernière, pour assister à l’épilogue du Tour du Rwanda. Une visite de terrain classique dans le cadre de la candidature du pays à l’organisation des Championnats du monde de cyclisme sur route 2025. L’occasion pour notre consœur RFI d’aborder avec elle les sujets du moment.

Amina Lanaya, quel est exactement l’objet de votre mission, ici, au Rwanda ?

Amina Lanaya : Comme vous le savez, l’UCI a pris la décision d’attribuer, pour la première fois, l’organisation des Championnats du monde de cyclisme sur route 2025 à un pays africain (NDLR : la décision sera prise au mois de septembre, le Rwanda et le Maroc sont candidats). Je suis venue en émissaire, pour prendre la température et me faire une idée de ce que pourraient être des Mondiaux, ici, au Rwanda. J’ai aussi rencontré les autorités locales, la ministre des Sports notamment, pour évoquer les pistes de développement. Notre idée est d’aussi d’accompagner les athlètes africains pour qu’ils soient également acteurs de ces Championnats du monde organisés sur leur continent, qu’ils se battent pour des médailles.

C’est votre premier contact avec le Rwanda et son Tour national, quelles sont vos impressions ?

Honnêtement, je suis impressionnée par la ferveur populaire. On m’en a toujours parlé, on m’a beaucoup dit : « tu verras, le Tour du Rwanda, c’est fantastique », mais il faut vraiment le voir pour le croire. Quand j’étais dans la voiture, sur le Mur de Kigali, j’ai vu cette foule, ces enfants, ces familles, et j’en ai eu des frissons. Je n’avais jamais ressenti quelque chose d’aussi fort en course et pourtant j’ai déjà suivi des classiques belges ou des étapes du Tour de France. Cette épreuve est poussée par toute la population, par le gouvernement. Le Tour du Rwanda est une référence en matière de développement de notre sport et c’est pour cela qu’on peut parler d’une candidature en bonne voie pour l’organisation des Mondiaux 2025.

Vous évoquiez la nécessité d’avoir des coureurs africains candidats à des médailles d’ici aux Mondiaux 2025, mais l’éveil du cyclisme continental prend du temps, peut-être plus que prévu. Les pionniers (Daniel Teklehaimanot, Natnael Berhane, Joseph Areruya…) ont posé les bases en participant aux courses importantes du calendrier mondial, mais sans vraiment briller. Comment l’expliquez-vous ?

Je pense qu’il faut aborder le développement du cyclisme africain de manière chirurgicale, pays par pays. Les coureurs érythréens, par exemple, ont plus de facilités à avoir des résultats, à s’adapter en Europe, parce qu’il y a chez eux une véritable culture de ce sport. C’est plus compliqué pour les autres, pour les Rwandais par exemple. Le rôle de l’UCI, de son Centre Mondial du Cyclisme (CMC), mais aussi de certaines fédérations, comme la Belgique ou la France, est d’encadrer ces coureurs, pas seulement de les aider à trouver une équipe, et puis plus rien, non ! Ils ont besoin d’être accompagnés de manière plus spécifique. Ces cyclistes doivent absolument courir en Europe, donc il faut mettre en place des partenariats avec des fédérations nationales et des équipes professionnelles. Je sais par exemple que Jean-René Bernaudeau (NDLR : le manager de la formation Total Direct-Energie) tient au développement du cyclisme africain, qu’il est prêt à aider. L’UCI va aussi discuter avec d’autres équipes pour élaborer un plan et une stratégie globale.

Ne faudrait-il pas aussi essayer d’intervenir plus tôt dans la formation des coureurs pour régler ce problème de culture cycliste, de culture tactique de la course ?

Tout à fait. L’UCI a aussi pour mission de détecter très tôt les talents de demain. Nous avons depuis quelques années un centre continental en Afrique du Sud. Des stages de formation sont proposés pour les athlètes, mais aussi pour les mécaniciens, pour les entraîneurs… Ce travail doit commencer le plus tôt possible pour inculquer aux plus jeunes les principes du cyclisme. C’est un sport difficile, complexe à comprendre. Tous ces plans de formation sont prévus depuis un certain temps, mais nous sommes en train de mettre l’accent dessus.

Le Rwanda dispose d’un centre d’entraînement, à Musanze, l’Africa Rising Cycling Center. Il était question qu’il devienne le second centre continental de l’UCI en Afrique. Où en est-on ?

Le processus de labellisation de tous nos centres satellites est en cours. Le centre de Musanze pourrait être l’un d’entre eux. Je l’ai visité hier (NDLR : le 29 février 2020), je l’ai trouvé très bien, mais il reste des investissements à y faire pour accéder à un niveau supérieur en ce qui concerne les équipements, les infrastructures. Pour l’instant, il y a un manque de moyens, mais l’UCI est prête à aider. Il faut aussi des clubs pour former, détecter les champions de demain. Tout ne peut pas être concentré à un seul endroit. Nous avons besoin d’informations supplémentaires sur ce qui peut être fait avec les différents clubs dans le pays, mais l’idée est d’annoncer officiellement d’ici le mois de septembre prochain la labellisation du centre au Rwanda.

Le Real Madrid enfin roi du clasico

Le Real Madrid a remporté le clasico face au FC Barcelone ce dimanche 1er mars, en clôture de la 26e journée de Liga. Vinicius Junior et Mariano permettent au Real de prendre la tête du championnat.

Enfin, le Real Madrid a remporté un clasico à domicile. Les hommes de Zinedine Zidane ont battu ce dimanche le FC Barcelone 2-0 au stade Santiago-Bernabéu, en clôture de la 26e journée. Leur dernier succès chez eux face aux Catalans, en championnat remontait au 25 octobre 2014. Cette victoire construite en seconde période permet au Real de prendre la tête de la Liga aux dépens du Barça.

Les Madrilènes auraient pourtant pu être menés à la pause. Thibaut Courtois a dû s’interposer à deux reprises. D’abord en remportant son duel face à Arthur (33e), puis en détournant une demi-volée de Lionel Messi (39e). Plus tôt, Antoine Griezmann, idéalement servi par De Jong, avait manqué le cadre au point de pénalty. A la mi-temps, le Real Madrid s’en sort bien et va prendre la seconde période en main.

Un record pour Vinicius Junior

Après un sauvetage de Marc-André ter Stegen (56e), puis de Gerard Piqué face à Isco (60e), Vinicius Junior ouvre le score. Lancé dans le dos de la défense, il vient battre Ter Stegen de près, bien aidé par Gerard Piqué dont le tacle dévie la trajectoire du ballon (71e). Avec ce but, le Brésilien devient le plus jeune buteur de l’histoire du clasico, à 19 ans et 233 jours. Il bat le record de Lionel Messi (19 ans, 259 jours) en 2007. La Pulga aura d’ailleurs été très peu en vue dans cette rencontre.

Impuissants, Messi et ses coéquipiers vont ensuite concéder un deuxième but inscrit par Mariano, tout juste entré en jeu. Sur son premier ballon, le Dominicain marque son premier but de la saison d’une frappe dans le petit filet (93e).

Le Real n’avait plus gagné face au Barça en Liga en sept oppositions. Les « Merengues » font coup double en mettant fin à cette série négative et en prenant la tête du championnat, avec un point d’avance sur le FC Barcelone.

Coronavirus: le semi-marathon de Paris annulé et Juve-Inter reporté

Le ministre français des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, a annoncé, samedi, l’annulation du semi-marathon de Paris qui devait avoir lieu ce dimanche, à cause de l’épidémie de coronavirus. En Italie, cinq matchs du championnat de football prévus ce week-end, dont le choc entre la Juventus et l’Inter Milan dimanche, ont été reportés au 13 mai, a annoncé La Ligue de football italienne. Outre Juve-Inter, les rencontres concernées sont AC Milan-Genoa, Parme-Spal, Sassuolo-Brescia, programmés dimanche, et Udinese-Fiorentina prévu ce samedi. Ces matchs devaient initialement se tenir à huis-clos.

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.