Des musulmans lèvent des dizaines de milliers de dollars pour les victimes de la tuerie dans une synagogue

Deux organisations à but non lucratif de musulmans américains ont récolté plus de 111.000 dollars via une campagne de financement participatif. 

Une campagne de financement participatif lancée par deux groupes de musulmans américains a permis de collecter plus de 80.000 dollars pour les survivants et les proches de 11 personnes tuées lors de la tuerie dans une synagogue de Pittsburgh.

Plus de 111.000 dollars. L’opération débutée sur le site LauchGood (https://www.launchgood.com/project/muslims_unite_for_pittsburgh_synagogue#!/) a atteint son but initial de 25.000 dollars en six heures, son second objectif de 50.000 dollars après un jour et avait atteint 111.000 dollars lundi.

“Répondre au mal par le bien”. La campagne de financement participatif a été entreprise par CelebrateMercy et MPower Change, deux organisations à but non lucratif de musulmans américains. “Nous souhaitons répondre au mal par le bien, comme le demande notre foi, et envoyer un puissant message de compassion par l’action”, ont déclaré ces organisations dans un communiqué.

Pour les soins et les frais funéraires. Les bénéfices de la collecte de fonds serviront à répondre aux besoins à court terme des blessés et des familles endeuillées, dont leurs frais de funérailles et de soins.

“Un message d’unité”. “Grâce à cette campagne, nous espérons envoyer un message d’unité des communautés juive et musulmane : il n’y a pas de place pour ce type de haine et de violence en Amérique”, ont déclaré les deux organisations. “Nous prions pour que cela rétablisse un sentiment de sécurité et de paix à la communauté des juifs américains qui a été sans aucun doute bouleversée par cet événement”.

Attaque de Pittsburgh : des responsables juifs accusent Trump d’avoir une part de responsabilité

Dans une lettre ouverte, un groupe de représentants juifs de Pittsburgh accuse Donald Trump d’avoir une part de responsabilité dans l’attaque meurtrière survenue samedi dans une synagogue. 

Un groupe de représentants juifs de Pittsburgh accuse dimanche Donald Trump, dans une lettre ouverte, d’avoir “enhardi” la mouvance suprémaciste blanche et d’avoir ainsi une part de responsabilité dans l’attaque meurtrière survenue samedi dans une synagogue

Il voulait “que tous les juifs meurent”. Onze personnes, quasiment toutes âgées de plus de 60 ans, sont tombées samedi sous les balles d’un antisémite de 46 ans qui a semé la terreur à l’intérieur de la synagogue Tree of Life de Pittsburgh, au coeur du quartier de Squirrel Hill. Le tireur, arrêté et identifié par les autorités comme étant Robert Bowers, a déclaré plus tard qu’il voulait “que tous les juifs meurent”

“Vos paroles ont enhardi un mouvement nationaliste blanc”. “Ces trois dernières années, vos paroles et vos politiques ont enhardi un mouvement nationaliste blanc qui grandit de plus en plus. Vous avez vous-même qualifié le meurtrier de maléfique, mais la violence survenue hier est (le résultat) direct de votre influence”, jugent les responsables religieux dans leur lettre ouverte.

Ils appellent Donald Trump à “dénoncer sans réserve le nationalisme blanc”, à “cesser de cibler et de mettre en danger toutes les minorités”, à “cesser de s’en prendre aux migrants et aux réfugiés” et à “s’engager dans des politiques démocratiques” qui “reconnaissent la dignité de tous”. Tant qu’il ne l’aura pas fait, le président américain – qui a annoncé son intention de se rendre à Pittsburgh – n’est pas le bienvenu dans la ville, assure la lettre.

L’alt-right a gagné en influence. La tuerie de samedi, pire attaque antisémite de l’histoire des Etats-Unis, a suscité un chagrin immense et secoué la communauté juive américaine, la plus importante dans le monde derrière celle d’Israël. Les théories conspirationnistes, accusant notamment les juifs de dominer le gouvernement et le monde de la finance, sont monnaie courante au sein du mouvement de l’alt-right, l’extrême droite américaine. Soutien du président Donald Trump, cette mouvance a gagné en influence ces dernières années, notamment par le biais de l’ancien stratège du président Steve Bannon.

Brésil : Jair Bolsonaro promet de défendre “la Constitution, la démocratie”

Dans la lignée de sa campagne électorale, Jair Bolsonaro a adopté un ton martial dans son premier discours après son élection à la tête du Brésil, dimanche. Tout en tentant de rassurer.

“Nous allons changer ensemble le destin du Brésil”, a déclaré dimanche soir le président élu de la République du Brésil, Jair Bolsonaro, dans son premier discours, sur Facebook, après l’annonce de sa victoire au deuxième tour de la présidentielle.

Un ton martial. “Nous ne pouvons plus continuer à flirter avec le socialisme, le communisme, le populisme de gauche”, a ajouté, sur un ton martial, le président élu d’extrême droite, qui l’a emporté sur son adversaire de gauche Fernando Haddad.

“Un serment devant Dieu”. Et de promettre aux Brésiliens que son gouvernement “défendra la Constitution, la démocratie, la liberté”. “Ceci n’est ni la promesse d’un parti, ni la parole vaine d’un homme, mais c’est un serment devant Dieu”, a dit ce nostalgique de la dictature militaire (1964-85).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *