Le tableau « Judith et Holopherne », attribué au peintre italien Caravage, a été acheté par un collectionneur d’art américain proche du Metropolitan Museum of Art, selon « La Gazette de Drouot » et le « New York Times ».

Le gestionnaire de fonds et collectionneur d’art américain Tomilson Hill est le mystérieux acheteur de la toile Judith et Holopherne, attribuée au Caravage après sa découverte dans un grenier toulousain en 2014, ont affirmé vendredi la Gazette de Drouot et le New York Times.

Un tableau vendu avant même sa mise aux enchères

La toile devait être vendue aux enchères jeudi à Toulouse, pour une mise de 30 millions d’euros, mais ce rendez-vous, très attendu par le marché de l’art international, avait été annulé 48 heures plus tôt. La maison de vente Labarbe avait annoncé une vente de gré à gré.

Le tableau, Judith et Holopherne, réalisé en 1607, qui représente la scène biblique de la jeune héroïne du peuple hébreu tranchant le cou du général assyrien, pourrait, selon ce média, être exposé au Metropolitan Museum of Art. La toile pourrait également être prêtée à la National Gallery of Art de Washington ou au Musée Paul Getty de Los Angeles, selon le NYT.

Après sa découverte dans un grenier toulousain en 2014, l’État Français avait classé le tableau « trésor national », empêchant, jusqu’en novembre 2018, sa vente à l’étranger. Mais le manque de certitude sur son authenticité et sa valeur ont finalement joué dans sa décision de ne pas s’en porter acquéreur.

Lors d’un autre procès intenté par l’État de Virginie, James Fields a aussi été reconnu coupable du meurtre de Heather Heyer. Sa sentence devrait être annoncée en juillet. Selon l’observatoire des groupes extrémistes Southern Poverty Law Center, 81 personnes ont été tuées depuis 2014 aux États-Unis par des « individus influencés par la droite radicale », et l’année 2018 a été « la plus meurtrière », avec une quarantaine de victimes.