La police brésilienne dépose plainte contre l’accusatrice de Neymar

Selon la jeune femme, qui accuse le footballeur du Paris Saint-Germain Neymar de l’avoir violée mi-mai à Paris, la police brésilienne est “vendue”.

La police brésilienne a annoncé jeudi avoir déposé une plainte pour diffamationcontre Najila Trindade, qui a accusé Neymar de viol, après que le mannequin a insinué que les forces de l’ordre étaient corrompues. C’est ce que la jeune femme a laissé entendre lors d’une interview à la chaîne SBT, lors de laquelle elle évoquait le vol présumé d’une tablette sur laquelle elle aurait enregistré une vidéo de sa rencontre avec l’attaquant vedette à la mi-mai à Paris.

Alors que le présentateur lui disait que la police n’avait pas trouvé au domicile où a eu lieu le vol d’autres empreintes que les siennes et de son employée, la Brésilienne a répondu : “Alors la police est vendue ? Ou pas ? Ou je suis folle ?”. La police a déposé une plainte, tout en publiant un communiqué jeudi défendant sa “transparence absolue, sa neutralité et son impartialité”.

Les difficultés s’accumulent pour Najila Trindade

Najila Trindade voit les difficultés s’accumuler depuis le dépôt de sa plainte contre Neymar, le 31 mai. Lundi, elle a été lâchée par son troisième avocat d’affilée, Me Danilo Garcia.

Celui-ci lui a reproché d’avoir déclaré qu’il serait impliqué dans le vol présumé de la même tablette censée contenir, selon elle, la deuxième partie d’un enregistrement vidéo essentiel. Il s’agit de la vidéo, dont la première partie a filtré sur les réseaux sociaux, d’une rencontre entre elle et Neymar au lendemain du viol présumé à Paris. Ces extraits contiendraient selon elle des preuves irréfutables de la culpabilité du joueur du Paris SG.

L’acteur Cuba Gooding Jr inculpé d’agression sexuelle à New York

Celui qui a notamment incarné O.J Simpson dans la mini-série “American Crime Story” est accusé d’avoir palpé la poitrine d’une femme dans un bar de Manhattan le week-end dernier. 

L’acteur américain Cuba Gooding Jr a été inculpé jeudi à New York d’agression sexuelle, en lien avec un incident supposé le week-end dernier et qu’il réfute catégoriquement.

“J’ai confiance dans le système”

Un porte-parole de la police a confirmé que le comédien, qui a reçu l’Oscar du meilleur second rôle en 1997, s’était bien rendu aux autorités et avait été inculpé d’attouchements non sollicités. L’avocat de Cuba Gooding Jr, Mark Heller, a indiqué jeudi à la sortie d’un commissariat de New York où s’était présenté l’acteur un peu plus tôt, que son client plaiderait non coupable.

Selon plusieurs médias américains, la plaignante reproche au natif de New York de lui avoir palpé la poitrine dans un bar de Manhattan dimanche soir. Interrogé mardi à l’aéroport de Los Angeles par le site TMZ, Cuba Gooding Jr avait réfuté tout geste déplacé. “J’ai confiance dans le système”, avait-il déclaré. “Il y a un enregistrement qui montre ce qui s’est réellement passé.” Le délit d’attouchements non sollicités est passible d’un an de prison selon la loi de l’État de New York.

Une deuxième plainte pour des faits antérieurs

“Monsieur Gooding n’a pas agi de manière inappropriée en quoi que ce soit”, a renchéri jeudi son avocat. “Rien dans l’enregistrement vidéo ne pourrait même être considéré comme ambigu.” Selon plusieurs médias américains, une autre femme a déposé plainte contre lui lundi au sujet d’un incident survenu, d’après elle, en mars 2008. Elle affirme que l’acteur, qui a incarné l’ancien joueur de football américain O.J. Simpson dans la mini-série American Crime Story, lui a mis la main aux fesses dans une boîte de nuit de Manhattan.

Âgé de 51 ans, Cuba Gooding Jr a plus de trois décennies de carrière à son actif. Il s’est fait connaître avec le film “Boyz n the Hood” (1991), avant d’enchaîner plusieurs seconds rôles d’importance durant les années 1990. Son interprétation d’un joueur professionnel de football américain haut en couleur dans le film “Jerry Maguire” lui a valu un Oscar en 1997.

Trump annonce le départ de Sarah Sanders, porte-parole de la Maison-Blanche

Le président américain a indiqué sur Twitter le départ de cette proche collaboratrice, qui fut à ses côtés durant la campagne de 2016. 

Le président américain Donald Trump a annoncé jeudi le départ de Sarah Sanders, porte-parole de la Maison-Blanche et proche collaboratrice qui fut à ses côtés durant la campagne de 2016. “Notre merveilleuse Sarah Sanders quittera la Maison-Blanche et rentrera chez elle dans l’État de l’Arkansas à la fin du mois”, a tweeté Donald Trump. Le milliardaire républicain a ajouté espérer qu’elle soit un jour candidate à la fonction de gouverneur de cet État, un poste qu’a occupé son père Mike Huckabee, figure de la politique américaine. “Elle serait fantastique !”, a-t-il lancé.

Un poste stratégique et très exposé 

Donald Trump n’a donné aucune indication sur le nom de la personne qui pourrait lui succéderait à ce poste stratégique, et très exposé. Les Américains avaient découvert l’accent du Sud de cette grande femme brune, née dans la petite ville de Hope (espoir, en anglais), dès les débuts de l’administration de Donald Trump, en tant qu’adjointe du porte-parole Sean Spicer, qu’elle avait remplacé en juillet 2017. Petite, elle baignait déjà dans la politique grâce à son père, dont elle fut la directrice de campagne lors de la primaire républicaine de 2016 avant de rejoindre l’équipe de Donald Trump.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.