Tueur en série à Toronto : derniers restes humains identifiés

Les restes humains récemment découverts par la police ont été identifiés comme provenant de Majeed Kayhan, le huitième mort pour lequel Bruce McArthur est accusé de meurtre.

Rien n’indique que le jardinier-paysagiste de Toronto accusé de huit meurtres ait fait davantage de victimes, a indiqué vendredi la police de la capitale économique du Canada après avoir identifié des restes humains récemment découverts.

Des restes retrouvés après neuf jours de fouilles. “Nous n’avons aucun indice indiquant que d’autres dépouilles se trouvent ailleurs”, a déclaré en conférence de presse l’enquêteur principal de cette affaire, Hank Idsinga.

Le tueur en série présumé, Bruce McArthur, 66 ans, a été arrêté mi-janvier et inculpé de la disparition et du meurtre au printemps 2017 de huit hommes, dont sept fréquentaient le quartier homosexuel de Toronto.

La police a fouillé pendant neuf jours au début du mois une ravine boisée attenante à une demeure de Toronto où le tueur en série présumé est accusé d’avoir dissimulé les dépouilles de ses victimes. Les policiers, qui avaient découvert à cette occasion de nouveaux restes humains, ont finalement pu les identifier comme provenant de Majeed Kayhan, a indiqué Hank Idsinga. La dépouille de Majeed Kayhan, le huitième mort pour lequel Bruce McArthur est accusé de meurtre, n’avait jusqu’à présent pas été retrouvée. 

La police pourrait bientôt clore son enquête. Les restes des sept autres hommes avaient été retrouvés dans une vingtaine de bacs à fleurs de la maison à côté de laquelle les policiers ont procédé aux fouilles. Les propriétaires de cette demeure avaient gracieusement mis un garage à disposition de Bruce McArthur, un jardinier-paysagiste, pour entreposer son matériel de travail.

Face à l’ampleur de cette affaire, la police n’a eu de cesse d’élargir son enquête et a rouvert en avril quinze dossiers de meurtres commis entre 1975 et 1997. Les propos tenus vendredi par Hank Idsinga laissent entendre, selon les média locaux, que la police pourrait bientôt clore son enquête, ce qui ouvrirait la voie au procès de McArthur.

Gaza : bombardements israéliens massifs, quatre Palestiniens et un Israélien tués

L’armée israélienne procède à d’intenses bombardements dans la bande de Gaza vendredi, en réponse à des “tirs” à la frontière, tuant quatre Palestiniens. Un soldat israélien a également été tué. 

Quatre Palestiniens, dont trois combattants du Hamas, et un soldat israélien ont été tués vendredi alors que l’armée israélienne procède à d’intenses bombardements dans la bande de Gaza, après avoir essuyé, selon elle, des tirs contre ses positions.

Quatre Palestiniens tués. Selon un bilan du ministère de la Santé à Gaza, deux Palestiniens ont été tués près de Khan Younes dans le sud de la bande de Gaza. Des sources sécuritaires ont précisé qu’ils sont morts dans une attaque contre un poste d’observation du Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir à Gaza. Un troisième Palestinien a été tué par les forces israéliennes à Rafah, également dans le sud de la bande de Gaza, a ajouté le ministère. La branche militaire du Hamas a précisé que ces trois Palestiniens tués faisaient partie de ses combattants. Un quatrième Palestinien a été tué par des tirs à l’est de la ville de Gaza, a ajouté plus tard le ministère de la Santé gazaoui. 

“Toute la bande de Gaza” ciblée. Un porte-parole de l’armée israélienne a expliqué que des avions et des chars israéliens ont bombardé vendredi des “cibles militaires dans toute la bande Gaza” en réponse à des “tirs” visant des troupes israéliennes près de la frontière avec cette enclave palestinienne. Les tirs contre les soldats israéliens ont eu lieu lors de “violentes émeutes le long de la clôture de sécurité”, qui marque la frontière entre Israël et la bande de Gaza, a affirmé l’armée. Des boules de feu et des panaches de fumée se sont élevés dans le ciel de Gaza après une série de bombardements israéliens. Les frappes se poursuivaient dans la soirée.

Trois projectiles tirés vers Israël. Par la suite, trois roquettes ont été tirées dans la soirée de la bande de Gaza vers le territoire israélien, dont deux ont été interceptées en vol, a annoncé l’armée israélienne. L’armée n’a pas précisé où le troisième projectile avait explosé. Selon la radio publique israélienne, il a atteint un champ en territoire israélien sans faire ni victime ni dégât. “Si le Hamas continue ses tirs de roquettes, Israël réagira beaucoup plus durement qu’ils (les dirigeants du Hamas) ne le pensent”, a averti en réaction le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, dans un communiqué.

Un soldat israélien tué. Un soldat israélien a été tué plus tard dans la soirée par des tirs de Palestiniens près de la bande de Gaza. “Durant un incident, un groupe de ‘terroristes’ a tiré vers des soldats israéliens. L’un d’entre eux a été grièvement atteint et a succombé à ses blessures”, a ajouté l’armée, précisant avoir riposté par une série de raids aériens contre l’enclave palestinienne. Il s’agit du premier Israélien tué depuis le début, le 30 mars, d’un mouvement de protestations à Gaza contre le blocus israélien, mais aussi du premier soldat israélien tué depuis la dernière guerre menée dans cette enclave par Israël en 2014.

L’ONU appelle à éviter une nouvelle guerre. L’envoyé spécial de l’ONU pour le Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, a appelé Israël et le Hamas à “s’éloigner du bord du précipice” à la suite d’une flambée de violences dans la bande de Gaza vendredi. “Chacun dans la bande de Gaza doit s’éloigner du précipice. Pas la semaine prochaine. Pas demain. IMMÉDIATEMENT”, a écrit Nickolay Mladenov sur Twitter. “Ceux qui veulent provoquer une guerre entre Palestiniens et Israéliens ne doivent pas y parvenir”, a-t-il ajouté.

Confrontation meurtrière. Depuis le 30 mars, des Palestiniens manifestent régulièrement dans le secteur frontalier pour dénoncer le blocus israélien imposé à Gaza et exiger le retour des réfugiés palestiniens chassés lors de la création de l’Etat d’Israël. Au moins 149 Palestiniens ont été tués par l’armée israélienne au cours des affrontements qui ont éclaté au cours de certains de ces rassemblements. Aucun Israélien n’avait été tué jusqu’à ce jour. Depuis plus d’une semaine, Israël durcit sa réponse aux cerfs-volants et ballons incendiaires lancés depuis Gaza, qui ont mis le feu à plus de 2.600 hectares sur le territoire israélien, selon l’Etat hébreu. Le week-end dernier, Israël et le Hamas avaient connu leur plus importante confrontation depuis la guerre de 2014.

 

Corée du Nord : Pompeo réclame à l’ONU “une pleine application des sanctions”

Le secrétaire d’État américain a notamment demandé “l’arrêt des transferts illégaux” de pétrole en mer, qui, d’après lui, permettent à la Corée du Nord de dépasser les quotas d’importation imposés par l’ONU.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a réclamé vendredi à l’ONU “une pleine application des sanctions” contre la Corée du Nord pour parvenir à sa dénucléarisation. “Une stricte application des sanctions est capitale”, a-t-il insisté après une rencontre avec le Conseil de sécurité et le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

Pompeo réclame “l’arrêt des transferts illégaux” de pétrole en mer. Mike Pompeo a notamment demandé “l’arrêt des transferts illégaux” de pétrole en mer qui permettent à Pyongyang, selon lui, de dépasser les quotas d’importation imposés par l’ONU. La Corée du Nord peut en finir avec son statut de “paria” aux Nations unies mais “cela nécessite une application entière des sanctions pour nous pour y arriver”, a fait valoir Mike Pompeo.

Inde : une femme affirme avoir été violée par 40 hommes pendant quatre jours

Une femme de 22 ans a raconté à la police avoir été retenue prisonnière, droguée et violée par quarante hommes pendant quatre jours dans une maison d’hôtes en Inde.

Le propriétaire et le gérant d’une maison d’hôtes ont été arrêtés en Inde après les viols présumés d’une femme par quelque 40 hommes pendant quatre jours, a annoncé la police locale vendredi. Cette femme de 22 ans a expliqué dans sa plainte qu’une connaissance lui avait promis un emploi dans cette maison d’hôtes de l’état d’Haryana, dans le nord du pays. Mais elle aurait plutôt été retenue prisonnière, droguée et violée par différents hommes pendant quatre jours, a précisé l’agent supérieur Rajendar Kumar Meena, citant la déposition écrite de la victime. 

110 viols chaque jour en Inde. Trois agents subalternes ont également “été suspendus pour négligences et ne pas avoir informé leurs supérieurs de cette affaire sensible”, a t-il ajouté. L’incident s’ajoute à la longue liste des agressions sexuelles enregistrées en Inde, où près de 110 viols sont rapportés chaque jour, selon des chiffres officiels. Quelque 110.333 cas de viol ont été rapportés dans le pays entre 2014 et 2016.

L’affaire de New Delhi. Plus tôt cette semaine, 17 hommes suspectés d’avoir violé une fillette de 11 ans durant des semaines avaient été arrêtés dans le sud du pays. En 2012, un viol collectif à New Delhi avait choqué la planète et jeté une lumière crue sur la lèpre des violences sexuelles dans le pays : une étudiante de 23 ans avait été violée avec une brutalité extrême par six jeunes hommes à bord d’un car devant son compagnon impuissant. La victime avait par la suite succombé à ses blessures. La Cour suprême indienne a confirmé début juillet la condamnation à mort de trois hommes pour ce viol.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *