Test de l’iPhone XS Max : est-il à la hauteur ?

Avec l’iPhone XS et l’iPhone XS Max, Apple améliore nettement une formule déjà très réussie. Le modèle Max offre, lui, un confort d’utilisation inégalé.

Il y a un an, Apple présentait l’iPhone X, un modèle anniversaire pour les dix ans de son smartphone avec un design entièrement renouvelé. Cette année, Apple généralise ce design à tous ses nouveaux modèles, de l’iPhone XS à l’iPhone XS Max en passant par l’iPhone XR qui sortira au mois d’octobre. Si elle reprend la recette qui a fait son succès en 2017, Apple l’a améliorée : nouveau capteur photo, nouveau processeur avec une puce plus sécurisée permettant d’utiliser l’intelligence artificielle et nouvel écran. 

Un design très réussi

A première vue, difficile de distinguer l’iPhone XS de l’iPhone X. Seule différence, à y regarder de près : Apple a rajouté deux antennes sur les côtés du téléphone pour mieux capter le réseau. En main, l’iPhone XS et son écran de 5,8 pouces donnent donc exactement le même ressenti que l’iPhone X actuel. On retrouve ces mêmes bords arrondis très agréables à l’utilisation. Au final, la prise en main est très bonne et le design, réussi.

L’iPhone XS Max, lui, se distingue d’abord par sa taille, proche de celle de l’iPhone 8 Plus, mais dispose d’un écran encore plus grand de 6,5 pouces (contre 5,5 pouces sur l’iPhone 8 Plus). Résultat, on profite d’un très grand écran dans un mobile de taille raisonnable. Et même s’il est parfois nécessaire d’utiliser sa deuxième main pour accéder tout en haut de l’écran, la majorité des actions peuvent se faire avec une seule main.

On remarque trois améliorations notables par rapport aux modèles précédents. D’abord, le verre présent sur les deux faces de l’appareil est plus résistant pour limiter les rayures. Et, les deux versions sont désormais certifiées IP68. Elles peuvent donc rester immergées durant 30 minutes jusqu’à deux mètres de profondeur, contre un mètre précédemment. Enfin, un nouveau coloris, gold, rejoint les plus habituels gris sidéral et argent.

Un écran plus grand

Plus que le design, l’iPhone XS Max se différencie des autres par son écran, le plus grand jamais proposé par Apple. Avec une diagonale de 6,5 pouces, il est 21% plus grand que celui de l’iPhone 8 Plus, et utilise la technologie OLED. Cette dernière offre des noirs plus profonds, un taux de contraste plus élevé et des couleurs plus vives. C’est probablement le meilleur écran de smartphone du marché.

Santé

-L’alcool responsable d’un décès sur 20 dans le monde

Plus que le sida, les violences, les maladies cardiovasculaires ou le diabète, l’alcool tue chaque année quelque trois millions de personnes dans le monde, selon l’OMS. 

L’alcool tue quelque 3 millions de personnes dans le monde chaque année, ce qui représente un décès sur vingt, a averti vendredi l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Dans un rapport sur la consommation d’alcool dans le monde et ses conséquences néfastes sur la santé, l’agence de l’OMS souligne que la consommation d’alcool tue davantage que le sida, la tuberculose et la violence réunis. Maladies infectieuses, accidents de la circulation, blessures, homicides, maladies cardiovasculaires, diabètes… 5,3% des décès dans le monde sont liés à l’alcool chaque année, selon l’OMS. Chez les plus jeunes (20-29 ans), ce taux atteint 13,5%.

Trois quart des décès sont des hommes. Au total, l’alcool a tué dans le monde quelque 3 millions de personnes en 2016, contre 3,3 millions en 2012 selon le précédent rapport de l’OMS à ce sujet. Trois quarts des décès sont des hommes. L’OMS note qu’il y a eu “certaines tendances mondiales positives”, pointant la réduction enregistrée depuis 2010 des beuveries épisodiques et du nombre de décès liés à l’alcool. Mais, expliquent les experts, “le fardeau global des maladies et des blessures causées par la consommation nocive d’alcool est inacceptable, en particulier dans la région européenne et dans la région des Amériques”. Plus de 200 maladies sont liées à la consommation d’alcool.

28% des décès sont liés à des accidents de la route. Sur les 3 millions de décès attribuables à l’alcool, 28% étaient liés à des accidents de la route, violences, suicides et autres actes violents, 21% à des troubles digestifs et 19% à des maladies cardiovasculaires. Les autres décès sont attribués à des maladies infectieuses, des cancers, des troubles mentaux et autres problèmes de santé. “Beaucoup trop de personnes – leurs familles et leurs communautés – souffrent des conséquences de l’usage nocif de l’alcool, que ce soit par la violence, les problèmes de santé mentale et les maladies comme le cancer et les accidents vasculaires cérébraux”, a relevé le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, cité dans un communiqué. “Il est temps d’agir davantage pour prévenir cette grave menace pour le développement de sociétés saines”, a-t-il ajouté.

L’Europe a la consommation la plus élevée au monde. Environ 2,3 milliards de personnes dans le monde boivent de l’alcool, selon l’OMS. L’alcool est consommé par plus de la moitié de la population sur le continent américain, en Europe et dans la région du Pacifique occidental. L’Europe a la consommation par habitant la plus élevée du monde, bien que cette consommation ait diminué de plus de 10% depuis 2010. L’OMS prévoit une hausse de la consommation globale d’alcool dans le monde au cours des dix prochaines années, en particulier dans les régions du sud-est asiatique, du Pacifique occidental et sur le continent américain. La consommation moyenne journalière des personnes buvant de l’alcool correspond à 33 grammes d’alcool pur, soit l’équivalent de 2 verres de vin (de 150 ml chacun) ou d’une bouteille de bière (750 ml) ou de deux “shots” de spiritueux (de 40 ml chacun).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *