Donald Trump menace : si Téhéran “veut se battre”, ce sera “la fin officielle de l’Iran”

Une montée des tensions entre l’Iran et les États-Unis fait craindre depuis quelques semaines un nouveau conflit dans la région. Le dernier tweet de Donald Trump, dimanche, est inquiétant.

Le président américain Donald Trump a menacé l’Iran de destruction dimanche en cas d’attaque contre des intérêts américains. “Si l’Iran veut se battre, ce sera la fin officielle de l’Iran. Plus jamais de menaces à l’encontre des États-Unis”, a lancé Donald Trump sur Twitter.

La tension monte encore d’un cran

Les tensions entre Washington et Téhéran se sont exacerbées, alors que les États-Unis ont annoncé le déploiement dans le Golfe du porte-avions Abraham Lincoln et de bombardiers B-52, invoquant des “menaces” de la part de l’Iran. Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a cependant minimisé samedi la possibilité d’une nouvelle guerre dans la région. À l’issue d’une visite en Chine, le ministre iranien s’est dit “certain (…) qu’il n’y aurait pas de guerre puisque nous ne souhaitons pas de conflit et puisque personne ne se fait d’illusion quant à sa capacité à affronter l’Iran dans la région”, a rapporté l’agence officielle Irna.

Les relations américano-iraniennes sont au plus bas depuis que le président Trump a décidé, il y a un an, de se retirer de l’accord international conclu en 2015, visant à limiter le programme nucléaire iranien en échange d’une levée des sanctions contre Téhéran, et depuis le rétablissement des sanctions économiques américaines contre l’Iran, en novembre dernier.

Un journaliste du “New York Times” quitte la Colombie après un article controversé sur l’armée

Un journaliste du “New York Times” a annoncé avoir quitté la Colombie après que plusieurs hommes et femmes politiques aient vivement critiqué un de ses articles mettant en cause des pratiques de l’armée colombienne. 

Le journaliste duNew York Times Nicholas Casey a indiqué dimanche avoir quitté laColombie en raison de “fausses accusations” du parti au pouvoir à son encontre à la suite d’un article qu’il a écrit sur l’armée colombienne. “J’ai pris la décision de rester en dehors du pays en raison de fausses accusations lancées hier sur Twitter par (la sénatrice pro-gouvernementale) Maria Fernanda Cabal et reproduites par plusieurs hommes politiques ces dernières 24 heures”, a déclaré Nicholas Casey dans un message envoyé à la presse.

Dans son reportage Les nouveaux ordres de tuer de l’armée colombienne inquiètent les troupes publié samedi, le journaliste dénonce le fait que l’armée exige que ses troupes “doublent” les pertes et les captures au combat, sans leur demander “perfection” ni totale “précision” au moment de “l’exécution d’attaques létales”. Il affirme avoir consulté des documents officiels de l’armée et interviewé des officiers de haut rang.

Un tweet d’une sénatrice critiquant le journaliste devenu viral

La sénatrice Cabal, membre du parti au pouvoir, a publié sur Twitter des photos du journaliste et écrit : “Voici le ‘journaliste’ Casey qui a fait une tournée en 2016 avec (la guérilla des) Farc dans la jungle. Combien l’auraient-ils payé pour ce reportage contre l’armée colombienne ?” Le tweet est rapidement devenu viral et des partisans du parti de droite du président Ivan Duque se sont joints aux critiques.

Le New York Times a défendu son journaliste sur le même réseau social : “Nous informons de manière précise et impartiale (…) Dans ce cas, nous rapportons tout simplement ce que disent les documents rédigés par l’armée, ainsi que les informations fournies par les officiers colombiens eux-mêmes.” Avant ces échanges sur les réseaux sociaux, le ministre de la Défense a décrit l’article comme “plein d’incohérences”, dans une déclaration en présence du chef de l’Etat. 

L’article suggère que l’armée actuelle “n’a rien appris de l’un des chapitres les plus sombres de l’histoire de la Colombie”

Le directeur pour les Amériques de l’ONG Human Rights Watch (HRW), José Miguel Vivanco, a commenté samedi cet article. “Ces pratiques suggèrent que l’armée actuelle et le ministère de la Défense n’ont rien appris de l’un des chapitres les plus sombres de l’histoire de la Colombie, celui des ‘faux positifs’, et mettent la population civile en grand danger”, a-t-il réagi sur Twitter. Les soi-disant “faux positifs” étaient une pratique utilisée par les forces de l’ordre entre 2000 et 2008, sous le gouvernement d’Alvaro Uribe, parrain politique de l’actuel président, qui consistait à exécuter des personnes en les présentant comme guérilleros tués au combat.

Selon HRW, “plus de 3.000 civils” auraient été tués durant cette période. Au total, 961 militaires ont été condamnés pour ces crimes, selon le parquet. La Colombie, le principal producteur mondial de cocaïne, émerge d’un demi-siècle de conflit sanglant où s’affrontaient des guérilleros, des paramilitaires, des agents de l’État et des trafiquants de drogue. Plus de huit millions de personnes ont été tuées, portées disparues ou déplacées.

En Italie, la mafia change de visage et de stratégie

Alors qu’Armando Siri, un proche de Matteo Salvini récemment limogé du gouvernement italien, se trouve visé par une affaire de collusion mafieuse, la mafia italienne semble mue par une nouvelle stratégie.

C’était un proche de Matteo Salvini. L’ex-secrétaire d’État italien aux transports Armando Siri, limogé le 8 mai, est visé par une enquête pour corruption et collusion mafieuse. Il serait intervenu pour protéger les intérêts d’une société spécialisée dans les énergies renouvelables. Si cette affaire renforce les soupçons de liens entre la Ligue du Nord et la mafia, soupçons que formule depuis plusieurs mois le journaliste Roberto Saviano, elle révèle également une évolution dans la criminalité organisée, alors que 5 milliards d’euros ont été saisis à la mafia en Italie l’an dernier.

L’image du parrain qui fait régner la peur arme au poing semble avoir vécu. Désormais, les mafieux italiens misent sur les gros flux financiers. Ils investissent dans des sociétés de paris en ligne basés à Malte, dans des opérations de trading entre l’Italie et la Croatie… Et dans la mozzarella, comme le révélait récemment une enquête du Süddeutsche Zeitung. Les Italiens appellent cela la bourgeoisie mafieuse.

Naples et la Sicile perdent du terrain

Symbole de cette préférence pour la délinquance en col blanc, les barons paraissent délaisser le sud de l’Italie. Naples et la Sicile perdent du terrain au profit du Nord. Fabrice Rizzoli, auteur de La Mafia de A à Z, confirme que le business y est bien plus juteux. “Comment Milan, capitale économique de l’Italie, à deux pas de la Suisse, pourrait-elle être épargnée ? Toutes les sociétés d’import-export sont basées à Milan. Quand les mafieux sont allés dans le Nord de l’Italie et qu’ils ont commencé à corrompre les élus des conseils municipaux, les banquiers, ils n’ont pas trouvé de résistance”, explique-t-il. 

La prise de conscience est lente, mais la formation des magistrats commence à porter ses fruits. C’est ainsi que certaines affaires de délinquance financière aboutissent. Les juges anti-mafia du nord commencent à se spécialiser dans ce domaine, là où, depuis plus de trente ans, leurs confrères du Sud confisquent des biens mal-acquis à tour de bras. 

International

Afrique du Sud : Arnold Schwarzenegger attaqué pendant un événement sportif

L’ancien bodybuilder s’est vu asséner un coup de pied dans le dos, alors qu’il discutait avec des fans, au milieu de la foule, à l’occasion de l’Arnold Classic Africa, à Johannesburg.

L’acteur hollywoodien Arnold Schwarzenegger a été attaqué samedi à Johannesburg par un homme qui lui a donné un coup de pied dans le dos au cours d’un événement sportif qu’il avait organisé. “Merci de vos préoccupations, mais il n’y a pas à s’inquiéter”, a déclaré Schwarzenegger, âgé de 71 ans, sur Twitter.

“Je pensais que j’étais juste bousculé.” L’acteur et ancien gouverneur de Californie discutait avec ses fans au Sandton Convention Centre de Johannesburg lorsqu’un homme a fait un bond en avant et lui a donné un coup de pied dans le dos. “Je pensais que j’étais juste bousculé par la foule, ce qui arrive souvent. J’ai réalisé que j’avais reçu un coup de pied quand j’ai vu la vidéo, comme vous tous. Je suis content que cet idiot n’ait pas interrompu mon Snapchat”. Schwarzenegger était à Johannesburg pour l’Arnold Classic Africa, un festival annuel international de multisports.

“Il a été malheureusement attaqué par surprise par un supporter fou alors qu’il fait une tournée de soutien aux athlètes,” ont déclaré les organisateurs, ajoutant que l’assaillant, arrêté dans la foulée, était connu de la police pour des incidents similaires. Schwarzenegger a déclaré aux organisateurs qu’il ne porterait pas plainte.

