Facebook suspend la pré-installation de ses applications sur les appareils Huawei

Facebook, WhatsApp, Instagram et Messenger ne seront plus installés directement sur les nouveaux téléphones Huawei.

Les applications Facebook ne seront plus pré-installées sur les nouveaux appareils du groupe chinois Huawei, visé par des sanctions américaines prises au nom de la sécurité nationale en plein conflit commercial entre Pékin et Washington, a indiqué le réseau social américain vendredi.

Seulement pour les nouveaux appareils

Toutefois, les propriétaires actuels de smartphones Huawei disposant de ces applications (Facebook, WhatsApp, Instagram, Messenger) pourront continuer à les utiliser et à les mettre à jour, a précisé le groupe à l’AFP, confirmant des informations de presse. Facebook a précisé être “en train d’examiner” les textes officiels des autorités américaines et de “prendre les mesures pour s’y conformer”, a précisé une porte-parole. Pour l’heure, le groupe a suspendu la fourniture de technologies permettant à Huawei de pré-installer ces applications.

Comme beaucoup d’applications populaires, Facebook est pré-installé sur les smartphones ce qui suppose que le réseau social collabore technologiquement avec le groupe chinois pour rendre cela possible.  Mais l’administration américaine a interdit le partage de technologies entre groupes chinois et américains, ce qui entraîne des effets en cascade sur tout le secteur technologique.

Google avait déjà coupé les ponts

Il s’agit d’un nouveau coup dur pour le géant chinois des télécoms, devenu la bête noire du président Donald Trump : Google a indiqué en mai qu’il devait couper les ponts avec Huawei, le privant de fait à terme de l’accès à son système mobile Android et à certaines applications. D’autres entreprises dans le monde ont annoncé cesser leur collaboration avec Huawei.

Alors que les États-Unis et la Chine sont embourbés dans une guerre commerciale à coup de droits de douane punitifs, Huawei cristallise en grande partie le conflit, d’autant que les deux puissances sont en concurrence frontale dans le domaine technologique. Washington a placé le 15 mai Huawei, actuellement numéro deux des smartphones et un des leaders mondiaux des équipements 5G, sur une liste d’entreprises soupçonnées d’espionner pour le compte de Pékin. Ce que dément fermement le groupe chinois. Les États-Unis ont peu après donné trois mois de délai à Huawei, jusqu’à mi-août, avant d’imposer les sanctions, le temps que les industriels s’adaptent.


Sciences

La Nasa ouvrira la Station spatiale internationale aux touristes de l’espace dès 2020

Dès l’an prochain, la Nasa ouvrira l’ISS aux touristes et aux entreprises moyennant… 30.000 euros environ, par nuit et par astronaute.

La Nasa a annoncé vendredi qu’elle autoriserait dès l’an prochain des touristes de l’espace et des entreprises à utiliser, contre paiement, la Station spatiale internationale (ISS), dont elle cherche à se désengager financièrement.

Des séjours d’un mois maximum

“La Nasa ouvre la Station spatiale internationale aux opportunités commerciales”, a annoncé Jeff DeWit, le directeur financier de l’agence spatiale américaine, à New York. “La Nasa autorisera jusqu’à deux missions courtes d’astronautes privés par an”, a précisé Robyn Gatens, une responsable de la Nasa gérant l’ISS.

Soit des séjours jusqu’à 30 jours, a précisé la Nasa. Potentiellement, jusqu’à une douzaine d’astronautes privés pourraient ainsi séjourner à bord de l’ISS par an.

Environ 30.000 euros par nuit

Ces “astronautes privés” seront transportés exclusivement par les deux sociétés qui développent en ce moment des véhicules pour la Nasa : SpaceX, avec la capsule Crew Dragon, et Boeing, qui construit la capsule Starliner. Ces sociétés choisiront les clients et leur factureront le voyage, qui sera la partie la plus coûteuse de l’aventure : de l’ordre de 58 millions de dollars (51 millions d’euros) par aller-retour, qui est le tarif moyen qui sera facturé à la Nasa pour transporter ses astronautes. Mais les touristes paieront la Nasa pour le séjour en orbite, pour la nourriture, l’eau et tout le système de support de la vie à bord. “Cela coûtera environ 35.000 dollars -31.000 euros) par nuit, par astronaute”, a dit Jeff DeWit.

L’ISS n’appartient pas à la Nasa : la station a été construite avec la Russie depuis 1998, et d’autres nations participent et envoient des astronautes. Mais les États-Unis détiennent et contrôlent la majorité des modules. Ces touristes de l’espace ne seront pas les premiers : l’homme d’affaires américain Dennis Tito fut le premier, en 2001. Il avait payé la Russie environ 20 millions de dollars à l’époque.


Insolites

États-Unis : un retraité gagne le gros lot grâce à un biscuit chinois

Un retraité de 66 ans a remporté 344,6 millions de dollars en jouant les numéros inscrits sur l’horoscope issu d’un biscuit chinois de la chance de sa petite-fille.

Quelques numéros dans un biscuit chinois et c’est le jackpot : un retraité américain de 66 ans a remporté 344,6 millions de dollars (soit 306 millions d’euros) grâce aux numéros inscrits sur le petit bout de papier contenu dans un “biscuit de la chance” de sa petite-fille.

Un horoscope qui porte chance

“Depuis deux ans environ, je jouais toujours les mêmes cinq numéros”, a confié Charles W. Jackson Jr., lors d’une conférence de presse à Raleigh, en Caroline du Nord, où il a reçu son gain au tirage du Powerball de samedi. Des numéros qui se trouvaient sur une bandelette de papier enfermée dans un “fortune cookie”, ce “biscuit de la chance” parfois offert dans certains restaurants asiatiques en fin de repas et qu’il faut casser en deux pour récupérer ce papier avec un horoscope et quelques chiffres.

Charles W. Jackson Jr. a raconté les avoir récupérés auprès de sa petite-fille de huit ans lors d’un dîner dans un restaurant vietnamien : “J’ai regardé les numéros au dos [de l’horoscope], je pourrais vouloir les jouer. C’est de là qu’ils viennent”. Depuis, il les cochait lorsqu’il tentait régulièrement sa chance au Powerball et au Mega Millions, remportant quelques dollars par-ci par-là.

223 millions de dollars reçus immédiatement

“Je ne m’attendais pas à gagner, j’ai juste été chanceux”, a-t-il relevé, se disant “un peu abasourdi” par ce gain. Il avait la possibilité de recevoir l’intégralité du jackpot en versements étalés sur trente ans ou de toucher immédiatement une somme réduite. Il a choisi cette seconde option, qui représente tout de même 223 millions de dollars (soit près de 200 millions d’euros).qué en mai qu’il devait couper les ponts avec Huawei, le privant de fait à terme de l’accès à son système mobile Android et à certaines applications. D’autres entreprises dans le monde ont annoncé cesser leur collaboration avec Huawei.

Alors que les États-Unis et la Chine sont embourbés dans une guerre commerciale à coup de droits de douane punitifs, Huawei cristallise en grande partie le conflit, d’autant que les deux puissances sont en concurrence frontale dans le domaine technologique. Washington a placé le 15 mai Huawei, actuellement numéro deux des smartphones et un des leaders mondiaux des équipements 5G, sur une liste d’entreprises soupçonnées d’espionner pour le compte de Pékin. Ce que dément fermement le groupe chinois. Les États-Unis ont peu après donné trois mois de délai à Huawei, jusqu’à mi-août, avant d’imposer les sanctions, le temps que les industriels s’adaptent.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.