Le Comité olympique russe s’est dit déterminé mardi à ce que la Russie participe aux JO-2020 à Tokyo, confirmant que l’exclusion du pays des grandes compétitions sportives pour avoir falsifié des données antidopage sera contestée.

« Le Comité olympique de Russie (COR) est un membre de droit et à part entière du mouvement olympique, c’est pourquoi nous avons toutes les raisons de considérer que nous allons former l’équipe pour Tokyo et nous ferons tout pour que l’équipe participe sous le drapeau tricolore russe », a dit Stanislav Pozdniakov, patron du COR, à l’issue d’une réunion.

Il a par ailleurs confirmé que le COR, en tant que membre fondateur de l’agence antidopage Rusada, allait approuver mardi la décision du 19 décembre de son conseil de surveillance de ne pas accepter les sanctions prononcées par l’Agence mondiale antidopage (AMA).

Le 9 décembre, cette organisation a interdit à la Russie de participer pour quatre ans aux principaux évènements internationaux, notamment les Jeux olympiques 2020 et 2022 et la Coupe du monde de foot 2022.

Formellement, une fois que les fondateurs de Rusada – les comités olympique et paralympique russes – auront donné leur accord mardi, l’agence antidopage russe va notifier l’AMA qu’elle conteste ces sanctions. L’agence mondiale devra alors saisir le Tribunal arbitral du sport (TAS) qui se prononcera en dernier ressort.

Les sanctions prévoient notamment que seuls des sportifs russes triés sur le volet pourront participer aux compétitions, mais sous drapeau neutre et sans que l’hymne national ne soit joué. Ce que le Comité olympique russe juge inacceptable, tandis que le gouvernement a dénoncé une « hystérie » russophobe.

L’AMA a imposé ces lourdes sanctions car elle estime la Russie coupable d’avoir « manipulé » les données du laboratoire antidopage de Moscou qui lui avaient été transmises début 2019 dans un souci de transparence.

Il s’agit là du énième rebondissement dans un scandale qui a démarré avec la révélation en 2015 d’un dopage institutionnel pratiqué en Russie depuis 2011 et impliquant hauts fonctionnaires, agents secrets et fioles d’urine trafiquées.

JO 2020: Mbappé avec la France, un rêve en questions

Kylian Mbappé veut participer aux Jeux olympiques 2020 à Tokyo avec l’équipe de France, mais il a besoin de l’accord de son club. Or, l’attaquant doit déjà disputer l’Euro 2020 avec les Bleus juste avant le rendez-vous au Japon. Son éventuelle participation aux JO 2020 représente un sujet de pourparlers supplémentaire entre le buteur et le PSG.

44 buts en 2019 (41 avec Paris et 3 avec l’équipe de France) qui font de lui le 3e meilleur buteur en Europe derrière Robert Lewandowski (54 buts) et Lionel Messi (50 buts), la barre des 100 buts en carrière déjà dépassée, et seulement 21 ans au compteur depuis le 20 décembre : Kylian Mbappé a vécu une nouvelle année faste, après un cru 2018 exceptionnel auréolé d’un titre mondial avec les Bleus.

Sans surprise, le magazine France Football a désigné l’attaquant meilleur joueur français de 2019, comme en 2018. Dans un entretien exclusif publié ce lundi 23 décembre dans les colonnes de l’hebdomadaire, Kylian Mbappé a évoqué sa progression et ses objectifs. Il a notamment été question des Jeux olympiques 2020.

L’Euro et les JO en l’espace d’un mois avant d’attaquer une nouvelle saison ?

Retour au 24 juin dernier : lors du Championnat d’Europe Espoirs, l’équipe de France concède un match nul face à la Roumanie (0-0) qui lui garantit une place pour les demi-finales ainsi que son billet pour les JO de Tokyo. Cette qualification est une première pour les Espoirs français depuis les Jeux de 1996 à Atlanta. Sur les réseaux sociaux, Kylian Mbappé réagit avec tellement d’enthousiasme que de nombreux observateurs se demandent s’il ne s’agit pas d’une candidature à une place dans le groupe des Espoirs du sélectionneur Sylvain Ripoll.

Alors, Mbappé aux prochains JO ? C’est une vraie possibilité. « Bien sûr que je veux y aller », confirme le Parisien à France Football. Le tournoi olympique est réservé aux joueurs de moins de 23 ans (ainsi qu’à trois joueurs âgés de plus de 23 ans par nation), ce qui rend une éventuelle participation de l’ex-Monégasque plausible. Mais le sujet est plus complexe que cela.

En effet, il n’est pas rare que des clubs rechignent à laisser leurs joueurs participer aux JO, qui ont lieu en début de saison et qui n’ont pas autant d’importance qu’une Coupe du monde, une Coupe d’Afrique des nations, un Euro ou une Copa America. Et justement, dans le cas de Mbappé, il n’y a pas que la saison 2020-2021 avec le PSG qui sera à prendre en compte : avant les Jeux de Tokyo (du 24 juillet au 9 août), le joueur aura aussi à son programme l’Euro 2020 avec l’équipe de France (du 12 juin au 12 juillet). Côté santé, le risque de surchauffe guette.

Paris et Mbappé en pleines négociations

Kylian Mbappé le concède : « Je ne maîtrise pas tout » à propos des JO 2020, dit-il à France Football. Et si son désir est d’être du rendez-vous au Japon, le joueur se veut prudent vis-à-vis du PSG : « Si mon club, qui est mon employeur, ne veut pas que j’y aille, je n’irai pas au clash. » L’hypothèse d’une participation aux prochains Jeux doit faire l’objet d’une discussion prochainement avec Leonardo, le directeur sportif du club de la capitale.

Le sujet des JO 2020 représente un élément supplémentaire non-négligeable des discussions entre les deux parties, à savoir le joueur et les dirigeants parisiens. Arrivé à Paris en 2017, Kylian Mbappé est sous contrat jusqu’en 2022. Dans six mois, il sera donc à deux ans de la fin de son bail. Une situation quelque peu délicate pour le PSG, qui cherche à convaincre son prodige de prolonger. Car, sans surprise, un joueur d’un tel talent attise les envies.

En Espagne, la presse en est convaincue : tôt ou tard, et peut-être dès cet été 2020, le Real Madrid mettra le paquet pour s’offrir les services du champion du monde et en faire sa nouvelle tête d’affiche. Les Madrilènes et l’entraîneur Zinedine Zidane sont fans de Mbappé depuis longtemps, et ils sont convaincus que le Français sera le meilleur joueur du monde des prochaines années, à l’image de Lionel Messi et Cristiano Ronaldo depuis 12 ans.

Thiago Silva et Marquinhos avaient pu jouer les JO 2012 et 2016

Kylian Mbappé répète qu’il est bien au PSG et qu’il n’a aucunement l’intention d’aller contre la volonté de ses dirigeants. Les Parisiens devront toutefois faire attention à ne pas froisser leur joyau à propos des JO 2020, d’autant plus que ces dernières années, ils ont autorisé d’autres joueurs à prendre part à des rendez-vous olympiques. En 2012, Thiago Silva, fraîchement recruté à l’AC Milan, avait pu participer aux JO de Londres avec le Brésil (médaille d’argent). Mais il était déjà avec la sélection olympique lorsque son transfert fut conclu, et Paris avait dû patienter quelques semaines supplémentaires avant de découvrir « O Monstro » (« Le Monstre »). Et en 2016, c’est un autre Brésilien, Marquinhos, recruté en 2013 à l’AS Rome, qui avait pu jouer les JO de Rio de Janeiro (médaille d’or). Dans ce cas précis, le PSG avait eu de nettes réticences avant d’accepter de laisser le défenseur jouer ces JO.

Champion du monde à 19 ans, dans le gotha du football mondial depuis déjà deux ans, Kylian Mbappé a l’appétit d’un géant. Les Jeux olympiques, autrefois boudés par les meilleurs joueurs du monde, ont retrouvé un certain prestige. Et l’attaquant français, qui veut tout gagner, se verrait bien faire coup double en enchaînant Euro et JO en l’espace d’un mois. À condition que Paris soit d’accord… Si ce n’est pas le cas, l’enfant de Bondy aura peut-être une autre chance. « Si je n’arrive pas à y aller en 2020, il me restera 2024, à Paris en plus », se projette-t-il. « J’aimerais vraiment faire au moins une fois les JO dans ma carrière », insiste le serial-buteur. Le message est passé.