États-Unis : “Qu’est-il arrivé au parti républicain ?”, s’interroge Barack Obama

L’ancien président démocrate a dénoncé vendredi l’attitude des républicains qui soutiennent Donald Trump et qui n’ont pas le courage de défendre les institutions démocratiques. 

L’ancien président américain Barack Obama a dénoncé vendredi avec force le comportement des républicains qui soutiennent Donald Trump sans réserve et n’ont pas le cran pour défendre “les institutions qui font que notre démocratie fonctionne”. “Qu’est-il arrivé au parti républicain ? “, a-t-il lancé depuis l’Illinois, lors de sa première intervention politique dans la course aux élections de mi-mandat, dans moins de deux mois.

“Ce n’est pas comme cela que notre démocratie doit fonctionner !”.  L’ex-président démocrate de 57 ans a vivement dénoncé l’idée selon laquelle “tout ira bien parce qu’il y a des gens au sein de la Maison-Blanche qui, secrètement, ne suivent pas les ordres du président”. “Ce n’est pas comme cela que notre démocratie doit fonctionner !”, a-t-il tonné, en référence à la publication d’une tribune dans le New York Timesd’un collaborateur de la Maison-Blanche, rétif à la gouvernance de Donald Trump, et aux récentes révélations faites par le journaliste d’investigation Bob Woodward sur le fonctionnement erratique du pouvoir sous Donald Trump.

“La plus grande, menace pour notre pays, c’est l’indifférence, le cynisme”. Après avoir dressé un tableau très sombre de la situation politique aux États-Unis, l’ancien président a aussi exprimé son espoir. “Dans cette noirceur politique, je vois un réveil des citoyens à travers le pays”, a-t-il affirmé, lançant un vibrant appel à tous les démocrates à se rendre aux urnes lors des élections législatives de novembre. “Vous devez voter car notre démocratie dépend de vous !”, a-t-il lancé.

“Si vous pensez que les élections n’ont pas d’importance, j’espère que les deux années écoulées ont modifié votre perception”, a-t-il martelé. “La plus grande menace pour notre démocratie n’est pas Donald Trump (…) c’est l’indifférence, le cynisme”, a-t-il encore dit dans un discours passionné, très largement applaudi.

Relativement discret depuis son départ de la Maison-Blanche le 20 janvier 2017, le 44ème président des États-Unis a clairement l’intention de s’impliquer dans la campagne pour soutenir les démocrates en vue des élections législatives à venir. Il sera en Californie samedi et dans l’Ohio jeudi pour soutenir les candidats de son camp. En jeu lors des élections du 6 novembre : les 435 sièges de la Chambre des représentants, un tiers de ceux du Sénat, et les postes de gouverneurs dans 36 États. Les sondages prédisent une “vague bleue” (démocrate) et les républicains, aujourd’hui aux commandes du Congrès, redoutent de perdre la Chambre des représentants.

Jack Ma, l’emblématique président du chinois Alibaba, annonce sa retraite

Jack Ma, fondateur d’Alibaba, et dont la fortune personnelle est estimée à 36,5 milliards de dollars, a annoncé qu’il prenait sa retraite, à 54 ans.

Jack Ma, président et co-fondateur emblématique du géant chinois du commerce en ligne Alibaba, a annoncé son départ en retraite à compter de lundi, jour de ses 54 ans, dans une interview au New York Times publiée vendredi.

“Le début d’une ère”. Ce départ n’est pas la fin d’une ère “mais le début d’une ère”, a déclaré au quotidien américain l’homme le plus riche de Chine, qui a co-fondé en 1999 le groupe Alibaba, devenu depuis un mastodonte technologique, présent non seulement dans le commerce en ligne mais aussi dans l’informatique en nuage ainsi que dans les divertissements et les médias. Il est aussi derrière le service de paiement Alipay, contribuant à transformer la façon dont les Chinois font leurs achats et les payent.

Une fortune estimée à 36,5 milliards de dollars. Selon le dernier calcul du magazine spécialisé Forbes, la fortune de cet ancien professeur d’anglais véritable “self-made man”, est estimée à 36,5 milliards de dollars, le plaçant à la 21ème place mondiale. Alibaba a réalisé en 2014 à Wall Street la plus grosse entrée en Bourse de l’histoire en parvenant à lever 25 milliards de dollars, ce qui avait sonné comme une revanche pour Jack Ma, rejeté par des investisseurs américains en 1999.

Des projets philanthropiques. Jack Ma prévoit de se consacrer à des projets philanthropiques dans l’éducation mais continuera à conseiller le groupe, a-t-il précisé au New York Times. Le groupe a annoncé fin août un chiffre d’affaires trimestriel en hausse de 61% à 80,9 milliards de yuans (12,2 milliards de dollars), toujours dopé par de robustes recettes publicitaires, mais également par ses investissements dans le “cloud”, le divertissement et des boutiques connectées.

Le patron de Tesla fait parler de lui avec une interview déjantée

Critiqué pour ses frasques, le patron de Tesla est apparu dans une interview filmée au cours de laquelle il fume du cannabis et boit du whisky. 

Déjà confronté aux difficultés de son entreprise et critiqué pour ses frasques, le PDG de Tesla, Elon Musk, a de nouveau fait parler de lui avec une interview déjantée au cours de laquelle il est apparu buvant du whisky et fumant du cannabis.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, le milliardaire de 47 ans s’est confié pendant près de deux heures au comédien et animateur Joe Rogan. Environ 90.000 personnes ont suivi l’émission diffusée en direct sur YouTube. “Je ne pense pas que vous voudriez être à ma place, vous n’aimeriez pas tellement”, a-t-il lancé.

Intense fatigue et stress. En août, Elon Musk avait révélé son état d’intense fatigue et de stress lors d’un entretien au New York Times, qui le décrivait comme “passant du rire aux larmes” au cours de la conversation. “C’est peut-être mièvre mais, pour moi, l’amour est la réponse. Passez plus de temps avec vos amis et moins de temps sur les réseaux sociaux”, a enjoint ce grand adepte de Twitter aux internautes jeudi soir. L’un de ses tweets récents, sur un possible retrait de la Bourse du constructeur de voitures électriques, lui vaut des ennuis judiciaires. Elon Musk a depuis renoncé à ce projet.

“Je ne fume presque jamais d’herbe”. Entre deux questions, le patron de Tesla sirotait un verre de whisky et a tiré sur un joint que l’animateur lui a proposé. “Je ne fume presque jamais d’herbe”, a-t-il dit. “Je trouve que ce n’est pas bon pour la productivité, c’est un peu l’inverse d’une tasse de café.” Elon Musk, également patron de SpaceX, qui fabrique des fusées, a également parlé de sa vision d’un avenir dans lequel les humains exploreraient et coloniseraient le cosmos. Vêtu d’un tee-shirt noir où était inscrit “Occupy Mars”, il a ajouté : “Si nous devions rester sur Terre à jamais, ce ne serait pas un bel avenir”. 

Les interrogations sur la fragilité d’Elon Musk sont venues s’ajouter ces derniers temps aux doutes de certains investisseurs sur la capacité de Tesla à remplir ses objectifs de production. La société a vu plus d’un cinquième de sa capitalisation boursière partir en fumée depuis le désormais fameux tweet du 7 août sur un retrait de la cote.

Tesla chute à Wall Street suite à des départs de dirigeants

Tesla chutait vendredi dans les premiers échanges à Wall Street, en raison des départs de deux dirigeants tombant au moment où le constructeur de véhicules électriques est sous pression pour honorer des objectifs de production élevés. Dans la matinée, le titre perdait 6,64% à 262,75 dollars (227 euros), après avoir décroché de près de 10% quelques minutes plus tôt. Dave Morton, le chef comptable, a remis sa démission un mois seulement après son embauche, expliquant ne pas supporter la forte médiatisation autour du groupe. Gabrielle Toledano, la directrice des ressources humaines, a également quitté le groupe, a-t-elle indiqué elle-même à l’agence Bloomberg News.Contacté par l’AFP, Tesla n’a pas répondu dans l’immédiat.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *