Le Venezuela double le salaire minimum

Nicolas Maduro a fait plus que doublé le salaire minimum vénézuélien, l’amenant à environ 8 dollars par mois. Selon une ONG, cela couvre à peine un dixième du coût de l’alimentation de base. 

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a plus que doublé le salaire minimum, le portant à l’équivalent d’environ 8 dollars par mois, dans un contexte d’hyperinflation et de forte dévaluation du bolivar, selon un décret publié vendredi.

Le salaire de base est passé de 18.000 bolivars (3,46 dollars au taux de change officiel) à 40.000 bolivars (7,69 dollars), selon le décret publié au journal officiel. Cette augmentation s’applique avec un effet rétroactif au 16 avril. Nicolas Maduro a par ailleurs relancé le paiement d’un bon alimentaire fixé à 25.000 bolivars (4,80 dollars). Le président vénézuélien annonce habituellement les augmentations de salaires sur les chaînes nationales de radio et télévision. Cette fois-ci, son administration l’a fait par décret.

Le FMI prévoit cette année une hyper-inflation de 10.000.000%

Ce nouveau revenu minimum couvre à peine un dixième du coût du panier alimentaire de base, selon l’ONG Cenda qui mesure le coût de la vie. Il permet seulement d’acheter environ quatre kilos de viande de bœuf. Le Venezuela traverse une crise économique sans précédent. Il connaît notamment de graves pénuries de médicaments et de produits de première nécessité. Le Fonds monétaire international (FMI) prévoit cette année une hyper-inflation de 10.000.000%. 
Il s’agit de la deuxième augmentation de salaire décrétée par Maduro cette année.

En 2018, le président socialiste avait ordonné six augmentations salariales, sans que cela permette aux Vénézuéliens de récupérer leur pouvoir d’achat. En août, il avait lancé un programme de réformes destiné à endiguer la crise et annoncé une dévaluation de 96%. La monnaie nationale a depuis perdu 98,8% supplémentaires. L’entrée en vigueur, à partir de dimanche, de l’embargo américain sur le pétrole vénézuélien risque d’aggraver la crise économique.
Selon Nicolas Maduro, les sanctions économiques ont déjà causé 30 milliards de dollars de dommages à l’économie qui tire 96% de ses revenus du pétrole.

Cet embargo américain sur le pétrole est destiné à accroître la pression sur le président Maduro. Les Etats-Unis et plus d’une cinquantaine de pays ont reconnu l’opposant vénézuélien et président de l’Assemblée nationale Juan Guaido comme président par intérim du Venezuela.

Fusillade dans une synagogue : Trump condamne l’antisémitisme et la haine

Le président des Etats-Unis Donald Trump a condamné l’antisémitisme et la haine samedi à la suite de la fusillade qui a fait un mort et trois blessés en Californie. 

Le président américain Donald Trump a condamné samedi “l’antisémitisme” et “la haine” après une fusillade dans une synagogue de Californie qui a fait un mort et trois blessés.

Les Etats-Unis en deuil. “Ce soir, le coeur de l’Amérique est avec les victimes de l’horrible fusillade dans une synagogue (…) Notre Nation toute entière est en deuil, prie pour les blessés et dit sa solidarité avec la communauté juive. Nous condamnons avec force les maux de l’antisémitisme et de la haine, qui doivent être vaincus”, a-t-il déclaré lors d’une réunion publique à Green Bay, dans le Wisconsin.

L’attaque, au dernier jour des festivités de la Pâque juive, a visé la communauté juive de Poway, une ville d’environ 50.000 habitants. C’est une femme de 60 ans qui a succombé à ses blessures, tandis que les blessés sont une mineure, le rabbin et un homme de 34 ans, a indiqué le shérif du comté de San Diego. 

Le tireur arrêté. La police locale a annoncé que le tireur présumé, un jeune homme de 19 ans habitant San Diego, avait été arrêté. Il s’appelle John T. Earnest, et n’était pas connu des services de police. D’après les médias locaux, il avait annoncé publiquement sur internet son intention de tuer des juifs.

Californie : un ancien combattant renverse délibérément huit piétons qu’il croit musulmans

Un ancien combattant américain arrêté après avoir foncé en voiture sur des piétons avait choisi ses victimes parce qu’il les croyait musulmanes, a indiqué la police vendredi. Parmi les huit blessés, une adolescente est dans le coma. 

Un homme de 34 ans, arrêté après avoir blessé huit piétons en Californie en leur fonçant dessus avec sa voiture, avait délibérément pris pour cible une famille parce qu’il les croyait musulmans, a indiqué vendredi la police. Le chauffeur, Isaiah Peoples, aurait visé cette famille uniquement sur leur apparence, selon l’enquête des policiers de Sunnyvale, près de San Francisco, qui traitent désormais l’affaire comme un “crime motivé par la haine”, une catégorie d’infractions pénales à part.

Une adolescente dans le coma. “De nouvelles preuves montrent que Peoples a intentionnellement visé les victimes en fonction de leur race et du fait qu’il les croyait de confession musulmane”, écrit le service de sécurité publique de Sunnyvale dans un communiqué. Selon des médias locaux, trois membres de cette famille figurent parmi les huit piétons blessés mardi en début de soirée: le père, une fille de treize ans et un garçon de neuf ans. L’adolescente est la plus sérieusement touchée et se trouve actuellement dans le coma. La nationalité et la religion de la famille visée n’ont pas été précisées.

On ignore si le suspect, formellement inculpé vendredi, avait suivi spécifiquement cette famille ou a agi sur une impulsion. L’avocat d’Isaiah Peoples a toutefois estimé lors d’une conférence de presse que ce drame “était clairement le résultat d’un trouble mental” et qu’il allait demander des expertises psychiatriques pour son client, un ancien combattant qui pourrait souffrir de syndrome de stress post-traumatique.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.