“C’est fatigant de le cacher” : la judokate Amandine Buchard fait son coming out

En couple avec la judokate allemande Nieke Nordmeyer, la Française a évoqué son homosexualité lundi, dans les colonnes du “Parisien”.

“C’est fatigant de le cacher. On n’est pas soi-même, on vit dans le mensonge et je déteste ça” : dans un entretien au Parisien lundi, la judokate française Amandine Buchard, championne d’Europe 2017 et médaillée de bronze aux derniers Mondiaux, explique pourquoi elle a choisi de révéler publiquement son homosexualité.

“On m’accepte comme je suis ou pas”. “Les gens parlent beaucoup quand ils sont dans le questionnement, surtout dans le monde du judo qui se nourrit de potins. Ils ne sont plus des parasites à partir du moment où ils savent”, estime la jeune femme de 23 ans. “Après, on m’accepte comme je suis ou pas”.

“Beaucoup d’homos dans le sport de haut niveau”. Si l’annonce “a étonné certaines personnes” dans le monde du judo, Amandine Buchard n’a toutefois jamais eu à subir d’insultes homophobes. “C’est plus difficile à accepter pour ma famille. D’ailleurs, on ne se parle plus avec ma mère”, confie la championne, qui ajoute : “Vous savez, on est beaucoup chez les femmes à avoir cette orientation sexuelle dans le judo. Il y a aussi beaucoup d’homos dans le sport de haut niveau qui se cachent”.

En couple avec une judokate allemande. Sa femme – avec qui elle s’est mariée en août dernier – est d’ailleurs elle-même judokate, puisqu’il s’agit de l’Allemande Nieke Nordmeyer. En février 2017, elles s’étaient même toutes les deux affrontées dans la catégorie des -52 kilos, au Grand Prix de Düsseldorf.

Elle(s) rêve(nt) d’un podium olympique. “D’habitude, je regarde mes adversaires dans les yeux. Là, je ne pouvais pas. J’avais peur de lui faire mal. Sur une action, elle est tombée dans les pommes, sa tête avait percuté le tapis. Je la vois à terre, sans bouger, et j’ai un coup de panique. Je me dirige vers elle, l’arbitre me stoppe avant qu’elle ne reprenne ses esprits. On a fini le combat, que j’ai gagné”, se souvient Amandine Buchard, dans Le Parisien. À 23 ans, la Française nourrit de grands projets… collectifs : “notre plus grand rêve est d’être ensemble sur un podium olympique”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *