Michel Drucker : Charles Azanavour “voulait mourir sur scène, c’est presque ce qui est arrivé”

Au lendemain de la mort de Charles Aznavour, Michel Drucker s’est confié à Matthieu Noël, mardi matin sur Europe 1. Il garde de lui le souvenir d’un “personnage immense” et raconte qu’il rêvait de chanter à 100 ans.

C’est avec émotion que Michel Drucker a appris la mort de Charles Aznavour à l’âge de 94 ans, lundi. “Je l’ai eu au téléphone avant-hier, il venait de rentrer du Japon”, a confié l’animateur de télévision au micro de Matthieu Noël sur Europe 1, mardi. Le chanteur français le plus connu à l’étranger revenait effectivement d’une tournée au Japon et s’apprêtait à en entamer une en France en novembre et décembre. “Charles, c’est comme dans la chanson de Dalida, il rêvait de mourir sur scène. C’est presque ce qui est arrivé”, lâche Michel Drucker.

Des anecdotes de voisinage. “On se parlait régulièrement, il était en forme” même s’il “était fatigué”, explique-t-il. Le chanteur s’est finalement éteint à son domicile dans les Alpilles, dans le sud de la France. “Il voulait mourir au milieu de ses oliviers, c’est ce qui est arrivé”, explique Michel Drucker, qui était son voisin.

“Je m’arrêtais le matin à vélo pour remplir ma gourde. Il était là à 8h du matin, le cagnard commençait à frapper et il était au clavier. Il me dit : ‘Ecoutez ça, c’est une comédie musicale que je prépare pour dans trois ans.’ Je lui disais : ‘Charles, dans trois ans, ça fait 97.’ Et ensuite il me disait : ‘Et ça, c’est un album, mais que je prépare pour beaucoup plus tard’, se rappelle-t-il en appuyant avec insistance sur le mot “beaucoup” dans cette dernière phrase.

Aznavour voulait “chanter à 100 ans”. Pour le grand public, Charles Aznavour donnait l’impression d’être immortel. Dans son esprit également visiblement. “Il me disait toujours : ‘Il y a 22.000 centenaires en France. Je veux chanter à 100 ans.’ C’était un gag. La dernière fois, je lui ai dit : ‘Je présenterai évidemment.’ Et pour se moquer, il disait : ‘Je serai là à 100 ans, venez présenter avec votre déambulateur'”, raconte Michel Drucker, qui garde de lui le souvenir d’un “personnage immense”.

Et s’il avait dû chanter à l’âge de 100 ans, Aznavour aurait imaginé cela sur les Champs Elysées, mais à une “seule condition”. “Que mes musiciens soient au niveau du rond point des Champs Elysées et qu’on voit l’Arc de Triomphe derrière moi”, disait-il. “Je pense qu’il y pensait” réellement, avoue Michel Drucker.

Il avait “toujours des projets” en tête. Michel Drucker décrit Charles Aznavour comme “quelqu’un de très curieux, très rapide, intelligent” et qui avait “toujours des projets” en tête. Ces deux dernières anecdotes en sont l’illustration parfaite. Mais surtout, il y avait “toujours un jeune artiste qu’il voulait me présenter”, se souvient l’animateur, qui confie avoir été “beaucoup touché” et “beaucoup encouragé” par l’artiste.

Et s’il devait avoir une préférence dans le répertoire de Charles Aznavour, Michel Drucker porte son choix sur Il faut boire jusqu’à l’ivresse sa jeunesseUn titre qui résume le chanteur à la perfection.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *