Toronto : manifestation contre les inégalités hommes-femmes dans le cinéma

Dans la foulée du mouvement #MeToo, une manifestation pour combattre les inégalités entre les femmes et les hommes s’est tenue au Festival international du film de Toronto.

Près de 200 personnes, parmi lesquelles plusieurs vedettes de Hollywood, se sont rassemblées samedi près du quartier général du Festival international du film de Toronto (TIFF), pour appeler producteurs et réalisateurs à lutter contre le sexisme et à donner aux femmes de meilleurs rôles et des cachets équivalents à leurs homologues masculins.

Des “a priori sur le genre”. L’actrice Geena Davis (Thelma et Louise) a pris la parole pour réclamer que l’industrie du cinéma fasse la chasse aux préjugés sur les femmes dès le plus jeune âge, par exemple en mettant en lumière plus de personnages féminins valorisants dans les films et séries télévisées pour enfants. “Pourquoi enseignons-nous à nos enfants quelque chose dont nous essayons ensuite de nous débarrasser ? Pourquoi leur apprenons nous à avoir des a priori sur le genre dès le plus jeune âge alors que nous savons qu’il est si dur de s’en débarrasser,” a demandé l’actrice.

Elle a raconté s’être engagée dans ce combat en se rendant compte que sa propre fille ne trouvait pas de modèle auquel s’identifier au cinéma.

“Que tout le monde reconnaisse cette culture malsaine”. Dans la foulée dumouvement #Metoo, les appels se sont multipliés dans l’industrie du cinéma pour que réalisateurs et producteurs fassent plus de place aux femmes. Les actrices canadiennes Amanda Brugel (La servante écarlate) et Mia Kirshner, qui a cofondé la campagne “#Aftermetoo” de lutte contre le harcèlement sexuel sur le lieu de travail, ont également appelé à une plus grande parité hommes-femmes dans le cinéma. “Il faut que tout le monde s’unisse et reconnaisse cette culture malsaine et toxique qui n’aide personne”, témoigne Callum Middleton, 23 ans, camerawoman de Vancouver. “Quand on prend soin les uns des autres et qu’on crée un environnement respectueux pour chacun, chacun peut avoir un environnement de travail sûr.”

Le TIFF plus engagé. Le patron du TIFF, Cameron Bailey, a réaffirmé l’engagement à promouvoir lors de son festival l’égalité des sexes dans l’industrie cinématographique. La proportion des femmes réalisatrices présentant un film au festival a atteint cette année 35 %, en légère hausse par rapport à 2017. Les organisateurs du TIFF ont mis en place un numéro d’urgence pour les employés, les bénévoles ou les membres du public pour dénoncer tout cas de harcèlement sexuel.

Le défilé militaire de la Corée du Nord, sans missile… mais avec Gérard Depardieu

La Corée du Nord a organisé dimanche un défilé militaire pour célébrer son 70ème anniversaire mais s’est abstenue de montrer les missiles balistiques intercontinentaux.

Des milliers de soldats suivis par l’artillerie et des chars ont défilé à Pyongyang dimanche pour célébrer le 70ème anniversaire de la Corée du Nord mais elle s’est abstenue de montrer les missiles balistiques intercontinentaux qui lui ont valu de multiples sanctions internationales.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a préféré témoigner de son amitié avec la Chine, levant la main de l’émissaire du président Xi Jinping au moment où ils saluaient la foule après la parade.

Chars, avions et lance-roquettes. Après une salve de 21 coups de canon, des dizaines d’unités d’infanterie ont défilé place Kim Il Sung, certaines équipées de lunettes de vision nocturne ou de lance-grenades RPG, sous le regard de Kim Jong Un, petit-fils du fondateur de la Corée du Nord et troisième de la dynastie régnante. Li Zhanshu, l’un des sept membres du comité permanent du polit bureau du Parti communiste chinois, était assis à son côté à la tribune.

Des transports de troupes blindés, des lance-roquettes multiples et les chars ont suivi, survolés par des biplans formant le chiffre “70”. Des chasseurs expulsant des fumées rouges, blanches et bleues – les couleurs du drapeau nord-coréen – sont passés au dessus de la tour du Juche, monument à la gloire de la philosophie politique de Kim Il Sung.

Pas de missiles balistiques intercontinentaux. Puis, sont venus les missiles, point d’orgue traditionnel des défilés. Mais seuls ont été montrés le Kumsong-3, missile de croisière antinavire et le Pongae-5, un engin sol-air. Il n’y avait aucun signe des Hwasong-14 et 15, missiles capables d’atteindre le territoire continental des Etats-Unis et qui changèrent la donne stratégiques lorsqu’ils furent testés l’année dernière.

Immédiatement après le défilé militaire, des milliers de civils ont paradé, accompagnés de chars dépeignant des thèmes économiques et des appels à la réunification de la péninsule.

Depardieu parmi les invités présents. Des invitations avaient été envoyées aux quatre coins de la planète mais seul le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz avait répondu présent. De manière plus anecdotique, le monstre sacré du cinéma français Gérard Depardieu était également de la fête, assis en dessous de la tribune principale.

Naissance le 9 septembre 1948

La République populaire démocratique de Corée (RPDC), nom officiel du pays, a été proclamée le 9 septembre 1948, trois ans après la division de la péninsule par Washington et Moscou aux derniers jours de la Seconde Guerre mondiale. Les grands événements rythment traditionnellement le calendrier politique de la Corée du Nord, qui a une prédilection pour les chiffres ronds.

Ils sont souvent l’occasion d’exhiber le dernier matériel. Mais trop montrer ses muscles aurait pu mettre en danger les efforts diplomatiques en cours, après la rencontre en juin à Singapour entre le président américain Donald Trump et Kim Kong Un, lequel tiendra son troisième sommet avec le président sud-coréen Moon Jae-in à Pyongyang mi-septembre.

Argentine : mort à 53 ans de Fabian Tomasi, symbole de la lutte contre le glyphosate

Figure de la lutte contre cet herbicide controversé, l’Argentin Fabian Tomasi souffrait d’une polyneuropathie toxique sévère depuis une dizaine d’années. 

Fabian Tomasi, devenu un symbole de la lutte contre le glyphosate en Argentine où il travaillé pendant des années à remplir d’herbicides les réservoirs d’avions de fumigation, est mort à l’âge de 53 ans des suites d’une polyneuropathie toxique sévère. “Hier (vendredi, ndlr) ils ont fini de l’assassiner. Fabian était malade depuis plus de dix ans. Il s’empêchait de mourir pour pouvoir dénoncer la pratique agricole génocidaire qui l’a détruit”, a déclaré Medardo Avila, membre du Réseau des médecins des villages fumigés.

Des bidons de glyphosate manipulés sans protection. Père d’une fille, Fabian Tomasi, qui n’avait plus que la peau sur les os, a consacré les dernières années de sa vie à éveiller les consciences sur les dangers des herbicides et avait même accepté de se laisser photographier pour les besoins de la lutte, a rappelé Medardo Avila. En 2005, il avait commencé à travailler dans une entreprise de la province d’Entre Rios (centre-est), où il était chargé de remplir d’herbicides les réservoirs des avions de fumigation. Il avait expliqué qu’il manipulait des bidons de produits toxiques sans protection, personne ne l’ayant averti des dangers du glyphosate, classé comme “cancérigène probable” par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

“Un piège […] tendu par des gens très puissants”. “Sa mort nous rend très tristes et nous met très en colère. Nous avons un système de production qui contamine la moitié du pays”, a ajouté le médecin militant. Quelques mois avant de mourir, Fabian Tomasi avait témoigné auprès de l’AFP. Pour lui, le glyphosate était “terriblement trompeur, un piège qui nous a été tendu par des gens très puissants”. “Il ne restera personne. Toutes les terres que nous avons ne suffiront pas pour enterrer tous les morts”, avait-il ajouté.

La maladie l’empêchait alors de consommer des aliments solides, il marchait avec difficulté car il avait perdu toute sa masse musculaire et la mobilité de ses mains était limitée. Incapable de vivre seul, c’est sa mère de 80 ans qui s’occupait de lui.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *