Pékin menace Washington de « représailles » après la signature par Trump de la loi sur Hong Kong

Washington a promulgué la semaine dernière une loi soutenant les manifestations pro-démocratie qui agitent depuis des mois l’ancienne colonie britannique, désormais sous tutelle chinoise.

Le gouvernement chinois a menacé jeudi de prendre « des mesures de représailles » après la promulgation par le président américain Donald Trump de la loi soutenantles manifestations en faveur de la démocratie à Hong Kong. La loi promulguée par Washington « est une abomination absolue et dissimule de sinistres intentions », a estimé le ministère chinois des Affaires étrangères, dans un communiqué qui ne précise pas quelles mesures Pékin pourrait prendre.

La loi américaine « est un acte d’hégémonie pure et simple », a accusé la diplomatie chinoise, qui avait en vain mis en garde le président américain contre une promulgation de la loi adoptée la semaine dernière par le Congrès. Ce texte « soutient effrontément les actes commis contre d’innocents citoyens qui ont été frappés, blessés et brûlés (…) par des criminels violents », a ajouté le régime communiste.

Pékin dénonce un mouvement dirigé par des pays étrangers

Depuis le début des manifestations pour la démocratie dans l’ancienne colonie britannique il y a près de six mois, Pékin dénonce « des émeutiers » téléguidés par des pays étrangers, au premier rang desquels les États-Unis et la Grande-Bretagne. Le gouvernement hongkongais, pour sa part, a exprimé son « profond regret » après la promulgation, estimant qu’elle envoyait « un mauvais message aux manifestants ».