États-Unis : pour la première fois, un élu républicain appelle à destituer Donald Trump

Le parlementaire du Michigan Justin Amash a affirmé samedi que certaines révélations du rapport Mueller pourraient justifier la destitution de Donald Trump, une première venant d’un élu républicain.

L’élu du Congrès Justin Amash a estimé samedi que Donald Trump a eu un comportement pouvant conduire à son “impeachment”, devenant ainsi le premier parlementaire républicain à appeler à la destitution du président américain. Cet élu du Michigan a également accusé le ministre de la Justice Bill Barr d’avoir “délibérément” induit le public en erreur au sujet de la teneur de l’enquête du procureur spécial Robert Mueller sur l’ingérence russe dans l’élection présidentielle américaine de 2016.

Dans une série de tweets, l’élu conservateur a déclaré que “peu d’élus du congrès ont lu le rapport Mueller” qui fait état “de nombreux exemples de comportements” pouvant correspondre à la qualification “d’obstruction à la justice”. “Il ne fait aucun doute qu’une personne qui ne serait pas présidente des États-Unis serait inculpée sur la base de telles preuves”, a-t-il soutenu.

Un élève armé maîtrisé par un prof de sport dans un lycée américain

Le professeur a plaqué l’élève au sol et aucun coup de feu n’a été tiré, vendredi dans un lycée de Portland.

Un élève en possession d’un fusil a été maîtrisé vendredi sur le campus de son lycée de Portland, dans l’ouest des États-Unis, par un professeur de sport qui l’a plaqué au sol, sans qu’aucun coup de feu ne soit tiré. La police, qui est rapidement intervenue pour arrêter le suspect, n’a pas communiqué son identité mais selon plusieurs témoignages d’élèves du lycée Parkrose, il s’agit d’un de leurs camarades de Terminale âgé de 18 ans. 

L’élève “armé d’un fusil” est “entré dans une salle de classe”

“Juste avant midi, quelqu’un a pénétré sur le campus du lycée Parkrose avec une arme à feu. Des employés de l’établissement se sont interposés et l’un des employés a plaqué au sol cette personne”, a relaté lors d’une conférence de presse le sergent Brad Yakots, de la police de Portland, dans l’Etat de l’Oregon. “Aucun blessé n’a été signalé.” Les enquêteurs ont établi que le suspect, “armé d’un fusil”, “était entré dans une salle de classe” avant d’être maîtrisé. A leur arrivée sur place, les policiers ont trouvé l’employé en train de retenir l’individu dans le couloir”, a précisé la police de Portland dans un communiqué. 

Thaïlande : un chien salué en héros pour avoir sauvé un bébé

L’animal a repéré le nourrisson enterré par sa mère sous une couche de détritus et alerté son propriétaire.

Il s’appelle Ping Pong, n’a que trois pattes après un accident de voiture, et il est acclamé en héros : un chien a sauvé la vie d’un bébé enterré par sa mère, une adolescente, dans un champ du nord-est de la Thaïlande, a annoncé samedi la police.

Le nouveau-né était enterré sous une couche de détritus près d’une ferme dans le district de Chumpuang, dans la province de Nakhon Ratchasima, mais il a été retrouvé par Ping Pong le même jour, le 15 mai. Le chien s’est mis à creuser dans le sol et à aboyer, alertant son propriétaire, un gardien de troupeau, qui l’a rejoint sur les lieux. “Je pense que le chien l’a trouvé peu après que sa mère l’avait enterré”, a déclaré à l’AFP l’officier de police Panuvat Udkam, précisant que le petit garçon, admis à l’hôpital, est en bonne santé. 

La mère poursuivie pour tentative de meurtre

La mère, âgée de 15 ans, est poursuivie pour tentative de meurtre et abandon d’enfant. Elle est soupçonnée d’avoir voulu se débarrasser de l’enfant par peur que ses parents soient en colère contre elle, selon le policier. “Donc après avoir accouché toute seule elle l’a enterré”, a-t-il raconté. 

La famille de la jeune fille a réclamé la garde du nourrisson. Les médias locaux se sont emballés pour cette histoire et, sur les réseaux sociaux, des Thaïlandais ont salué l’action de Ping Pong. le chien est le “meilleur ami” de l’homme, a résumé un utilisateur de Facebook sur la page du journal Khaosod English.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.