Un rarissime orang-outan albinos relâché dans la jungle de Bornéo

Alba, seul orang-outan albinos connu, a été relâchée dans la forêt mercredi, une bonne nouvelle pour une espèce en danger critique d’extinction.
Le seul orang-outan albinos connu, une femelle nommée Alba, a été remise en liberté dans la jungle de Bornéo plus d’un an après avoir été retrouvée en captivité, a annoncé une ONG d’Indonésie vendredi. Elle avait été repérée en avril 2017 par des défenseurs de l’environnement dans une cage où l’avaient placée des habitants d’un village du centre de la province indonésienne de Kalimantan. Son nez était en sang, du fait de sa capture au cours de laquelle elle avait été blessée, et elle ne pesait que 8 kilos, a indiqué La Fondation pour la survie des orangs-outans de Bornéo (BOSF).

“De bons signes d’adaptation”. Le primate aux yeux bleus, couvert d’une fourrure blanche duveteuse, a été relâché dans la jungle mercredi avec une compagne, Kika, venant du même centre de réhabilitation. “Jusqu’à présent elle montre de bons signes d’adaptation”, a indiqué Nico Hermanu, un porte-parole de BOSF. “Elle a escaladé des arbres hauts de 35 mètres et a mangé des fruits cueillis dans la forêt”. Alba a six ans et pèse maintenant 28 kilos. Elle et Kika feront l’objet d’une surveillance par les équipes du parc national de Bukit Baka Bukit Raya.

Un espace qui s’est drastiquement réduit. Ce sauvetage constitue une bonne nouvelle, et elles sont rares, pour cette espèce en danger critique d’extinction. L’habitat de l’orang-outan, que l’on retrouve uniquement sur les îles de Bornéo et de Sumatra, s’est réduit de façon drastique ces dernières années en raison de l’exploitation des forêts pour le bois, le papier, l’huile de palme ou les activités minières.

De 288.500 à moins de 100.000 individus. La population d’orangs-outans de Bornéo a chuté d’environ 288.500 en 1973 à moins de 100.000 aujourd’hui selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Deux autres espèces d’orangs-outans vivent sur l’île indonésienne de Sumatra et leur situation est aussi critique. Les employés des exploitations d’huile de palme attaquent parfois cet animal qu’ils considèrent comme un nuisible tandis que des braconniers les capturent pour les vendre comme des animaux de compagnie.

Média

Coupe du monde 2018 : plus d’un milliard de personnes ont suivi la finale gagnée par la France
Selon un communiqué de la Fifa, 1,12 milliard de personnes dans le monde a regardé en direct la victoire de la France face à la Croatie (4-2) en finale de la Coupe du monde le 15 juillet dernier.
La finale de la Coupe du monde de football “a été regardée en direct par un ensemble de 1,12 milliard de personnes dans le monde”, a annoncé la Fifa dans un communiqué publié vendredi, selon lequel plus de la moitié de la planète s’est intéressée au Mondial.

Plus de la moitié des plus de quatre ans, devant leur écran le 15 juillet dernier. “Un ensemble de 3,576 milliards de personnes – plus de la moitié de la population mondiale âgée de 4 ans et plus – s’est tenu informé de la dernière compétition mondiale en date”, explique la Fifa. “Le nombre de personnes ayant regardé au moins une minute sur leur TV à domicile est de 3,262 milliards, alors qu’environ 309,7 millions de personnes n’ont pas regardé de diffusion chez eux mais ont suivi l’action sur plateformes numériques, dans des espaces de diffusion publics ou dans des bars ou restaurant.”

Les personnes ayant regardé la finale remportée par la France au détriment de la Croatie (4-2) le 15 juillet ont été 884,37 millions à suivre la diffusion TV tandis que 231,82 millions l’ont suivi hors de chez eux ou sur des plate-formes numériques. Enfin, la Fifa affirme que l’audience moyenne en direct a été de 191 millions pour les 64 rencontres de la 21ème édition de la Coupe du monde.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *