Le milliardaire Richard Branson prévoit son propre voyage spatial d’ici juillet

Richard Branson, le patron de Virgin Galactic, voudrait réaliser son propre voyage spatial en juillet prochain, pour le 50ème anniversaire du jour où l’Homme a marché sur la Lune. 

Le milliardaire britannique Richard Branson prévoit de voyager juste au-dessus de la frontière de l’espace, à bord du vaisseau de sa société Virgin Galactic, d’ici quatre ou cinq mois, a-t-il dit jeudi à Washington.

“Pour l’anniversaire du jour où on a marché sur la Lune”. “Je voudrais y aller pour le 50ème anniversaire du jour où on a marché sur la Lune, c’est notre plan”, a précisé le patron du groupe Virgin, en marge d’un événement en l’honneur de Virgin Galactic au musée de l’air et de l’espace de Washington. Les astronautes américains de la mission Apollo 11 ont aluni le 20 juillet 1969.

Technologie

Vie privée : Apple veut faire le ménage dans les applications “espionnes”

Selon le site d’informations spécialisées TechCrunch, Apple a ordonné aux développeurs d’applications de ne plus utiliser des systèmes qui “aspirent” les données personnelles des utilisateurs à leur insu, sous peine de voir les apps retirées de son store. 

Apple a exigé des développeurs d’applications qu’ils cessent d’utiliser des systèmes qui enregistrent les activités des usagers sur iPhone à leur insu, sous peine de les retirer de sa boutique en ligne, selon le site TechCrunch vendredi.

Les applications risquent d’être retirées de l’App Store. Les conditions d’utilisation de l’App Store, la boutique en ligne d’applications d’Apple, “exige que les apps demandent l’autorisation aux utilisateurs et leur disent de façon claire et visible quand elles enregistrent, téléchargent, ou conservent d’une façon ou d’une autre l’activité de l’usager”, a indiqué Apple dans une déclaration citée par le magazine en ligne spécialisé dans les technologies.

Si les développeurs ne cessent pas ces pratiques ou n’en avertissent pas les utilisateurs, leurs applications seront retirées de l’App Store, a ajouté le fabricant de l’iPhone, qui se pose régulièrement en héraut de la protection des données personnelles et critique les errements des autres géants technologiques en la matière, à commencer par Facebook. Contacté par l’AFP, Apple n’a pas donné suite.

Des applications comme Expedia ou Hollister pointées du doigt. Selon TechCrunch, certaines applications enregistrent en effet à leur insu l’activité des usagers. Le magazine cite en exemple celles du voyagiste Expedia ou de la chaîne de vêtements Hollister, dont aucune ne demande selon lui leur permission aux usagers. “Même si les données sensibles sont censées être masquées, certaines – comme les numéros de passeport ou de cartes bancaires – ont fuité”, assure le magazine.

Concrètement, ces “apps” utilisent un code informatique mis au point par une société spécialisée appelée Glassbox, qui capte l’activité de l’usager en train d’utiliser l’application. 

Technologies

Facebook part à la reconquête des plus jeunes

Le réseau social Facebook, dont de nombreux jeunes se détournent, tente de reconquérir ce public en réorganisant ses équipes.

Facebook, qui cherche à attirer davantage les plus jeunes qui le boudent de plus en plus, a dans ce but réorganisé ses équipes chargées de concevoir produits et fonctionnalités à leur intention, a indiqué le réseau social jeudi.

Une équipe jeunesse concentrée sur Messenger Kids. Certaines idées, comme une plateforme baptisée “LOL” dédiée à des “memes” (photos, mini-vidéos, textes le plus souvent sarcastiques partagés en masse sur Internet), ont été mises au panier au sein de “l’équipe jeunesse”, qui se concentre maintenant davantage sur des produits plus prometteurs, a expliqué le réseau social.

“L’équipe jeunesse s’est restructurée pour travailler sur les priorités, dont des efforts supplémentaires sur Messenger Kids”, la version pour enfants de la messagerie instantanée, lancée fin 2017, a déclaré Facebook dans un courriel. Dans cette version adaptée aux 6-12 ans, les contacts doivent être validés par les parents et il n’y a ni pub ni achats intégrés dans l’application, disponible aux États-Unis, au Canada, au Mexique, au Pérou et en Thaïlande.

Une manière de sécuriser Internet pour les enfants ? L’argument de Facebook consiste à dire que, puisque les enfants vont de toute façon sur Internet, autant qu’ils le fassent de façon sûre. Pour ses détracteurs, cela incite les enfants à passer encore plus de temps sur les écrans et sert surtout à Facebook à fidéliser des usagers dès le plus jeune âge.

Facebook a assuré que cette réorganisation n’était pas liée à la controverse récente autour d’une application qui lui permettait de collecter des informations auprès d’utilisateurs rémunérés, parmi lesquels figuraient de jeunes ados. Officiellement, il faut avoir 13 ans pour créer un profil Facebook.




Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.