Une section “actualités” sur Facebook : vraie ou fausse bonne idée ?

Le patron de Facebook Mark Zuckerberg envisage de créer une section à part sur Facebook, dédiée à une information “digne de confiance”. Une idée séduisante à condition d’éviter certains écueils.

Facebook vole au secours de l’information. C’est en tout cas ce que laisse à penser le nouveau projet du réseau social, présenté par Mark Zuckerberg en personne et qui consiste à créer prochainement une section à part sur Facebook, dédiée à “l’information de haute qualité”. Facebook passerait des accords avec les médias et pourrait même les rémunérer pour qu’ils fournissent cet espace en contenus journalistiques “premium”. Sur le papier, le projet pourrait bénéficier aux utilisateurs et aux éditeurs, à condition que Facebook reste neutre.

Un projet mûrement réfléchi

Mark Zuckerberg a donné peu de détails sur ce projet mais il a laissé entendre qu’il s’agirait d’un espace à part sur Facebook, au sein duquel seraient regroupés des articles sélectionnés pour leur plus-value en termes d’information. “Nous souhaitons que cela permette de mettre en avant l’information de haute qualité et digne de confiance”, a affirmé Mark Zuckerberg. Il n’y aurait pas de journalistes chez Facebook, assure-t-il, le réseau social effectuant plutôt un tri dans les médias et les articles. Selon lui, 10 à 15% des 2,3 milliards d’utilisateurs de Facebook seraient ainsi intéressés par un nouvel espace consacré à l’actualité.

Le PDG de Facebook a exprimé cette idée lors d’une conversation, diffusée sur Facebook, avec Mathias Doepfner, le patron du groupe de presse allemand Axel Springer, qui détient notamment les quotidiens 

Bild et Die Welt. Ce n’est donc pas juste une idée lancée en l’air, si le patron de Facebook en parle dans un cadre aussi maîtrisé c’est qu’il a déjà bien réfléchi à la question. Ce que confirment les médias spécialisés américains qui assurent que les têtes pensantes du réseau social planchent depuis des mois sur cette section “actualités”.

Technologies

Facebook envisage le lancement d’une page d’actualités “digne de confiance”

Le PDG de Facebook Mark Zuckerberg a annoncé lundi que le réseau social travaillait à la création d’une “page actualités” pour “mettre en avant l’information de haute qualité et digne de confiance”.

Facebook travaille à la création d’une “page actualités” sur sa plateforme, avec l’objectif de soutenir financièrement le journalisme “de haute qualité et digne de confiance”, a affirmé son fondateur Mark Zuckerberg lundi.

Une nouvelle offre d’information “de haute qualité et digne de confiance”

Le patron du réseau social le plus célèbre au monde avec 2,3 milliards d’utilisateurs à travers la planète s’exprimait dans une vidéo retransmise sur sa page Facebook, dans le cadre d’une discussion avec Mathias Doepfner, le PDG du géant allemand des médias Axel Springer.

“Nous souhaitons que cela permette de mettre en avant l’information de haute qualité et digne de confiance”, a affirmé Mark Zuckerberg. Selon lui, 10 à 15% des utilisateurs de Facebook seraient ainsi intéressés par un nouvel espace consacré à l’actualité.

Vers une plus grande collaboration avec les grands groupes de médias

Sans donner beaucoup de détails sur la forme que prendrait cette nouvelle offre, Mark Zuckerberg a simplement précisé qu’elle nécessiterait une certaine sélection dans l’information publiée, ajoutant qu’il espérait la construire en concertation avec les grands groupes de médias.

Alors que les contours de la proposition sont en train d’être étudiés par le groupe, le fondateur de Facebook a par ailleurs affirmé que cette offre pourrait permettre de participer financièrement à la difficile transition des groupes de presse vers le numérique. “Il existe une vraie opportunité d’offrir aux éditeurs une meilleure monétisation de leurs contenus au travers d’un service d’informations séparé, que via le flux d’actualité” de Facebook, a affirmé Mark Zuckerberg. “Facebook pourrait avoir potentiellement une relation directe avec les éditeurs pour s’assurer que leurs contenus sont disponibles”, a encore noté le patron de Facebook.

Un statut de partenaire plutôt que d’éditeur

Interrogé par Mathias Doepfner sur la possibilité que le réseau social pourrait payer une licence d’exploitation qui permettrait de financer l’exploitation des articles de presse, Mark Zuckerberg a répondu : “c’est certainement quelque chose qui doit faire l’objet d’une réflexion”.

Dans le cadre de la relation future avec les groupes de médias, le patron du réseau social s’est par ailleurs défendu comme il le fait souvent de vouloir faire de Facebook un “éditeur”, plaidant au contraire pour un statut de partenaire avec la presse. “Nous n’aurons pas de journalistes qui traiteront de l’actualité”, a précisé Mark Zuckerberg.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.