Vatican : démission du porte-parole du Saint-Siège et de son adjointe

L’Américain Greg Burke, membre de l’Opus Dei, influente institution conservatrice au sein de l’Église catholique, avait été nommé en juillet 2016 après avoir occupé le poste de numéro 2 du service de presse.
Le Vatican a annoncé lundi, sans explication, la démission de son porte-parole, l’Américain Greg Burke et de son adjointe, l’Espagnole Paloma Garcia Ovejero, et la nomination d’un porte-parole par intérim. Le pape François “a accepté la démission du directeur et du vice-directeur de la salle de presse du Vatican Greg Burke et Paloma García Ovejero, et a nommé directeur par intérim Alessandro Gisotti, jusqu’ici coordinateur des médias sociaux pour le dicastère (ministère) de la Communication”, précise un communiqué du Saint-Siège.

Membre de l’Opus Dei. L’Américain Greg Burke, membre de l’Opus Dei, influente institution conservatrice au sein de l’Église catholique, avait été nommé en juillet 2016 après avoir occupé le poste de numéro 2 du service de presse. Il succédait au jésuite Federico Lombardi. Il avait auparavant travaillé comme journaliste à Rome pour l’hebdomadaire catholique National Catholic Reporter, le magazine Time puis comme correspondant de la chaîne américaine Fox News. Âgé de 59 ans, il était le deuxième membre de l’Opus Dei à occuper le poste de porte-parole du Vatican après l’Espagnol Joaquin Navarro Valls, directeur tout puissant de la communication de Jean-Paul II.

Première femme à occuper le poste de numéro 2 du service de presse du Vatican, la journaliste espagnole Paloma Garcia Overo, 43 ans, avait été auparavant correspondante pour le Vatican auprès de Cadena COPE, l’une des principales stations de radio espagnoles.

-Tempête aux Philippines : le bilan monte à 68 morts
La tempête, qui a frappé les Philippines samedi, a fait 68 morts selon un bilan actualisé lundi. 17 personnes sont portées disparues.
Soixante-huit personnes ont péri dans la tempête qui a balayé le centre des Philippines la semaine dernière, selon un nouveau bilan annoncé lundi par les autorités, et qui pourrait encore s’aggraver.

Un bilan qui pourrait encore augmenter. Un total de 57 personnes ont été tuées dans la région montagneuse de Bicol, au sud-est de Manille, et 11 autres sur l’île de Samar. La plupart des décès sont intervenus par noyade ou lors de glissements de terrains. Le précédent bilan était de 22 morts. “J’ai peur que (le bilan) n’augmente encore parce qu’il y a encore beaucoup de zones que nous n’avons pas atteintes”, a déclaré Claudio Yucot, directeur de la protection civile dans la région de Bicol.

“Les gens ont été trop confiants”. Cette tempête appelée “Usman” a frappé les Philippines samedi. Elle n’était pas accompagnée de vents puissants comme c’est le cas lors des typhons. Mais elle a généré d’intenses précipitations qui ont entraîné des inondations et fragilisé les sols, d’où de nombreux glissements de terrain. Nombre d’habitants n’avaient pas pris les précautions d’usage dans l’archipel habitué aux phénomènes climatiques extrêmes, et ce parce que la tempête n’était justement pas classifiée comme un typhon. “Les gens ont été trop confiants parce qu’ils étaient en pleines vacances de Noël et qu’aucun avis d’alerte au typhon n’avait été émis”, a déploré Claudio Yucot.

40.000 déplacés. Au moins 17 personnes sont actuellement portées disparues. Et plus de 40.000 autres ont été déplacées en raison de la tempête.

20 typhons par an. Environ 20 typhons ou tempêtes frappent chaque année les Philippines, tuant des centaines de personnes. Le typhon Haiyan, survenu en novembre 2013, reste le plus meurtrier de l’histoire des Philippines, laissant derrière lui plus de 7.350 morts ou disparus.

-Un lion tue une jeune Américaine qui travaillait dans un parc zoologique
Dimanche, une jeune stagiaire du parc zoologique a été tuée par un lion échappé de son enclos au Conservators Center en Caroline du Nord.
Un lion a attaqué et tué une jeune Américaine qui travaillait dans un parc zoologique de Caroline du Nord, aux Etats-Unis, a annoncé dimanche le Conservators Center.

Un lion échappé de son enclos. Alexandra Black, 22 ans, était passionnée d’animaux sauvages et travaillait depuis 10 jours comme stagiaire au sein du Conservators Center à Burlington, en Caroline du nord. “Le Conservators Center est dévasté par la perte d’une vie humaine aujourd’hui. Alors qu’une équipe guidée par un gardien professionnel procédait au nettoyage habituel d’un enclos, un des lions a réussi à s’échapper de l’endroit où il était enfermé et a pénétré l’espace où se trouvaient les humains et a rapidement tué une personne”, a expliqué le Centre dans un communiqué.

Abattu pour la récupération du corps. “La manière dont le lion a pu quitter l’enclos fermé reste inconnue pour le moment. Le lion n’est à aucun moment sorti du périmètre clôturé du parc”, a ajouté le Centre, qui a présenté ses condoléances à la famille de la victime. Le lion a été abattu pour que le corps de la jeune femme puisse être récupéré, a-t-il précisé.

Une jeune diplômée. Alexandra Black était une jeune diplômée de l’Université de l’Indiana. Le parc zoologique où elle avait commencé à travailler abrite des dizaines d’animaux et 21 espèces différentes. Il est fermé temporairement depuis cet incendie.

International

Trump impute aux démocrates la mort d’enfants migrants en rétention

Le président américain a imputé samedi aux démocrates la “stricte” responsabilité de la mort de deux petits Guatémaltèques, en plein bras de fer politique sur le “shutdown”.
Le président américain Donald Trump a imputé samedi aux démocrates la “stricte” responsabilité de la mort d’enfants migrants en rétention aux États-Unis, après le décès de deux petits Guatémaltèques et en plein bras de fer politique sur le “shutdown”.

“Toute mort d’enfants ou d’autres à la Frontière est strictement de la faute des démocrates et de leur politique migratoire pathétique qui permet aux gens de faire la longue traversée en pensant qu’ils peuvent entrer illégalement dans notre pays. Ils ne peuvent pas. Si nous avions un Mur, ils n’essaieraient même pas !”, a-t-il tweeté.

-Égypte : “40 terroristes” tués après une attaque contre des touristes
Une bombe a explosé vendredi au passage d’un bus de touristes vietnamiens près du site des pyramides de Gizeh, en Égypte, faisant au moins quatre morts.
Les forces de sécurité ont tué samedi “40 terroristes” dans plusieurs raids en Égypte, au lendemain d’un attentat meurtrier contre un bus de touristes vietnamiens près du Caire, a indiqué le ministère de l’Intérieur dans un communiqué.

Les raids ont été menés contre des combattants djihadistes présumés à Guizeh, lieu de l’attaque de vendredi, et dans le Sinaï (est), selon le ministère qui précise que 30 d’entre eux ont été tués à Guizeh. “Ils planifiaient une série d’agressions contre le secteur.

-USA : quatre hommes liés à une secte juive arrêtés pour enlèvement d’enfants
Une fille de 14 ans et de son frère de 12 ans ont été enlevé le 8 décembre et emmené au Mexique par quatre membre d’une secte juive ultra-orthodoxe.
Quatre hommes liés à une secte extrémiste juive au Guatemala, accusés d’avoir enlevé deux enfants à New York, ont été arrêtés aux États-Unis, a indiqué vendredi le procureur fédéral de Manhattan. Selon le procureur, les quatre suspects sont tous membres de la secte juive Lev Tahor, qui pratique une forme ultra-orthodoxe de judaïsme, où les femmes portent notamment des tuniques noires les recouvrant de la tête aux pieds.

Les enfants emmenés au Mexique. L’un des hommes, Aron Rosner, 45 ans, installé à Brooklyn, a été arrêté le 23 décembre. Les trois autres – Nachman Helbrans, 36 ans, présenté comme le dirigeant de la secte, et Mayer et Jacob Rosner, âgés de 42 et 20 ans respectivement, tous installés au Guatemala – ont été expulsés jeudi du Mexique, où ils avaient emmené les enfants, et arrêtés à leur arrivée à New York, selon le communiqué du procureur.

Histoire de famille. Les quatre hommes auraient organisé l’enlèvement, dans la nuit du 8 décembre, d’une fille de 14 ans et de son frère de 12 ans dans le village de Woodridge, à 150 km au nord de New York, après que leur mère eut décidé d’abandonner la secte et de les emmener avec elle aux États-Unis. La mère était au départ “membre volontaire” de la secte, fondée par son père. Mais depuis que ce dernier avait laissé les rênes de Lev Tahor à son fils, Nachman Helbrans, la secte serait devenue “plus extrême”, ce qui aurait poussé la mère à quitter l’organisation en octobre.

C’est pour les récupérer, et vraisemblablement pour les ramener au Guatemala, que les quatre hommes auraient organisé cet enlèvement six semaines plus tard, en passant par le petit aéroport de Scranton, en Pennsylvanie, pour les emmener au Mexique.

Jusqu’à la perpétuité. Après l’arrestation des quatre suspects, les enfants ont été retrouvés vendredi, avec l’aide des autorités mexicaines, dans la ville de Tenango del Air, dans la région de Mexico, a indiqué le procureur. Ils devraient maintenant être ramenés aux Etats-Unis et rendus à leur mère, a-t-il ajouté. Les quatre hommes ont été inculpés pour enlèvement et risquent la perpétuité.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.