Paris va accueillir une exposition unique de trésors de Toutankhamon

Présentée par le ministère des Antiquités égyptiennes, cette exposition comprend 150 objets – bijoux en or, gravures, sculptures, objets rituels – dont plus de cinquante seront exposés pour la première fois en dehors d’Égypte.
Paris va accueillir en mars 150 œuvres issues de la tombe de Toutankhamon, dont plus d’une cinquantaine sortent pour la première fois d’Égypte, a annoncé jeudi la société IMG, organisatrice de l’événement. “Le Trésor du Pharaon” sera visible du 23 mars au 15 septembre 2019 à la Grande Halle de la Villette, 52 ans après “l’exposition du siècle” qui avait attiré plus de 1,2 million de visiteurs en 1967 au Petit Palais.

Une collection exceptionnelle. Paris est la deuxième étape du parcours de cette exposition (actuellement montrée à Los Angeles) qui devrait l’emmener dans dix métropoles au total, dont la liste n’a pas été divulguée. “En raison d’une chance unique pour nous, le transfert d’une partie des collections du musée du Caire de la place el-Tahrir vers le Grand Musée Égyptien de Gizeh, qui devrait ouvrir ses portes dans quatre ans, un certain nombre d’objets remarquables du trésor peut exceptionnellement quitter le pays pour être montré dans le monde entier”, a expliqué l’égyptologue et universitaire Dominique Farout, conseiller scientifique de l’exposition.

Présentée par le ministère des Antiquités égyptiennes, cette exposition comprend 150 objets – bijoux en or, gravures, sculptures, objets rituels. Plus de cinquante d’entre eux seront exposés pour la première fois en dehors d’Égypte. “On aura les grands gardiens anubiens tellement splendides, des chars, des amulettes mais aussi des images etdes films qui montrent comment on a découvert cette tombe il y a près de 100 ans”, détaille Didier Fusillier, directeur de la Villette.

Des tarifs spéciaux pour les écoles. Les places pour l’exposition, mises en vente à partir de 10h jeudi, devraient partir vite. “On sait qu’il y aura une forte demande donc on aura un quota de public. Il faudra réserver son heure”, indique Didier Fusillier. Cet événement devrait notamment intéresser les écoles. Le directeur de la Villette incite d’ailleurs les professeurs à contacter la Halle pour bénéficier “de tarifs spéciaux pour les enfants”.

Le tombeau intact du pharaon avait été découvert en 1922 par l’archéologue et égyptologue britannique Howard Carter dans la Vallée des rois. “Dans le cadre du centenaire de la découverte du tombeau, l’Égypte fait voyager 150 chefs-d’oeuvre en tournée mondiale. Nous vous invitons à les découvrir avant qu’ils ne retournent pour toujours en Égypte”, a déclaré Mostafa Waziry, secrétaire général du Conseil suprême des antiquités. Les bénéfices financiers permettront de soutenir le grand musée actuellement en construction à 2,5 kilomètres des pyramides de Gizeh, ainsi que les sites archéologiques en Égypte.

Un pharaon qui fascine. En 1967, l’exposition “Toutankhamon et son temps”, inaugurée par le ministre de la Culture André Malraux, avait été un événement, avec 45 objets présentés. Des files immenses s’étaient formées pour découvrir les trésors de Pharaon, qui avaient attiré 1.241.000 visiteurs. Elle avait été prolongée de plusieurs mois. En 1976, une autre exposition sur Ramsès II au Grand Palais avait permis une nouvelle sortie d’Égypte des objets de la tombe illustre. Le Louvre, qui a une importante collection égyptienne, soutiendra l’exposition avec le prêt d’une œuvre et un parcours dédié dans ses salles.

Culture

Le reggae de Jamaïque entre au patrimoine culturel de l’Humanité de l’Unesco
La musique reggae de Jamaïque a été inscrite jeudi sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité par un comité spécialisé de l’Unesco.
Consécration pour l’île caribéenne. La musique reggae de Jamaïque a été inscrite jeudi sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité par un comité spécialisé de l’Unesco réuni à Port-Louis, capitale de l’Ile Maurice.

Une liste de 400 traditions. L’Unesco a souligné “la contribution” de cette musique à la prise de conscience internationale “sur les questions d’injustice, de résistance, d’amour et d’humanité”, et sa dimension à la fois “cérébrale, socio-politique, sensuelle et spirituelle”. Le reggae rejoint ainsi une liste de quelque 400 traditions culturelles (chants, danses, spécialités gastronomiques ou célébrations) allant de la pizza napolitaine au zaouli, musique et danse des communautés gouro de Côte d’Ivoire. Le comité ad hoc de l’Unesco, qui se réunit jusqu’à samedi pour examiner 40 demandes d’inscription, avait également intégré mercredi les savoir-faire liés au parfum de Grasse en France.

La musique des opprimés. Le reggae, dont la candidature était portée par la Jamaïque, a émergé à la fin des années 1960. Style musical issu du ska et du rocksteady, il a aussi intégré des influences du jazz et blues d’Amérique. La musique est vite devenue populaire aux États-Unis et au Royaume-Uni, importée par les nombreux immigrés jamaïcains après la Seconde Guerre mondiale. Elle s’est souvent revendiquée comme la musique des opprimés, abordant des questions sociales et politiques, la prison et les inégalités. Le reggae est indissociable du rastafarisme, mouvement spirituel qui sacralise l’empereur éthiopien Haïlé Sélassié et promeut l’usage de la ganja, ou marijuana.

En 1968 la chanson “Do the Reggay” de Toots and the Maytals a été la première a utiliser le nom de reggae, qui a connu un grand succès mondial grâce à des classiques de Bob Marley et son groupe the Wailers comme “No Woman, No Cry” et “Stir It Up.”

“Le reggae est exclusivement jamaïcain”, a commenté Olivia Grange, la ministre de la Culture de cette île caribéenne, avant le vote. “C’est une musique que nous avons créée qui a pénétré partout dans le monde”.

Représenter la diversité du patrimoine culturel. A la différence de celle du patrimoine mondial, cette liste n’est pas établie selon des critères “d’excellence ou d’exclusivité”, selon l’Unesco. Elle ne cherche pas à réunir le patrimoine “le plus beau” mais à représenter la diversité du patrimoine culturel immatériel, à mettre en lumière des savoir-faire portés par des communautés.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *