L’Égypte dévoile des momies datant de la période hellénistique

La dynastie ptolémaïque, d’origine grecque, fut la dernière dynastie pharaonique avant que l’Égypte ne passe sous domination romaine. La reine Cléopâtre en fut la dernière souveraine.

Des momies datant de la dynastie ptolémaïque d’origine grecque (323 à 30 avant J.-C.), découvertes dans des catacombes en Égypte, ont été dévoilées samedi par le ministre égyptien des Antiquités sur le site archéologique de Touna el-Gebel, dans le centre du pays.

Plusieurs momies brunâtres, à terre ou placées dans des cercueils ouverts en argile, ont été présentées dans des chambres funéraires souterraines exiguës par le ministre Khaled el-Enani, lors d’une cérémonie sur le site de Touna el-Gebel, en Moyenne-Égypte.

Culture

Un “amateur” : le jour où la BBC est passée à côté de David Bowie

À l’âge de 18 ans, David Bowie avait passé une audition en compagnie de son groupe, dans les locaux de la BBC. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le chanteur britannique n’avait pas convaincu.

Un “amateur qui chante faux”. L’implacable verdict provient d’un compte-rendu d’audition rédigé en 1965 par la BBC à propos d’un chanteur qui se révélera par la suite pas si mauvais que ça… David Bowie.

Alors âgé de 18 ans. C’était le 2 novembre 1965 et le musicien britannique, âgé alors de 18 ans, joue avec son groupe, David Bowie and the Lower Third, pour une équipe chargée de jauger le niveau des artistes susceptibles de passer sur les ondes de la BBC, raconte le documentaire “David Bowie: Finding Fame”, qui sera diffusé le 9 février sur la chaîne BBC Two.

La lettre de la BBC n’est pas sans rappeler plusieurs refus restés célèbres dans l’histoire de la musique ou des arts. En 1962, le producteur du label Decca Record, Dick Rowe, recale une cassette des… Beatles, une décision considérée comme la plus grande erreur de l’histoire de la musique.

Économie

L’Ouzbékistan supprime la nécessité de visa pour 45 pays

Depuis le 1er février, les citoyens de la quasi-totalité de l’Europe, mais aussi ceux de l’Argentine, du Chili, de l’Australie ou du Canada, notamment, n’ont plus besoin de visa pour aller dans ce pays d’Asie centrale. Après des années d’isolement, cette ex-république soviétique tente ainsi de développer son tourisme.

Après la France en octobre 2018 et l’Allemagne en janvier dernier, des dizaines de pays sont à présent exemptés de visas en Ouzbékistan, à condition que le séjour dure moins de 30 jours. Les Etats-Unis ne sont en revanche pas concernés par cette mesure.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *