Le père d’Emiliano Sala est décédé, trois mois après la mort de son fils

Horacio Sala, le père d’Emiliano Sala, disparu tragiquement lors d’un crash d’avion en janvier dernier, est décédé d’une crise cardiaque.

La famille Sala vit une année tragique. Elle avait commencé avec la disparition d’Emiliano, l’attaquant nantais de 28 ans, transféré à Cardiff cet hiver, et victime d’un crash d’avion en voulant relier les deux villes, la nuit du 21 janvier dernier. Elle se poursuit avec le décès d’Horacio Sala, son père, des suites d’une crise cardiaque, ce vendredi matin. Il avait 58 ans.

« Il n’a jamais réussi à surmonter la mort d’Emi »

« La femme de Horacio m’a appelé à cinq heures du matin, les médecins étaient déjà sur place », a annoncé Julio Müller, le maire de Progreso, village d’où est originaire la famille Sala. « Il n’a jamais réussi à surmonter la mort d’Emi ». Emiliano Sala avait disparu brutalement, après un accident d’avion, en janvier dernier, alors qu’il venait de dire au revoir à ses anciens coéquipiers du FC Nantes, avant de se rendre à Cardiff, où il venait d’être transféré.

Son corps avait été retrouvé plus de deux semaines après, à 67 mètres de profondeur, dans la Manche. SelonLe Parisien, Horacio Sala avait été très touché par les révélations concernant la non-qualification du pilote de l’avion de son fils, qui n’était pas habilité à voler la nuit. Encore une nouvelle terrible pour la famille Sala.

PSG : Neymar suspendu trois matches de Ligue des champions pour « insultes » envers l’arbitre

Le 6 mars, alors que le PSG venait de s’incliner en Ligue des Champions face à Manchester United, Neymar avait insulté l’arbitre de la rencontre sur les réseaux sociaux. Le club va faire appel. 

L’attaquant brésilien du PSG, Neymar, a été suspendu pour trois matches de Ligue des champions pour « insultes » envers l’arbitre de PSG-Manchester United (1-3), a annoncé vendredi l’UEFA.

« Qu’ils aillent se faire foutre »

« Ney », blessé et en tribunes au Parc des Princes, avait laissé exploser sa colère sur les réseaux sociaux contre le corps arbitral, après le penalty fatal au PSG accordé dans les dernières minutes à Manchester United (3-1, le 6 mars), après recours à l’arbitrage vidéo. « C’est une honte ! Ils mettent quatre gars qui n’y comprennent rien au foot pour revoir le ralenti (…) Qu’ils aillent se faire foutre », avait ainsi écrit l’ancien joueur du Barça.

Le club de la capitale a confirmé qu’il allait faire appel de cette décision auprès de l’UEFA. 

Le précédent « Aurier »

Une procédure disciplinaire avait été ouverte le 22 mars par l’UEFA. La commission de discipline de l’instance, qui s’appuie sur l’article 15.d de son code disciplinaire, a infligé vendredi trois matches de suspension à l’attaquant brésilien, qui peut encore faire appel de cette décision. Il existait une jurisprudence peu clémente en la matière dans les instances disciplinaires européennes établie par… un autre joueur du PSG. En mars 2015, Serge Aurier, alors défenseur du PSG (aujourd’hui à Tottenham) avait été le premier joueur sanctionné par l’UEFA, de trois matches de suspension, pour des propos tenus sur les réseaux sociaux.

Longtemps absent en raison d’une blessure à un pied, Neymar a rejoué 45 minutes dimanche et devrait disputer la finale de la Coupe de France samedi contre Rennes.