Vers l’organisation de Petro challenge, comme phase préparatoire pour la prise du pouvoir.

La manifestation du 17 octobre témoigne de l’ampleur grandissante que prend désormais Petro challenge dans le pays. Jamais dans l’histoire un mouvement n’a réussi à rassembler au tant de citoyens. Le plus innovant dans tout ça, c’est que ce mouvement n’est l’œuvre d’aucun courant politique, mais celle de jeunes hommes et de jeunes femmes, animés par un désir de changement, voulant prendre en main leur destin…Cette sortie est une démonstration de force et de souveraineté, disons une esquisse de  l’essor insurrectionnel qui doit motiver tout  peuple voulant recouvrer sa place dans la dynamique démocratique.
En effet, ça fait longtemps et même trop longtemps que le peuple haïtien subit un processus séculaire de deshumanisation, conditionné par des agissements politiques dénués de toute moralité républicaine, si bien que son existence peut être assimilée à l’expérience de la superfluité des hommes, c’est-à dire des êtres maintenus  dans un monde d’isolement et de désolation, suivant l’expression de Arendt, tant que l’espace social  est ravagé, détruit. L’action collective du 17 octobre peut se voir comme un refus de ce système politique qui empoisonne l’existence du peuple, sinon comme un réveil populaire qui tend vers la reconfiguration de son histoire.
Cependant, l’appareillage politique, dans son conservatisme, peut se révéler un obstacle à l’aboutissement des revendications les plus légitimes des citoyens et des citoyennes. D’ailleurs, le dossier Petro Caribe est pris dans un dilemme polico-juridique quand des personnes indexées, ou qui ont été nommées par des politiques impliqués dans ce vaste scandale, ce sont celles qui doivent dire le mot du Droit et de la justice. Aucune volonté politique  pour aider à rendre possible ce procès ne peut se manifester dans un tel contexte. Quand le président de la République est lui-même le premier qui devrait être sur le banc des accusés,  quand des forces réactionnaires du pays, les complices immédiats dans la dilapidation du fond Petro-Caribe,  ont le pouvoir de financer tout contre-mouvement visant à déstabiliser la mobilisation dans sa course grandissante vers cet idéal de justice, ce n’est pas un pari gagné d’avance d’être descendu massivement dans les rues le 17 octobre dernier. Voilà pourquoi, il faut désormais donner à cet élan revendicatif une autre forme, c’est-à-dire le faire transiter via un ensemble de mesures plus stratégiques en vue des résultats espérés.
De la spontanéité à l’organisation…
En fait, le mouvement Petro Challenge reste certes un mouvement spontané, non conditionné  par une disposition politique, sinon par la nécessité naturelle d’auto défense collective contre la corruption, phénomène déstabilisateur et destructeur. Il est vrai qu’il faut jouer à la prudence en évitant toute récupération  politique du mouvement, sachant que les opportunistes, les politiciens traditionnels sont là, aux aguets du moindre espace pour s’attirer les projecteurs, en vue d’accumuler leur capital politique. Cependant, rendu à cette phase,  il faut commencer, pour être réaliste, à dégager des stratégies de combat pour aboutir aux résultats escomptés.
En effet, la première démarche doit être de commencer à inscrire le mouvement dans un cadre organisé, c’est-à-dire, le sortir de l’évènementiel, pour l’insérer dans un vaste projet de conscientisation de masse vers un autre modèle de société, une société juste et égalitaire. Cela demande toutefois la mobilisation d’un leadership interne non hiérarchisant mais collectif propre au mouvement. Aux obstacles politiques, il faut constituer une force politique alternative. Sinon, avec les forces en présence qui jouent pieds et mains pour bloquer l’avancement du dossier, la marche vers ce procès Petro Caribe peut se retourner contre elle-même.
Cependant, il faut  structurer cette force politique, la dynamiser   vers la prise du pouvoir. Cette phase doit être une étape de concertation, de préparation et d’apprentissage. Au sens de Trotski, il s’agirait d’une phase transitoire, préparatoire pour la prise du pouvoir. Ainsi faut-il dégager une dynamique d’idéologisation du mouvement qui doit proposer une vision plus large de la société dans laquelle on souhaiterait vivre nos enfants et nos petits-enfants. Ce combat ne peut aboutir que s’il est articulé autour d’une vision clairement définie, d’une foi dogmatique dans un projet de société alternatif.
L’éducation pratique, le maitre mot.
Il faut à cela toute une campagne continue d’éducation pratique, au sens de Paulo Freire, pour sensibiliser les gens sur leur responsabilité historique, de telle sorte qu’ils puissent se considérer comme sujets primordiaux dans cette bataille. C’est ça l’idée de la « démocratisation fondamentale », c’est-à dire, le processus pédagogique à travers lequel les masses participent de manière consciente et active dans la transformation de leurs conditions matérielles d’existence.  L’idée d’un comité de proximité serait envisageable dans ce cas dans chaque section communale question de tenir les paysans informés de l’agenda du comité directeur. Les paysans, les habitants « du pays en dehors », s’il faut reprendre l’expression de Casimir, ont aussi un rôle à jouer dans cette phase. La paysannerie, le pays profond, est l’âme du pays, comme l’aurait dit le professeur Manigat. Aucun mouvement progressiste ne peut réussir sans elle. Les paysans doivent donc eux aussi prêter leur force, leur énergie et leur âme subversive à cette mobilisation pour que celle-ci puisse être fructueuse.
-En guise de conclusion
En somme, le  mouvement Petro Challenge, à cette phase, doit se constituer en force politique pour contrecarrer les velléités du système en place de faire obstacle à l’aboutissement du procès. La corruption est la principale cause qui fait échouer toute idée de progrès et de développement en Haïti. La réalisation de ce procès sera très significative pour cette société qui doit désormais respirer un nouvel air.  Il n y a que par la prise du pouvoir l’on puisse instaurer dans ce pays les conditions possibles d’un procès Petro Caribe et poser enfin les bases pour un nouveau départ.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *