Équipe de France : Pourquoi y a-t-il toujours une pénurie de maillot deux étoiles des Bleus ?

Si vous espérez offrir le maillot de Mbappé à vos enfants pour Noël, il va falloir s’armer de patience. Et croire en la chance.
Dans une dizaine de jours, c’est Noël. Vous rêvez peut-être de déposer au pied du sapin un maillot de l’équipe de France de football avec les deux étoiles de champion du monde. Sauf qu’acheter une tunique bleue est un parcours du combattant. Nike les distille au compte-gouttes. Et cela tourne au fiasco.

Europe 1 allé dans plusieurs magasins de sport à Paris et le constat est le même : plus aucun maillot bleu, le magasin Go Sport a été dévalisé. Au Décathlon de la place Wagram, c’est pire : ils n’ont jamais eu le moindre exemplaire. Cela fait six mois que le magasin attend d’être livré. À la boutique de la fédération, on nous a conseillé d’aller chez Nike, car les propres magasins de la marque se servent en priorité.

“Il n’y pas toutes les tailles, tous les numéros, c’est l’enfer !” Là-bas, sur les Champs-Élysées, on a rencontré Jean-Luc, qui a trouvé à grand peine un maillot pour son fils : “on ne trouve pas tout ce qu’on veut car il y a des ruptures de stock, il n’y pas toutes les tailles, tous les numéros, c’est l’enfer ! Je ne comprends pas pourquoi ils ne sont pas réapprovisionnés !”

Pourquoi Nike, qui est pourtant une énorme multinationale, n’arrive pas à produire suffisamment de maillot ? La question est logique. Nous l’avons donc posé directement à Nike. Aucune réponse. Sa directrice de communication est injoignable jusqu’à la semaine prochaine. Dans un mail, on nous explique qu’il y a des maillots disponibles sur le site de la firme, ce qui est vrai… mais à 140 euros et vierge de tout flocage.La réplique du maillot, moins luxueuse, coûte 85 euros et n’est disponible uniquement que dans les petites tailles. Pour le XL par exemple, il faut attendre le 30 mars…

La première raison de cette situation ubuesque, c’est que Nike fabrique tous ses maillots en Thaïlande. Et les usines locales ont manifestement des difficultés à faire face à la demande. La deuxième, c’est que l’équipe de France n’est peut-être pas aussi désirable que ça pour l’équipementier. Cela peut paraître paradoxal car Nike débourse plus de 50 millions d’euros par an pour équiper les Bleus, mais le maillot de l’équipe de France fait moins rêver que celui du Brésil et serait jugé moins vendeur à l’international.

“On ne peut pas être agacé quand un partenaire représente 50% de votre budget commercial !” A la fédération française de football, on a du mal à cacher son embarras, à l’image du président Noel le Graët : “non, cela ne m’agace pas, c’est un partenaire de grande qualité, loyal. Vous avez regardé les chiffres ? On ne peut pas être agacé quand un partenaire représente 50% de votre budget commercial ! J’aurais préféré qu’il y ait des maillots partout, évidemment. J’aurais préféré ne pas avoir à répondre sans cesse à cette question du retard, mais ce n’est pas un énorme problème”.

Pas un problème, mais un gros manque à gagner, tout de même : un maillot floqué coûte plus de 150 euros, et on peut raisonnablement estimé que le maillot se serait vendu à un million d’exemplaires. Soit plus de 150 millions d’euros de chiffre d’affaires porté disparu entre l’Asie et l’Europe ! Finalement les seuls qui se frottent les mains, ce sont les fabricants de contrefaçons, dont le business global est estimé à 500 millions d’euros.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *