Lionel Messi : «Neymar a vraiment hâte de revenir au Barça»

Dans le long entretien qu’il a accordé à Mundo Deportivo, le sextuple Ballon d’Or France Football évoque tour à tour le cas de son ancien coéquipier, Eric Abidal, et sa situation personnelle au sein du FC Barcelone.

Après la défaite du Paris Saint-Germain sur la pelouse du Borussia Dortmund en huitième de finale aller de la Ligue des champions et la sortie de sa star brésilienne dans la foulée de la rencontre, voilà une déclaration qui ne ravira pas la tifoseria parisienne. Dans un entretien qu’il a accordé à Mundo Deportivo et qui a paru aujourd’hui, Lionel Messi a indiqué que Neymar, son ancien coéquipier, avait «vraiment hâte de revenir au Barça». Le tout avant de souligner que «Ney (était) l’un des meilleurs au monde» et qu’il adorerait le retrouver.

Après avoir livré son sentiment au sujet du Brésilien, l’Argentin a également été invité à s’exprimer sur les remous qui secouent actuellement le FC Barcelone et sur les propos tenus par Eric Abidal dans les colonnes de Sport au début du mois. Le directeur sportif y avait notamment critiqué l’attitude des joueurs sous les ordres de l’ancien entraîneur, Ernesto Valverde, démis de ses fonctions début janvier.

«Je ne pouvais pas laisser Abidal m’attaquer» a déclaré le numéro 10 avant d’aller plus loin : «Je ne sais pas ce qui lui est arrivé pour dire cela (…). Cela laissait entendre que j’avais beaucoup de pouvoir et que je prenais des décisions pour le club. Ca m’a dérangé d’entendre dire ce genre de choses, de me décrire comme l’un des responsables du licenciement de l’entraîneur. Il est directeur technique, c’est lui qui prend les décisions. C’est pour cela que j’ai tenu à clarifier la situation

Sur sa situation personnelle, Messi a par ailleurs affirmé qu’il ne pouvait tout simplement «pas penser à quitter le Barça». Avant de dresser des louanges au sujet d’une autre recrue potentielle, son compatriote Lautaro Martinez, également dans le viseur des dirigeants catalans dans la perspective du prochain mercato d’été.

Coronavirus: la Chine est contrainte de déclarer forfait en Coupe Davis

La Chine a été contrainte de déclarer forfait pour sa rencontre de Coupe Davis face à la Roumanie prévue dans près de trois semaines en raison de l’épidémie de coronavirus qui frappe le pays. La Chine devait jouer à Piatra Neamt, en Roumanie le 6 et 7 mars lors des éliminatoires du Groupe mondial 1, l’équivalent de la deuxième division mondiale du tennis. Pour expliquer ce forfait, la fédération internationale de tennis a évoqué mardi sur Twitter « des restrictions accrues en réponse à l’épidémie actuelle de coronavirus ».

Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs en raison du coronavirus

L’épidémie de Covid-19, le nouveau coronavirus apparu en Chine en décembre, perturbe la tenue du prochain marathon de Tokyo, prévu le 1er mars. Les 38.000 amateurs qui devaient y participer devront faire l’impasse. Les organisateurs ont annoncé, lundi, que l’événement ne sera pas ouvert aux amateurs, par crainte de propagation du Covid-19. « Nous sommes arrivés à la conclusion qu’il était malheureusement difficile d’organiser cet événement auquel se joignent des amateurs », a déclaré la Fondation du marathon de Tokyo. Seuls les coureurs d’élite, valides et en chaises roulantes, pourront y participer.

Le président Macky Sall pose la première pierre du futur stade du Sénégal

Le président sénégalais Macky Sall a lancé le 20 février dans la nouvelle ville de Diamnadio, près de Dakar, les travaux d’un stade de 50 000 places. D’un coût de 238 millions d’euros, il s’agit de l’une des infrastructures devant accueillir les Jeux olympiques de la Jeunesse (JOJ) en 2022, prévus pour la première fois en Afrique.

 Jeudi, le président sénégalais a donné le coup d’envoi du chantier du futur « Stade du Sénégal » en présence de membres du gouvernement et de personnalités du sport, comme l’ex-footballeur international sénégalais El Hadj Diouf ou Fatma Samba Diouf Samoura, secrétaire générale de la FIFA.

Devant un public tout en cris et en musique, les trois écrans géants ont projeté en rafale les images de la structure carrée et alvéolée du futur « stade du Sénégal ». Dans son habituel costume bleu foncé et une pelle à la main, Macky Sall a assuré que le Sénégal devait se donner les moyens de ses ambitions sportives. « Ce stade, j’ai eu l’ambition de le réaliser au lendemain dumatch Sénégal-Pologne en Coupe du monde au Spartak de Moscou, a-t-il déclaré. C’était un prix important. J’ai considéré que la jeunesse sénégalaise et le sport sénégalais n’avaient pas de prix ».

 Objectif 2022

Cette jeunesse pourra faire ses armes ici à l’occasion des Jeux olympiques de la Jeunesse que Dakar accueillera en 2022. « Ce futur temple du sport contribuera à faire de cette ville de Diamnadio un pôle de référence à l’échelle africaine et mondiale », estime Mamadou Diagna Ndiaye, président du Comité national olympique sénégalais. Pour ce projet ambitieux, Macky Sall a appelé le ministre des Sports et la Fédération sénégalaise de football à obtenir l’organisation d’une Coupe d’Afrique des nations d’ici quatre ans.

Situé à quelques centaines de mètres du Dakar Arena, autre projet d’infrastructure sportive phare du mandat de Macky Sall, le complexe comprendra un terrain de football aux normes de la FIFA, des tribunes pouvant accueillir jusqu’à 50 000 spectateurs, deux terrains d’entraînement ainsi qu’une piste d’athlétisme. Avec ce stade olympique, dont le chantier a été confié à la société turque Summa pour un montant de 238 millions d’euros, le Sénégal espère se propulser sur la scène sportive mondiale.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.