Tensions avec l’Inde : deux avions indiens abattus, le Pakistan ferme son espace aérien

“L’Autorité de l’aviation civile a officiellement fermé son espace aérien jusqu’à nouvel ordre”, a-t-elle indiqué sur Twitter mercredi, alors qu’Islamabad a affirmé plus tôt avoir abattu deux avions de l’armée de l’air indienne.

Le Pakistan va fermer son espace aérien “jusqu’à nouvel ordre”, a indiqué mercredi l’Autorité de l’aviation civile alors qu’Islamabad a affirmé plus tôt avoir abattu deux avions de l’armée de l’air indienne. “L’Autorité de l’aviation civile a officiellement fermé son espace aérien jusqu’à nouvel ordre”, a-t-elle indiqué sur Twitter. Un porte-parole de l’armée pakistanaise a précisé que cette décision avait été prise “en raison des circonstances”.

Au moins cinq aéroports fermés côté indien. Une source proche de la CAA a indiqué à l’AFP que toutes les compagnies aériennes avaient reçu pour instruction de “suspendre leurs opérations au Pakistan jusqu’à nouvel ordre”. Côté indien, au moins cinq aéroports ont également été fermés et de nombreux vols annulés, ont indiqué des responsables du secteur sous couvert d’anonymat. L’Autorité indienne de l’aviation civile n’a fait aucun commentaire dans l’immédiat.

Plus tôt mercredi, l’armée pakistanaise avait annoncé avoir “abattu” deux avions indiens dans l’espace aérien pakistanais, dont un est tombé au Cachemire indien et l’autre au Cachemire pakistanais. New Delhi n’a fait aucun commentaire dans l’immédiat. Deux pilotes indiens ont été capturés et l’un d’eux conduit à l’hôpital, selon l’armée.

– Le cardinal Pell placé en détention après sa condamnation pour pédophilie en Australie

L’ancien numéro trois du Vatican, qui a été reconnu coupable de pédophilie, a été placé en détention mercredi.

Un tribunal australien a ordonné mercredi le placement en détention du cardinal George Pell, ancien numéro trois du Vatican, qui a été reconnu coupable de pédophilie. Le prélat de 77 ans, plus haut représentant de l’Eglise catholique condamné dans une affaire de pédophilie, est demeuré silencieux lors de l’audience de mercredi devant le Tribunal de Comté de Victoria, à Melbourne, dans le sud du pays. 

Après l’annonce de son placement en détention, l’ancien archevêque de Melbourne et Sydney s’est incliné devant le juge et a été emmené sans menotte à l’extérieur de la salle d’audience.

Reconnu coupable de faits survenus en 1996 et 1997. Le cardinal a été reconnu coupable le 11 décembre d’un chef de pénétration sexuelle et de quatre chefs d’attentat à la pudeur contre deux enfants de chœur alors âgés de 12 et 13 ans en 1996 et 1997 dans la sacristie de la cathédrale de Melbourne, dont Mgr Pell venait d’être nommé archevêque. Pour des raisons légales, ce verdict n’a pu être annoncé que mardi.

Sa peine connue le 13 mars. Ses avocats avaient obtenu que son placement en détention, qui aurait dû intervenir en décembre, soit différé car il devait subir d’urgence une double opération des genoux. Sa défense devait initialement demander à la cour d’appel une nouvelle libération sous caution dans l’attente de son procès en appel. Mais elle y a renoncé en indiquant qu’elle pensait “approprié qu’il attende de connaître sa peine”. Une audience en ce sens est prévue le 13 mars.

– États-Unis : une ancienne collaboratrice de Trump l’accuse de l’avoir embrassée de force pendant la campagne

Selon Alva Johnson, alors membre de l’équipe de campagne de Donald Trump, le milliardaire l’aurait embrassée sans son consentement. La quadragénaire a porté plainte. 

Donald Trump est une nouvelle fois visé par des accusations d’agression sexuelle. Une ancienne collaboratrice au sein de son équipe de campagne a porté plainte et accuse le président américain de l’avoir embrassée sans son consentement, a révélé lundi leWashington Post

Selon le témoignage d’Alva Johnson, les faits se sont déroulés le 24 août 2016, à la fin d’un meeting à Tampa, en Floride. Celui qui était alors candidat à la présidence des États-Unis aurait d’abord tenté de l’embrasser. Alva Johnson a alors tourné la tête, mais le milliardaire a insisté et l’a embrassé sur le bord des lèvres, avant de quitter les lieux. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.