La romancière afro-américaine Toni Morrison, prix Nobel de littérature, est morte

L’écrivaine afro-américaine Toni Morrison, prix Nobel de littérature en 1993, est morte, a annoncé mardi sa famille.

La romancière, essayiste, critique et dramaturge Toni Morrison est morte à l’âge de 88 ans, a annoncé mardi août sa famille. Elle fut la première auteure afro-américaine à avoir reçu le prix Nobel de littérature, en 1993, et elle reste la seule à ce jour. “Toni Morrison est décédée paisiblement la nuit dernière, entourée de sa famille et de ses amis”, a précisé un communiqué de ses proches. Le texte précise que l’écrivaine est décédée à l’issue d’une courte maladie, sans préciser laquelle.

Connue pour son best-seller Beloved

Descendante d’une famille d’esclaves, Toni Morrison, née Chloé Ardella Wofford, est connue pour avoir donné une visibilité littéraire aux Noirs. Cette brillante universitaire a écrit onze romans sur une période couvrant six décennies, mais également des essais, des livres pour enfants, deux pièces de théâtre et même un livret d’opéra. Elle a exploré toute l’histoire des Afro-américains depuis leur mise en esclavage jusqu’à leur émancipation dans la société américaine actuelle.

C’est à l’âge de 39 ans qu’elle a publié son premier roman, The Bluest Eye (1970). Véritable légende de la littérature américaine, elle était surtout célèbre pour son best-seller Beloved.Acclamé par la critique, ce roman lui a valu une reconnaissance mondiale ainsi que le Prix Pulitzer en 1988. Beloved avait également été adapté au cinéma par le réalisateur Jonathan Demme, auteur du Silence des agneauxet dePhiladelphia, en 1998.

Avec Beloved, mais aussi Jazz (1992) et Paradise (1997), deux autres romans emblématiques, elle est l’auteure d’une trilogie littéraire incontournable sur l’histoire des Afro-Américains. Son dernier roman en date, God Help the Child, est paru en 2015.

Un “trésor national” pour Obama. L’ex-président démocrate Barack Obama a rendu mardi un vibrant hommage à Toni Morrison, qualifiant la romancière de “trésor national”. “Son écriture représentait un superbe et profond défi à notre conscience et à notre imagination morale”, a écrit l’ancien président, qui avait décerné la prestigieuse médaille de la Liberté à Toni Morrison lors d’une cérémonie à la Maison-Blanche le 29 mai 2012.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.