Test de l’Apple Watch Series 4 : plus pratique et centrée sur la santé

Avec ses nouvelles fonctions de santé, la nouvelle mouture de l’Apple Watch gagne encore en utilité. Europe 1 l’a testée.

“Mais c’est vraiment utile ?”. En trois ans avec une montre connectée au poignet, j’ai entendu cette question à de nombreuses reprises. Et au fil du temps, ma réponse a changé. Avec l’ajout de nouvelles fonctionnalités – comme la connexion 4G sur l’Apple Watch Series 3 l’an dernier -, mais aussi leur plus grande fluidité, ces montres sont devenues beaucoup plus utiles et agréables à porter, et particulièrement l’Apple Watch qui est, de loin, la montre la plus vendue du marché. Au début de sa commercialisation, Apple a tâtonné en proposant une première version avec beaucoup de fonctions, peut-être trop, puis une seconde beaucoup plus centrée sur la santé et le bien-être. Avec l’Apple Watch Series 4, Apple reprend et améliore cette philosophie, mais modifie aussi pour la première fois le design de sa montre.

Un écran plus grand, pour plus d’informations

Comme sur les modèles précédents, l’Apple Watch Series 4 est proposée en deux tailles, qui ont toutes les deux légèrement augmenté de deux millimètres. La version 38 millimètres est remplacée par une version 40 millimètres, tandis que la version 42 millimètres se transforme en 44 millimètres. Pour autant, les écrans des deux modèles, eux, augmentent de 35 et 32%. Pour y arriver, Apple a très nettement réduit les bords présents autour de l’écran.

Le boîtier général de la montre est également légèrement plus fin que sur les précédents modèles. L’Apple Watch conserve donc son design réussi et ses bords arrondis lui donnent même un style un peu plus moderne. Surtout, tous les bracelets des premières Apple Watch restent compatibles avec la Series 4.

Au quotidien, l’agrandissement de l’écran offre un confort de lecture renforcé, des touches plus grandes et permet d’afficher plus d’informations en une seule fois. Pour l’exploiter au mieux, Apple a ajouté de nouveaux cadrans, capables d’afficher jusqu’à huit “complications”, le nom donné aux informations supplémentaires présentes sur l’écran principal. On peut ainsi placer sur un seul écran l’heure, la date, son activité du jour, sa musique, la température, l’heure d’un autre fuseau, un minuteur ainsi que le taux d’UV tout en gardant de la clarté. Une réussite qui facilite et rend plus rapide l’accès aux informations dont on a le plus besoin. De quoi gagner du temps d’autant que tous ces affichages peuvent être paramétrés en fonction de ses besoins.

Bouteille jetée à la mer : “J’étais sûre qu’elle allait atterrir quelque part”, confie Ambre

Ambre, 12 ans, a jeté une bouteille à la mer lors d’une croisière en plein océan Atlantique. Cinq mois plus tard, elle a reçu une réponse.

Qui n’a jamais rêvé de jeter une bouteille à la mer en espérant que quelqu’un la trouve à l’autre bout du monde ? C’est ce qu’a fait Ambre, une jeune fille de 12 ans, en avril dernier, alors qu’elle faisait une croisière dans les Antilles avec ses parents. 

“Le fait qu’Ambre ait jeté une bouteille en plastique, on était un petit peu embêté par rapport à la pollution. Mais on n’avait pas le choix. On s’est dit, tant pis… Ambre rêvait de cette expérience”, a raconté sa mère dans Le Parisien. Cinq mois plus tard, alors qu’elle rentre du collège, la jeune fille découvre un message sur son ordinateur provenant de Caroline du Nord. ” J’ai entendu ma fille crier : ‘Maman, maman, la bouteille a été retrouvée!’. 

Cinq mois plus tard, la réponse. “Mon message était en anglais pour que tout le monde le comprenne. J’y ai laissé mon adresse mail”, détaille-t-elle. Après avoir réalisé un de ses rêves, Ambre et sa famille continuent leurs vacances avant de rentrer chez eux, en Seine-Saint-Denis. Ce n’est que cinq mois plus tard que la bonne nouvelle arrive : la bouteille a été retrouvée. “J’ai reçu un mail, et j’ai tout de suite su que c’était par rapport à la bouteille”, souffle la jeune fille. 

“On espère se rencontrer avant la fin de l’année”. “C’est un monsieur qui s’appelle Jake Wilson qui l’a récupéré en Caroline du Nord”, explique Ambre, tout sourire. Ce père de famille vit proche de Sunset Beach, une station balnéaire de la côte Est des Etats-Unis, à mi-chemin entre Miami et Washington. “Jake était resté trois jours enfermé chez lui à cause du passage de la tempête Florence, et quand il est sorti, il a trouvé ma bouteille”, poursuit-elle. C’est en effet en allant inspecter la plage après le passage de l’ouragan avec son fils que cet homme, qui emmène les touristes taquiner le poisson, est tombé sur le message. “J’étais sûre qu’elle allait atterrir quelque part”, confie Ambre. “Je ne sais pas pourquoi, mais j’avais l’intuition qu’elle allait atterrir en Amérique”.

Depuis, les deux familles échangent tous les jours via mail, grâce à cette bouteille qui a parcouru plus de 3.000 km. “On espère même se rencontrer avant la fin de l’année”, souffle sa mère. Et comme si cette histoire n’était pas assez belle, sans le savoir, Ambre a jeté à la mer sa bouteille le jour… de l’anniversaire de Jake Wilson, le 17 septembre. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *