États-Unis : Obama se lance dans la bataille démocrate pour reconquérir le Congrès américain

Mercredi, l’ancien président a apporté son soutien aux 81 candidats démocrates aux élections locales et parlementaires qui se présenteront le 6 novembre prochain.

L’ex-président américain Barack Obama est sorti mercredi de la grande discrétion qu’il affichait depuis son départ de la Maison-Blanche pour mettre tout son poids derrière 81 candidats démocrates aux élections parlementaires et locales de novembre, qui pourraient voir l’équilibre du pouvoir basculer en faveur de son camp au Congrès à Washington.

“Rendre le pays plus fort”. “J’ai hâte d’expliquer pourquoi les candidats démocrates méritent notre vote cet automne”, a écrit Barack Obama dans un communiqué.  “Je suis certain que, à eux tous, ils rendront le pays que nous aimons plus fort en restaurant les opportunités, en rétablissant nos alliances et notre position dans le monde, et en respectant notre engagement fondamental pour la justice, l’équité, la responsabilité et l’Etat de droit. Mais d’abord, ils ont besoin de nos votes”, a-t-il ajouté.

En campagne dans plusieurs états. Face à un Donald Trump qui ne manquera pas de participer aux meetings de candidats républicains ces prochaines semaines, un exercice qu’il affectionne tout particulièrement, le premier président noir des Etats-Unis fera campagne “dans plusieurs Etats cet automne”. Il annoncera une nouvelle vague de soutiens prochainement. Les élections du 6 novembre attribueront les 435 sièges de la Chambre des représentants, 35 sièges de sénateurs sur 100 ainsi que les postes de gouverneurs de 36 Etats.

Une bascule à la Chambre des représentants ? Barack Obama soutient notamment Stacey Abrams, qui si elle était élue gouverneure de la Géorgie deviendrait la première femme noire à diriger cet Etat du Sud au passé marqué par la ségrégation. Cette dernière s’est dite “profondément honorée”. Il met aussi tout son poids derrière des candidats qui pourraient aider à faire basculer la majorité du côté démocrate à la Chambre des représentants, à Washington, comme Harley Rouda qui disputera le siège du républicain sortant Dana Rohrabacher, en Californie.

Au Sénat, un défi plus dur à relever. Remporter le Sénat semble pour l’instant plus difficile pour les démocrates en novembre, malgré la très courte avance des républicains (51-49). Dans le Nevada, Barack Obama soutient désormais officiellement la candidate Jacky Rosen, au coude-à-coude dans les sondages avec le sénateur républicain sortant, Dean Heller. Environ la moitié des candidats parlementaires soutenus par Barack Obama se présentent aux Assemblées de différents Etats américains et non au Congrès à Washington.

 Passeurs de migrants : les ONG obligées de s’adapter pour ne pas être “utilisées”

Les passeurs utilisent de plus en plus les ONG pour sauver les migrants et les acheminer ensuite vers l’Europe. Elles sont obligées de s’adapter.

Un mois après que les ONG de sauvetage ont été accusées par le gouvernement italien et le président Macron de faire le jeu des passeurs, l’Aquarius reprend la mer en Méditerranée. Il est vrai que la simple présence de ces bateaux dans la zone peut être utilisée par les réseaux crapuleux pour prendre en charge les migrants qu’ils envoient dans la zone. Mois après mois, les ONG sont donc de plus en plus contraintes de mettre en place des stratégies pour se sortir de ce piège.

Les passeurs “vendaient nos numéros”. Dans son ‘Refuge Solidaire’ à Briançon, Philippe Wyon a connu un soudain pic d’appels l’hiver dernier. Des migrants en détresse dans les Alpes demandaient l’aide de son ONG. En creusant un peu, il découvre que les passeurs utilisent sa présence : “ils vendaient nos numéros de téléphone en gare de Turin entre 200 et 300 euros”, explique-t-il à Europe 1. “Ils vendaient le refuge, aussi, en disant ‘voilà, vous serez accueillis là’. On se retrouvait dans la boucle des passeurs, ce qui était quand même très gênant parce que nous, notre mission, c’est de porter secours à des gens qui sont en danger de mort, qu’on n’a jamais aidés à passer la frontière !”, poursuit-il. Pour éviter de jouer le jeu des passeurs, il décide alors de ne plus répondre aux appels nocturnes et d’avertir les associations côté italien pour casser le jeu des passeurs.

“Est-ce que l’on doit, ou non, sauver ces personnes ?” Le même défi se pose aujourd’hui en Méditerranée. Des zodiaques tout justes bons à sortir des côtes libyennes pour appeler les secours ont en effet remplacé les bateaux qui pouvaient réussir la traversée. Problème, il est impossible pour les ONG de ne pas intervenir. “La seule question qu’il faut se poser, c’est : est-ce que l’on doit ou non sauver ces personnes ? Elles sont envoyées presque à la noyade. Et vouloir refouler ces personnes vers leurs oppresseurs, c’est extrêmement choquant”, estime Christian Reboul, de l’ONG SOS Médecins.

Pour la première fois l’ONU a condamné au mois de juin six trafiquants de migrants en Libye… l’un d’entre eux était le chef d’une unité de garde-côtes.

 Israël bloque de nouveau les livraisons de carburant à Gaza

Cette décision a été prise en réaction à de nouveaux envois de cerf-volants incendiaires vers Israël. 

Israël a bloqué jeudi de nouveau et jusqu’à nouvel ordre la fourniture de carburant et de gaz à la bande de Gaza, en réplique à de nouveaux envois de cerf-volants incendiaires vers Israël, a annoncé le ministre de la Défense Avigdor Lieberman.

“Ballons incendiaires”. Cette mesure va toucher une enclave qui souffre de coupures d’électricité, notamment pour les hôpitaux. Avigdor Lieberman, dans un communiqué, a affirmé que cette sanction a été prise en réaction à “la poursuite du terrorisme à l’aide de ballons incendiaires et des affrontements à la frontière” entre Israël et Gaza.

3.000 hectares partis en fumée. Le 17 juillet Israël avait durci le blocus autour de la bande de Gaza imposé depuis plus d’une décennie en imposant l’arrêt des fournitures de carburant à l’enclave palestinienne en guise de rétorsion à l’envoi cerf-volants et de ballons incendiaires de bande de Gaza vers le sud d’Israël où quelque 3.000 hectares sont partis en fumée, selon les autorités. Le 9 juillet, Israël avait annoncé la fermeture du terminal de Kerem Shalom, le seul point de passage de marchandises entre Israël et la bande de Gaza, où quelque 80% des deux millions d’habitants sont tributaires d’une aide, selon la Banque mondiale. Ces restrictions ont été partiellement levées à la suite d’une trêve intervenue à la fin juillet entre Israël et les islamistes du Hamas au pouvoir dans la bande de Gaza qui avait mis fin à des affrontements meurtriers. L’envoi de cerf-volants avaient ensuite fortement diminué, mais ils ont repris ces derniers jours, selon les services des pompiers israéliens.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *