George Clooney légèrement blessé dans un accident de scooter en Sardaigne

L’accident s’est produit alors que l’acteur circulait à scooter dans la région d’Olbia, où il se trouve pour le tournage de la série TV “Catch 22” dont il est réalisateur et producteur.

L’acteur et réalisateur américain George Clooney a été légèrement blessé, mardi matin, dans un accident de la route. L’incident s’est produit alors qu’il circulait à scooter dans la région d’Olbia, en Sardaigne, selon les médias italiens. George Clooney produit et réalise actuellement la série télévisée Catch 22 en Sardaigne, sur l’histoire d’un jeune pilote de l’armée de l’air américaine pendant la Seconde Guerre mondiale.

Sortie de l’hôpital en fin de matinée. L’acteur, âgé de 57 ans, circulait sur la Costa Corallina, dans le nord ouest de la Sardaigne, lorsque son scooter et une voiture se sont percutés, la star atterrissant sur le pare-brise.

Le conducteur du véhicule a appelé une ambulance qui a rapidement transporté l’acteur vers l’hôpital d’Olbia. Légèrement touché à une jambe, le héros de Ocean’s Eleven était sorti en fin de matinée du service des urgences où il avait été admis, selon les médias. L’accident a entraîné la fermeture provisoire d’une voie de la route nationale 125 où s’est produit l’accident. 

Les Romains pourraient avoir chassé la baleine en Méditerranée

La découverte d’ossements de baleines franches et grises dans des usines romaines de salage, autour de Gibralatar, laisse supposer que non seulement ces mammifères ont un temps peuplé la Méditerranée, mais aussi que les Romains les chassaient.

Il y a 2.000 ans, des baleines franches et des baleines grises parcouraient la Méditerranée, selon une étude publiée mercredi, une découverte qui laisse supposer que les Romains chassaient ces cétacés et qu’ils ont contribué à leur disparition.

Baleines franches et baleines grises en Méditerranée. “Des nouvelles analyses moléculaires d’ossements trouvés dans la région de Gibraltar montrent que deux espèces de baleines aujourd’hui disparues de la Méditerranée, la baleine franche de l’Atlantique nord et la baleine grise, y étaient présentes il y a 2.000 ans, probablement pour se reproduire”, explique Ana Rodrigues, chercheuse au CNRS au Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive de Montpellier.

Également appelées baleines noires, les baleines franches de l’Atlantique Nord (Eubalaena glacialis), sont considérées comme une espèce “en danger” par l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN). Il en resterait moins de 500, cantonnées au large de la côte est de l’Amérique du Nord. La baleine grise (Eschrichtius robustus) n’est aujourd’hui présente que dans le Pacifique Nord.

Des indices d’une industrie baleinière.  Les Basques, qui harponnaient les cétacés il y a 1.000 ans au large des côtes de Biarritz, d’Hendaye, d’Anglet et de Saint-Jean-Pied-de-Port étaient jusqu’à aujourd’hui considérés comme les premiers chasseurs de baleines. Mais la découverte de ces ossements près du détroit de Gibraltar “dans des sites archéologiques d’usines romaines de salage de poisson ouvre la possibilité d’une industrie baleinière”, explique la chercheuse. Cette industrie “peut avoir contribué à leur disparition”, ajoute-t-elle.

De très bons pêcheurs, mais… Les Romains étaient “extrêmement efficaces pour exploiter les ressources marines, y compris de grands poissons comme les thons”, rappelle Dario Bernal-Casasola de l’université de Cadiz en Espagne.  Ils n’avaient cependant pas “la technologie nécessaire pour capturer les grandes baleines, les espèces de haute mer, toujours présentes aujourd’hui en Méditerranée”, explique Ana Rodrigues.  Mais la découverte de la présence des baleines franches et les baleines grises dans les eaux méditerranéennes à cette époque, change la donne car ces deux espèces “sont côtières et très visibles dans leurs zones de reproduction”, précise la chercheuse.  Les Romains ont donc pu les chasser à l’aide de petits bateaux à rames et des harpons à main, comme l’ont fait plus tard les chasseurs basques.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *