Le PDG de CBS évincé après de nouvelles accusations d’abus sexuels

Leslie Moonves quitte la tête de la chaîne américaine CBS dimanche soir, a annoncé le média, après que six femmes supplémentaires l’ont accusé d’agressions sexuelles et de viols dans le “New Yorker”.

Une deuxième série d’accusations d’abus sexuels aura eu raison du PDG de CBS : la chaîne américaine a annoncé dimanche soir le départ de Leslie Moonves, après que six nouvelles femmes l’eurent accusé.

Le départ de Leslie Moonves et une donation. Dans un communiqué, la chaîne a annoncé le départ “avec effet immédiat”, après 15 ans aux commandes, de Leslie Moonves, un ancien acteur de 68 ans, l’un des personnages les plus puissants de la télévision américaine. La chaîne a également annoncé qu’elle allait donner 20 millions de dollars (soit environ 17 millions d’euros) à une ou plusieurs associations soutenant le #MeToo et l’égalité des femmes au travail. Leslie Moonves est remplacé à la tête du premier “network” américain par son adjoint, le directeur des opérations Joseph Ianniello. CBS a également annoncé le remplacement de six membres de son conseil d’administration. 

Ce dirigeant était apprécié de Wall Street pour avoir fait de CBS le plus populaire des “networks”, introduisant des séries à succès comme The Big Bang Theory. Mais sa position était devenue intenable, après plusieurs jours d’intenses spéculations sur son sort.

Six nouvelles accusations, plus graves encore. Dimanche après-midi, plusieurs médias américains avaient annoncé son départ comme imminent, après la publication dans la matinée par le New Yorker des accusations de six nouvelles femmes à son encontre. Ces nouvelles allégations sont plus graves que celles des six premières femmes qui l’avaient accusé en juillet, également dans le New Yorker, de les avoir touchées ou embrassées de force. Les nouveaux témoignages incluent des allégations de fellations forcées, donc de viols, et de violences physiques. Certaines femmes ont aussi accusé Leslie Moonves d’avoir entravé leur carrière après qu’elles eurent repoussé ses avances.

Le principal accusé assure qu’il s’agit d’un “effort concerté”. Leslie Moonves a démenti auprès du New Yorker ces accusations, les qualifiant d'”épouvantables”. Il a assuré avoir eu des relations consenties avec trois des femmes citées par le magazine, avant son arrivée chez CBS en 1995. Elles ont mené un “effort concerté” pour “détruire mon nom, ma réputation, ma carrière”, a-t-il accusé à son tour.

Pas d’indemnités avant la fin d’une enquête indépendante. Même s’il était toujours en poste, Leslie Moonves était sur la sellette depuis les premières accusations de juillet. Des discussions sur son départ duraient depuis plusieurs semaines, tournant en grande partie autour de son indemnité de départ. CBS a indiqué dimanche qu’elle ne lui paierait “aucune indemnité à ce stade”. La chaîne pourrait cependant en verser une quand sera achevée l’enquête indépendante menée par un cabinet d’avocats sur les accusations d’abus sexuels.

Il a été par ailleurs précisé que les 20 millions de dollars donnés aux associations seraient déduits du montant final. Plusieurs médias américains, citant des sources proches du dossier, avaient évoqué avant dimanche un montant de quelque 100 millions de dollars. La somme avait choqué les partisans de #MeToo et certaines de ses accusatrices.  

“Une culture de complicité toxique chez CBS”. Le mouvement Time’s Up, relais de #MeToo dans de nombreux secteurs économiques, a dénoncé sur Twitter “une culture de complicité toxique chez CBS”. La chaîne “a l’obligation de bouger rapidement et de façon déterminée pour créer un environnement de travail sûr pour tout le monde”, a-t-il ajouté.

Donald Trump déposera par écrit dans le cadre d’une plainte en diffamation

Summer Zervos, une ancienne candidate de l’émission de télé-réalité “The Apprentice”, affirme que l’ancien promoteur immobilier l’avait embrassée et pelotée de force en 2007 dans un hôtel de Los Angeles.

Le président américain Donald Trump fournira des réponses écrites et sous serment à la justice dans le cadre d’une plainte en diffamation d’une femme qui l’accuse de gestes déplacés en 2007, selon des documents officiels cités par des médias américains.

Trump nie les faits. Summer Zervos est une ancienne candidate de l’émission de télé-réalité “The Apprentice”, que le milliardaire républicain animait. Elle a affirmé que l’ancien promoteur immobilier l’avait embrassée et pelotée de force en 2007dans un hôtel de Los Angeles, ce qu’il a nié. Elle a porté plainte contre lui en 2017 en l’accusant d’avoir fait des “déclarations mensongères et diffamatoires” sur son compte. Les avocats du président ont ensuite tenté, en vain, d’invalider ces poursuites. 

Accord entre les avocats. Les réponses par écrit et sous serment de Donald Trump sont attendues d’ici le 28 septembre, a indiqué le Washington Post, qui évoque un accord passé cette semaine entre les avocats de Summer Zervos et de Donald Trump. L’équipe de campagne du président avait publié le témoignage d’un cousin de Summer Zervos lui reprochant de chercher à se faire de la publicité aux dépens du candidat. Donald Trump est opposé dans plusieurs batailles judiciaires à des femmes qui affirment avoir été ses maîtresses ou lui reprochent des gestes déplacés.

-Le multimilliardaire chinois fondateur du géant du web Alibaba va quitter la présidence du conseil d’administration du groupe le 10 septembre 2019. Il se consacrera à des œuvres philanthropiques. 

Le multimilliardaire chinois Jack Ma, qui a placé son pays à la pointe du commerce électronique, tirera dans un an sa révérence à la tête d’Alibaba, le groupe qu’il a fondé en 1999.

Un départ pour les 20 ans du groupe. Après 48 heures de flottement, Alibaba a finalement annoncé lundi matin que Jack Ma, qui fête ce lundi ses 54 ans, quitterait dans exactement un an, le 10 septembre 2019, la présidence du conseil d’administration du géant du commerce en ligne. Cette date coïncidera aussi avec les 20 ans de la fondation du groupe.

“Aucune entreprise ne peut dépendre entièrement de ses fondateurs. Je suis bien placé pour le savoir (…) Nul ne peut éternellement exercer les responsabilités de président et de directeur général”, explique Jack Ma dans une lettre adressée à ses clients, à ses salariés et à ses actionnaires.

Un “self-made-man” qui pèse 40 milliards de dollars. Dans une interview au New York Times publiée vendredi, le charismatique patron chinois avait annoncé son intention de se consacrer désormais à l’éducation et à des œuvres philanthropiques. Ex-professeur d’anglais, véritable “self made-man” adulé par ses employés, Jack Ma est, selon l’agence Bloomberg, la 19ème fortune mondiale, avec un pactole évalué à 40 milliards de dollars (soit environ 36,8 milliards d’euros). Vendredi, Alibaba pesait quelque 420 milliards de dollars (soit 364 milliards d’euros) de capitalisation boursière à Wall Street.

Une transition en douceur vers son successeur. Jack Ma remettra la présidence au directeur général Daniel Zhang, a précisé le groupe dans un communiqué. Il avait lui-même quitté la direction générale en 2013. “Jack Ma poursuivra ses fonctions de président exécutif du groupe pendant les 12 prochains mois afin d’assurer une transition en douceur de la présidence à Daniel Zhang”, selon le communiqué. Jack Ma restera en outre membre du Conseil d’administration jusqu’en 2020.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *