À deux mois des élections européennes, Facebook, très critiqué pour son rôle dans la diffusion des fake news et de la propagande, a dévoilé sa stratégie pour rendre le réseau social plus transparent.

Critiqué par la Commission européenne qui lui reproche de ne pas lui donner suffisamment d’informations sur ses efforts contre la désinformation à l’approche des élections européennes, Facebook a présenté sa stratégie pour cette échéance importante. Le réseau social va mettre en place « fin mars » un plan, piloté pour plus de réactivité depuis le nouveau centre d’opérations pour les élections basé à Dublin et reposant sur trois piliers : transparence des publicités politiques, lutte contre les fake news et appui sur des médias de fact-checking.